Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[éditorial] Action publique

Olivier Dussopt, otage ou ambassadeur ?

Publié le 01/12/2017 • Par Jean-Marc Joannès • dans : France

CONGRES-cloture-macron
F Calcavechia / La Gazette
Le 24 novembre, Olivier Dussopt est nommé secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des comptes publics. Un signe positif si l’on se rappelle l’inquiétude suscitée par l’absence d’un ministère dédié à la fonction publique.

Le 24 novembre, Olivier Dussopt est nommé secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des comptes publics (*). Un signe positif si l’on se rappelle l’inquiétude suscitée par l’absence d’un ministère dédié à la fonction publique. Le nouveau secrétaire d’Etat est, en effet, « particulièrement » chargé de suivre les sujets relatifs au dialogue social dans la fonction publique et le partenariat de confiance avec les territoires.

Certes, il y a dans cette nomination un calcul, le député socialiste de l’Ardèche rejoignant la cohorte des prises de guerre d’Emmanuel Macron, qui continue ainsi à déstabiliser l’ordonnancement politique classique. Mais il y a plus.

Grogne des territoires

Le Président a entendu la grogne des territoires qui s’est franchement exprimée lors du 100congrès des maires, la veille de cette attribution. Reconnaissant des erreurs de méthode après la première Conférence nationale des territoires du 17 juillet, il a mesuré les inconvénients à se couper du monde territorial, alors que se prépare déjà la deuxième, à la mi-décembre. Le chef de l’Etat entend adoucir l’image d’un gouvernement technocratique au projet territorial essentiellement métropolisant.

En choisissant le rapporteur des lois « Maptam » et « Notre », mais aussi, selon Didier Guillaume (président du groupe socialiste au Sénat), « un élu de terrain défenseur du service public », Emmanuel Macron compense l’absence de « marcheurs » dans les territoires.

Objectifs ou moyens

Reste à savoir quelles seront les réelles marges de manœuvre d’Olivier Dussopt à Bercy. Politiquement d’abord, car trois jours avant sa nomination, il refusait de voter le projet de loi de finances… Sur le fond, les dossiers à gérer sont de taille.

Le secrétaire d’Etat devra maîtriser le débat sur le « service public de demain » (Action publique 2022) et selon que l’on inverse à dessein moyens et objectifs  la réduction du nombre de fonctionnaires. Une chance pour lui  : les termes de la négociation sont largement discutés au sein même du monde local, à la recherche de solutions ou de pistes alternatives.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Olivier Dussopt, otage ou ambassadeur ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

04/12/2017 08h57

On finit par en avoir un peu marre de cette politique magouille, manipulation. Et marre d’être pris pour des imbéciles.
Nous assistons à une comédie du pouvoir où nous sommes spectateurs d’un très mauvais spectacle, alors que, en démocratie, nous devrions en être les acteurs. Mais il y a une telle distance, désormais, entre les « élus » ou nommés, et les citoyens : quels Français peuvent se reconnaître dans ce nouveau secrétaire d’Etat, Olivier Dussopt ? Les arrivistes ? Les traîtres ?
Décidément, cette démocratie n’est plus qu’une coquille vide.

…………8 clics pour prouver que je ne suis pas un robot ? C’est pénible. Vivement que les robots sachent reconnaître les voitures !!!………

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X