Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Réduction des effectifs

Quels leviers sur la masse salariale de la fonction publique territoriale ?

Publié le 04/12/2017 • Par Bénédicte Rallu Solange Fréminville • dans : A la une, A la Une RH, France, Toute l'actu RH

negative trend
AdobeStock auris
Dans son discours devant le 100e congrès des maires, Emmanuel Macron n’est pas revenu sur la question des effectifs dans la fonction publique. Mais la réflexion sur la suppression de cent vingt mille postes, dont soixante-dix mille dans la territoriale, est bel et bien à l’œuvre.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour 2018, la rapporteure pour avis de l’Assemblée nationale sur les crédits « fonction publique», Emilie Chalas (LREM), a consacré la seconde partie de son rapport à l’avenir de la fonction publique « au regard du référentiel fixé par le président de la République ». Un objectif présidentiel non négociable donc.

Partant de là, et même si le président Macron n’est pas revenu sur le sujet lors de son discours au 100congrès des maires le 23 novembre, certains acteurs territoriaux commencent à imaginer des pistes. C’est le cas de l’association Dirigeants grandes collectivités (DGC), qui a été auditionnée par la députée Emilie Chalas mi-octobre. Pour l’association, il est évident qu’encadrer la progression de la dépense publique locale aura pour conséquence une « maîtrise accrue de la masse salariale, qui, ipso facto, influera sur le nombre et la typologie des effectifs ».
DGC, qui soutient l’objectif de baisse de la dépense publique, mais pense aussi que la réduction des effectifs « devrait plutôt constituer une résultante de la diminution de la masse salariale et non un préalable », propose donc une démarche de « contrats ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quels leviers sur la masse salariale de la fonction publique territoriale ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

05/12/2017 07h55

Réduire la masse salariale de la Fonction Publique Territoriale, c’est vouloir réduire les Services publics territoriaux; jusqu’à leur disparition.
Sommes-nous prêts à cela ?
La politique menée en France et en Europe est une politique néolibérale qui monétarise tout, qui ne voit la FPT qu’à travers son coût, et non son rôle. C’est la politique qui est décrite dans les textes européens que nos gouvernant appliquent, servilement.
Nous savons bien que réduire les budgets, réduire les effectifs, revient à supprimer des services, à supprimer le service public, à terme.
Notre pays a une longue histoire de service public; les premiers hôpitaux, les quinze-vingt, ont été créés par…. Saint-Louis !
Notre modèle social qui est complètement dépendant de l’existence et la survie des services publics, est un modèle qui fait envie à de nombreux pays, dont les Etats-Unis, où beaucoup de services qui sont publics chez nous, et donc offerts à tous, y sont privés et payants. C’est un choix; est-ce le nôtre ?

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X