Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Portrait] Politique

Vincent You, maire adjoint d’Angoulême : le père de la clause « Molière »

Publié le 14/12/2017 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : France

Vincent You
© Jean Michel Nossant
Le maire adjoint d’Angoulême est l’homme qui a mis le feu aux poudres en lançant la clause « Molière » imposant l’usage du français sur les chantiers publics. Alors que que le juge administratif vient d'annuler ce dispositif dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes, zoom sur un homme de conviction.

Regard franc, cheveux poivre et sel, carrure de rugbyman. Vincent You ne se fait pas prier pour raconter la genèse de la clause « Molière » en 2015. Très loin des polémiques qui permettront aux présidents (LR) de conseil régional, Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, de faire les gros titres de la presse.

« Lorsque j’ai pris la direction de l’hôpital de Confolens, je suis arrivé dans un très beau bâtiment, mais totalement vétuste. Nous avons alors décidé d’en construire un nouveau, mais, pendant les travaux, je suis tombé des nues. Il n’y avait que des Polonais et des Roumains sur un chantier pourtant géré à 95 % par des entreprises locales. Les ouvriers ne se comprenaient pas, ce qui posait – et pose – un vrai problème de sécurité. Et cet investissement, rendu possible grâce à de l’argent public, ne bénéficiait pas aux habitants du coin. C’est à ce moment-là que je me suis dit que nous devions agir et ne pas hésiter à passer outre la loi. » Les prémices de la clause « Molière », qui prendra vie lorsqu’il deviendra adjoint au maire, chargé des finances de la ville d’Angoulême en 2014.

Son goût pour les sujets hors-cadre ne date pas d’hier. A commencer par son nom qui ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Vincent You, maire adjoint d’Angoulême : le père de la clause « Molière »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X