Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Nomination

Olivier Dussopt, un pur produit des collectivités au cœur de la forteresse de Bercy

Publié le 27/11/2017 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

DUSSOPT-Olivier.jpg
O.D.
A la faveur du remaniement, le socialiste Olivier Dussopt a été nommé secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics. Sa feuille de route : renouer le lien avec les élus locaux et les fonctionnaires. Une mission sur mesure pour le président de l’Association des petites villes de France, formé au cœur de l’appareil politico-administratif des collectivités.

Emmanuel Macron poursuit son opération-déminage. Après son « J’ai besoin de vous » du congrès des maires, le chef de l’Etat a nommé, le 24 novembre 2017, le président de l’Association des petites villes de France, Olivier Dussopt (PS) secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin.
Selon un communiqué gouvernemental publié le lendemain, l’heureux élu sera « particulièrement chargé de suivre les sujets relatifs au dialogue social dans la fonction publique et le partenariat de confiance avec les territoires ».

Pour Olivier Dussopt, il s’agit, là, d’une consécration. Titulaire d’un DESS en conseil en développement économique et ingénierie territoriale, l’édile appartient à une nouvelle catégorie de décideurs, formée au cœur des appareils politico-administratifs des collectivités.

Homme-orchestre de la réforme territoriale

Chargé de mission auprès du président PS du conseil général de l’Ardèche, Michel Teston, puis assistant parlementaire du même élu au Sénat, Olivier Dussopt entre à l’Assemblée à l’âge de 28 ans. Plus réputé pour sa maîtrise des dossiers que pour sa maestria oratoire, le benjamin de l’hémicycle se plonge dans les délices du PLF et de la réforme des collectivités made in Sarkozy.

Dans  le même temps, l’ancien cadre du MJS, parrainé par Benoît Hamon, s’immerge dans les arcanes de la rue de Solférino. Vice-président de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains, il occupe le même poste au sein de l’Association des petites villes de France. Un cénacle fondé à l’origine par le PS Martin Malvy pour contrecarrer la toute-puissance de l’Association des maires de France, ancrée à droite.
Conseiller régional, député, maire d’Annonay… : Olivier Dussopt enchaîne les  mandats. Derrière son allure juvénile et sa voix fluette, il a de l’ambition à revendre.

Poulain de l’écurie Aubry, le député-maire d’Annonay se met dans le sillage de  la grande complice de la maire de Lille, Marilyse Lebranchu, désignée au printemps 2012, ministre de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique. Grand bien lui fait. Olivier Dussopt reçoit dans son escarcelle le poste-clé de rapporteur des deux principales lois portant réforme territoriale : MAPTAM et NOTRe.

Numéro d’équilibriste à l’APVF

Dans le même temps, le premier magistrat d’Annonay succède en 2014, à la tête de l’Association des petites villes de France, au père fondateur Martin Malvy. Avec la future secrétaire d’Etat aux collectivités, Estelle Grelier et la députée-maire de Rennes, Nathalie Appéré, il incarne la prise de pouvoir des professionnels des politiques locales dans le débat parlementaire. Évanouis, les notables traditionnels (Daniel Hoeffel, Jean Puech…) qui faisaient la loi sur les collectivités… La « team décentralisation » du PS, chère à Nathalie Appéré, Estelle Grelier et Olivier Dussopt, abat un travail de titan au Parlement.

Le nom du député-maire d’Annonay circule dès le printemps 2014 pour prendre le maroquin des collectivités. Olivier Dussopt n’est finalement pas appelé. Il doit jongler entre son rôle de porte-voix des petites villes et son poste de rapporteur de la loi NOTRe. Un numéro d’équilibriste quand le texte gouvernemental accorde la primeur aux métropoles.

Tapis rouge à Emmanuel Macron

Mais le président de l’APVF ne manque ni d’habileté, ni d’entregent. Au printemps 2016, le voilà qui convie Emmanuel Macron aux assises des petites villes à la Grande Motte. Les deux trentenaires ont d’abord eu des rapports orageux, le fils d’ouvrier reprochant vertement au ministre de l’Economie ses propos sur les employés « illettrés » de l’abattoir Gad…
Mais le pur produit des collectivités PS et l’énarque social-libéral s’entendent étrangement bien et c’est lors de ces assises de l’APVF qu’Emmanuel Macron fait son baptême du feu devant un congrès d’élus.

Imperceptiblement, Olivier Dussopt, lui-même, dérive vers le centre. Porte-parole de Manuel Valls à la primaire, il fait encore de la résistance contre Emmanuel Macron au cœur de l’été, dénonçant « une forme de trahison » dans les coupes pratiquées au lendemain de la Conférence nationale des territoires. Le député de l’Ardèche publie même, dans nos colonnes à la rentrée, une tribune fort critique sur la diminution des emplois aidés. 

Cela ne l’empêche pas d’intégrer la mission Bur-Richard sur le plafonnement de la dépense locale. Olivier Dussopt vote contre le Budget avant de devenir secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des comptes publics, l’ex-bébé Sarkozy, Gérald Darmanin. Sa marraine politique, Marilyse Lebranchu crie à la trahison :

A contrario, son voisin de la Drôme, le président du groupe PS au Sénat, Didier Guillaume salue son ascension :

Une polémique microcosmique, pour les élus de droite, qui, tel Philippe Laurent (UDI), voient avant tout en Olivier Dussopt, un allié des collectivités au cœur de la forteresse de Bercy.

Quid du 1 % métropole ?

Très actif sur Twitter, Olivier Dussopt a dépoussiéré la com’ des petites villes. Pendant la présidentielle, il fait, malin, la promotion d’une mesure en apparence toute simple : le 1 % métropole. Une ponction sur les recettes des grands groupements urbains destinée à abonder les budgets des petites villes. A  défaut d’emporter l’adhésion pleine et entière des élus métropolitains, ce prélèvement suscite un écho médiatique certain, au moment même où le duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen met en lumière la fracture territoriale.
Olivier Dussopt, dont la détermination n’est pas la moindre des qualités, remet le 1 % métropole sur l’ouvrage à l’occasion des dernières assises des petites villes, à Hendaye les 21 et 22 septembre. Devenu secrétaire d’Etat, saura-t-il convaincre la direction du Budget ? Cela pourrait être l’un des enjeux de ces prochains mois.

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Olivier Dussopt, un pur produit des collectivités au cœur de la forteresse de Bercy

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrwq38

28/11/2017 09h05

Je n’ai pas tout suivi mais à la faveur des mini ou semblants remaniements ministériels on en arrive à un gouvernent de combien de membres ?
J’ai comme l’impression qu’un départ est toujours remplacé et parfois assez largement bien loin de ce qui est demandé aux collectivités et donc aux agents, où je me trompe !
Gouverner autrement !!!! on commence quand Monsieur le Président ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X