Ce contenu vous est proposé par ATTF

L’ATTF : une organisation dédiée aux techniciens territoriaux

Par dans Contenu partenaire • Club : Club Techni.Cités

Report du PPCR, attente du nouveau régime indemnitaire (RIFSEEP) ,difficultés de recrutement dans la filière technique, remise en cause du concours, les sujets d’actualité ne manqueront pas pour animer les débats lors du prochain congrès national des techniciens territoriaux qui se tiendra à Paris les 23 et 24 Novembre 2017 . Fabien Le Port, président national de l’ATTF nous en dit plus.

Le report du PPCR, annoncé par le Ministre Darmanin, concerne-t-il  les techniciens territoriaux ?

Le protocole concernant les parcours  professionnels , la carrière et la rémunération est entré en application pour notre cadre d’emploi des techniciens  au 1er janvier 2017 et devait s’achever le 1er janvier 2018. La dernière phase d’application, qui venait ajouter quelques points d’indice pour l’ensemble des grades, est donc reportée.

Notre association s’était positionnée favorablement sur la mise en place de ce protocole. Il permettait d’offrir, sur le plan du traitement indiciaire et de l’évolution de carrière à minima sur 2 grades, une meilleure attractivité  de notre cadre d’emploi avec une perspective de carrière améliorée pour tous, même si l’allongement des durées d’échelon venait modérer ces avancées.

Nous ne pouvons donc que regretter ce report annoncé par notre ministre de tutelle, d’autant plus que les conséquences du manque d’attractivité de notre cadre d’emploi se font ressentir . Si l’on en croit les retours de nos adhérents mais également de nos collègues des ressources humaines, les collectivités rencontrent des difficultés pour pourvoir des postes de techniciens. C’est tout de même assez particulier, en cette période de fort chômage, notamment chez les jeunes.

Justement, comment expliquer ces difficultés de recrutement ?

La filière technique territoriale, et tout particulièrement notre cadre d’emploi des techniciens, souffre de plusieurs « handicaps » . On peut citer par exemple  la méconnaissance de nos métiers , un secteur privé très concurrentiel dans certaines spécialités (salaires plus attractifs, perspectives d’évolution de carrière plus claires), la non reconnaissance du bac +3 (niveau d’entrée bac et bac+2 dans notre cadre d’emploi) …

Si vous combinez l’ensemble de ces handicaps, vous comprendrez pourquoi la filière technique territoriale peine à attirer ou conserver de jeunes diplômés avec un profil qualifié . C’est regrettable, puisqu’au regard des profils recherchés par les collectivités, des responsabilités et missions confiées aux techniciens, les jeunes diplômés avec une licence professionnelle (Bac + 3) constituent un vivier qualifié pour les recruteurs.

Les  concours de la fonction publique ne semblent pourtant pas manquer de candidats ?

Dans la filière technique, les difficultés de recrutement que nous constatons ne concernent pas forcément la quantité des candidatures mais plutôt la qualité des profils. Nous avons des retours d’expérience de collectivités qui réitèrent plusieurs fois leurs procédures d’offres d’emploi, faute de candidature qualifiée par rapport au profil recherché .

Il faut se poser la question de la nature même des épreuves du concours (note de synthèse) qui ne sélectionne peut être pas les profils les plus adaptés à la filière technique. La périodicité du concours tous les 2 ans, constitue également une difficulté supplémentaire.

La combinaison de ces éléments aboutit parfois à des situations ubuesques : de jeunes technicien(ne)s embauché(e)s, avec un profil universitaire adapté au poste occupé, qui font leurs preuves sur le terrain et donnent satisfaction à leur direction, mais que la collectivité remercie au bout de 2 ans, faute d’obtention du concours.

Si à l’association, nous restons attachés au statut et ces notions de concours qui garantissent notamment, neutralité et impartialité indispensables à nos missions de service public, nous pensons qu’il serait utile de travailler sur des évolutions afin de tenter de résoudre les difficultés de recrutement observées.

Quelles sont les actions engagées par l’ATTF pour pallier à ces difficultés ?

Ces dernières années, nous avons développé le volet promotion de nos métiers, au travers de notre participation à différents salons en lien avec nos métiers ainsi qu’à des forums sur l’emploi public. La richesse de nos métiers et la variété de nos missions sont des éléments que nous mettons en valeur .

En cette période de « fonctionnaire bashing », nous pensons qu’il est pertinent de faire connaître nos missions et l’intérêt pour nos collectivités de conserver en interne, une expertise technique qualifiée et de qualité, surtout en ces périodes de fortes contraintes financières. Que ce soit en matière de gestion patrimoniale ou de suivi des chantiers par exemple, les sources d’économies nous paraissent évidentes.

Les exemples de reprise en régie par des collectivités de certains services, avec à la clé des gains financiers, permettent également d’illustrer concrètement le message que nous portons du maintien d’une ingénierie territoriale qualifiée, en phase avec les contraintes actuelles.

L’autre versant de nos actions, moins visible mais tout aussi prépondérant , consiste à porter la parole des techniciens au niveau national vis-à-vis de leurs attentes et/ou propositions, notamment sur le plan statutaire.

Justement sur ce plan statutaire, quel rôle peut jouer l’ATTF ?

L’ATTF est une association apolitique et non syndiquée avec pour objectif de promouvoir et valoriser notre profession . Défendre la pérennité de nos métiers avec une construction statutaire motivante et évolutive, en adéquation avec les compétences demandées, constitue un axe prioritaire de nos actions.

Dans cette optique, la commission carrière et statut de notre association rencontre régulièrement les représentations ministérielles et syndicales afin d’échanger sur les sujets qui font l’actualité de notre cadre d’emplois. La reconnaissance du bac+ 3, la création d’un grade intermédiaire entre le technicien et l’ingénieur (à l’instar de ce qui se fait à la ville de Paris), la révision des quotas qui bloquent les évolutions de carrière en interne, l’évolution du concours font partie des attentes que nous soumettons lors de ces rencontres.

Enfin, concernant l’actualité, nous venons d’écrire à notre ministre de tutelle afin d’avoir des précisons quant à la date d’application de notre future régime indemnitaire , le RIFSEEP. Certaines collectivités souhaitaient le mettre en application alors que les taux applicables ne sont pas encore arrêtés pour notre cadre d’emplois.

Pourquoi adhérer à l’ATTF, en tant que technicienne ou technicien de la territoriale ?

Face à la diversité de nos missions et les évolutions permanentes tant sur le plan technique que sur le plan réglementaire, le technicien se doit de faire preuve d’adaptation en s’appuyant sur sa formation et son expérience professionnelle. Partager les expériences, valoriser les savoir-faire  sont des piliers fondateurs de notre réseau associatif si nous souhaitons conserver un rôle actif et prépondérant dans l’application des politiques publiques, au cœur de l’ingénierie territoriale.

Une association comme la nôtre, uniquement composée de bénévoles , trouve entre autre sa crédibilité dans le nombre d’adhérents qu’elle représente. Plus de 2 500 techniciens et techniciennes de toute la France ont choisi d’adhérer à l’ATTF pour appartenir à ce réseau professionnel qui représente également leur profession et défend leurs évolutions de carrière. Ils sont ainsi les acteurs de leur métier et peuvent construire leur avenir en s’appuyant sur un réseau et la convivialité d’une organisation avec une solide tradition d’entraide.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X