Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Ville intelligente

Smart city : « L’hyper-technicisation laisse peu de place au citoyen »

Publié le 01/12/2017 • Par Martine Courgnaud - Del Ry • dans : Dossiers d'actualité, France

data-city-smart-city
Colcanopa
Jacques Priol, auteur de l'ouvrage "Le big data des territoires", récemment publié aux Éditions Fyp, est fondateur et directeur de mission du cabinet de conseil et stratégie Civiteo. Il met en garde les collectivités sur la nécessité de prévoir la maîtrise de leurs données dans les stratégies de smart city. Il réagit notamment aux résultats d’une étude menée par La Gazette et la Caisse des dépôts, consacrée aux « Territoires intelligents ».

Cet article fait partie du dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Comment peut-on rendre la ville intelligente ?

Il s’agit en réalité pour les collectivités de rendre la ville « plus intelligente » que ce qu’elle est aujourd’hui, grâce aux millions de données qui sont à leur disposition, recueillies notamment par des capteurs de plus en plus nombreux et traitées par des systèmes d’analyse puissants. Toutes ces informations permettent de rendre de meilleurs services, sur mesure et plus économes car ils sont adaptés aux besoins. En croisant les données, on peut par exemple prévoir de lier l’éclairage nocturne à divers paramètres comme les habitudes de déplacement ou les phénomènes météo, en fonction de modèles prédictifs et de règles prédéfinies, ou de réguler les feux différemment selon les horaires pour réduire automatiquement les embouteillages à l’entrée et à la sortie de la ville.

Comment voyez-vous la ville intelligente aujourd’hui ?

Aujourd’hui, elle est surtout technique. De nombreuses solutions améliorent le service et sont sources d’économies dans quatre secteurs : énergie, transports, eau, déchets. Mais il faut passer à une autre échelle. Les collectivités doivent construire une stratégie, qui nécessite de diffuser une culture de la donnée auprès des élus et des services, afin qu’ils comprennent les enjeux du territoire intelligent. Stratégie qui passe aussi par l’open data, puisque les communes de plus de 3 500 habitants devront ouvrir leurs données à partir de l’an prochain. Mais, en tout état de cause, il ne faut pas subir l’arrivée de ces nouveaux outils ni les déploiements imposés par les grands opérateurs. La démarche consiste à adopter une stratégie réfléchie, fixer des objectifs précis et faire ensuite appel aux opérateurs pour déployer les dispositifs.

Ce modèle présente-t-il des risques ?

Cette « hyper-technicisation » de la gestion urbaine laisse finalement peu de place au citoyen, au profit du recueil des données, créant un écart entre les intentions affichées de la ville intelligente — améliorer la qualité de vie en associant les citoyens — et sa réalité. D’où un risque de dépolitisation de la gestion urbaine et même de privatisation de l’espace urbain, car ces dispositifs reposent sur l’intervention massive de grandes entreprises privées et même des géants du web. Avec un tel degré de technicité et de tels investissements, que seuls des acteurs privés pourront intervenir et que ce sont alors eux qui géreront la ville pour le compte des collectivités.

Vous mettez en garde les collectivités sur la maîtrise de leurs données. Pourquoi ?

En mai 2018, le règlement général européen sur la protection des données (RGPD) entrera en vigueur. Ce texte remplacera la loi informatique et libertés de 1978 et imposera aux collectivités de protéger différemment les données personnelles des citoyens. Dans le cadre de la smart city, l’application du RGPD va leur imposer de réfléchir à une collecte raisonnable des données. La collecte et la gestion des données devront être réfléchies et anticipées avec une logique de transparence et de confiance des usagers dans le service public. Ce sera un levier pour aller vers la ville intelligente de manière raisonnée, raisonnable et efficace. Les données d’intérêt général, définies par la loi Lemaire, et les données des citoyens ne sont pas celles que le consommateur consent à laisser à disposition de Google, Amazon ou Facebook… La collectivité doit savoir quel type de données elle collecte, la raison pour laquelle elle les recueille et à quoi elles serviront. C’est indispensable pour que les citoyens gardent une confiance a priori dans le service public. Et peu de collectivités sont prêtes pour l’arrivée du RGPD : elles doivent absolument se préparer.

Une récente étude menée par La Gazette et la Caisse des dépôts montre que les grandes collectivités s’appuient sur les start-up pour développer leurs projets d’innovation. Que pensez-vous de l’apport des start-up à la smart city ?

Attention au fantasme de la start-up locale qui va tout régler. Si lors des « hackathons », qui sont des concours visant à créer de nouveaux services à base de jeux de données en 48 h, elles proposent souvent des solutions très habiles, cela débouche rarement sur des modèles économiquement viables et reproductibles.

Cet article est en relation avec le dossier

Cet article fait partie du Dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Sommaire du dossier

  1. Les intelligences de la smart city
  2. Traiter les données, un défi pour construire les territoires intelligents
  3. Data city : duel public-privé autour de la donnée locale
  4. Data city : A l’heure des data, « l’ubérisation » de l’intérêt général menace
  5. Data city : équipes, outils, budget…, à chaque collectivité son organisation
  6. Les grands moyens pour redynamiser une ville sur le déclin
  7. Data city : « Une nouvelle structure de confiance pour superviser le traitement des données »
  8. La smart city, à quel prix ?
  9. Smart city : « L’hyper-technicisation laisse peu de place au citoyen »
  10. Les promesses à double tranchant de la ville intelligente
  11. Avec son contrat multiservice, Dijon dessine la ville d’après-demain
  12. Les collectivités locales méconnaissent les métiers du numérique
  13. « Permettre aux collectivités d’avoir accès à des données collectées par des acteurs privés »
  14. Les collectivités désarmées face à Uber et Airbnb
  15. A la recherche du citoyen intelligent
  16. La ville intelligente, une big mother en puissance ?
  17. Une smart city de 10 000 habitants, c’est possible et rapidement rentable
  18. La ville numérique : progrès social ou empilement technologique ?
  19. La smart city, ce n’est pas que pour les grandes villes !
  20. « Il faut rendre la smart city humaine »
  21. « Il faut créer un statut pour les données d’intérêt territorial » – Luc Belot
  22. La Smart city à la recherche de modèles économiques
  23. « La smart city doit être construite avec le citoyen » – Gaël Musquet
  24. La smart city, un concept qui a du mal à éclore
  25. Retour sur investissement : la smart city est-elle une bonne affaire ?
  26. Google, fournisseur officiel de services publics
  27. « Smart water » : comment le partenariat entre Veolia et IBM préfigure l’évolution des services urbains
  28. Maîtriser la donnée, un enjeu central pour la ville intelligente
  29. L’innovation ouverte, un concept au cœur de la ville intelligente
  30. Living Labs : l’innovation par l’usage
  31. Éclairage public : vous avez dit smart ?
  32. Les objets connectés, mais de quoi parle-t-on ?
  33. Objets connectés : de l’optimisation de coûts aux services de demain (1/4)
  34. L’entrepôt de données publiques-privées, prochain graal ou nouvelle usine à gaz ?
  35. Objets connectés : « C’est à chaque collectivité de définir les solutions qui lui semblent pertinentes » (4/4)
  36. Smart city, smart passoire potentielle
  37. Pense-bête pour sécuriser sa ville intelligente
  38. Objets connectés : le regroupement des données aide à mieux œuvrer pour le bien commun (2/4)
  39. Smart city : un portage politique fort pour monter des projets transversaux
  40. Objets connectés : un développement tous azimuts exige des démarches cohérentes (3/4)
  41. Smart city : la formation des agents, un passage obligé pourtant négligé
  42. Smart city : « Réfléchir avec attention, de façon collective et sciemment » aux objectifs assignés à la technologie
  43. La communauté urbaine de Lyon met les données au coeur de sa stratégie smart city

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Smart city : « L’hyper-technicisation laisse peu de place au citoyen »

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

04/12/2017 09h43

« … Ce modèle présente-t-il des risques ?
Cette « hyper-technicisation » de la gestion urbaine laisse finalement peu de place au citoyen… D’où un risque de dépolitisation de la gestion urbaine et même de privatisation de l’espace urbain… Avec un tel degré de technicité et de tels investissements, que seuls des acteurs privés pourront intervenir et que ce sont alors eux qui géreront la ville pour le compte des collectivités. »

Tout est dit : l’intérêt des citoyens n’entre plus en ligne de compte; et nous laissons faire sans réagir ?
Les Français ne sont plus ce qu’ils étaient !!! Il sera bientôt trop tard pour réagir à la disparition de la démocratie au profit d’une oligarchie qui ne défend plus que des intérêts privés, à tous les niveaux.

Là, il m’a fallu douze clics sur des photos de routes pour valider mon commentaire !!! Ridicule, non ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X