Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[100E CONGRÈS] MON MAIRE, CE HÉROS

Portrait-robot : le maire courage

Publié le 17/11/2017 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : Dossiers d'actualité

100e congres_WEB_V2
La Gazette/Pascale Distel
Dans les petites communes privées de grands moyens humains, les premiers magistrats mouillent particulièrement la chemise. Grâce à eux, bien des villages ont pu renaître. Plongée chez les soutiers de la République...

Cet article fait partie du dossier

100e congrès des maires : mon maire, ce héros

Le documentaire remonte à 1997. Réalisé par le regretté Christophe de Ponfilly, « Les grandes batailles de monsieur le maire » n’ont pourtant pas pris une ride. Le héros, le premier magistrat de Châtillon-en-Dunois dans l’Eure-et-Loir, Claude Térouinard, crève littéralement l’écran. Le teint rubicond et le phrasé digne d’un film de Lautner, l’ami Claude houspille ses administrés qui se jettent dans les bras du Front national.

Entre un canon au bistrot du village et deux coups de gueule contre l’énarchie toute-puissante, l’édile remue ciel et terre pour installer un centre d’appel téléphonique dans la commune. Deux décennies plus tard, le pari est gagné. Dans ce « bled » de 830 habitants perdu aux confins du Loir-et-Cher, le télé-marketing fait florès. Airbnb sert aussi de dynamo aux trois gîtes de la petite localité. « C’est inouï, ces immenses plateformes », s’extasie Claude Térouinard qui, après avoir fait ses adieux au mandat de maire en 2014, vient, contre toute attente, de se faire élire président (DVD) du conseil départemental d’Eure-et-Loir à 80 ans (!).

Une sacrée récompense pour celui qui a longtemps mangé de la vache enragée. L’administration centrale, lorsqu’il est arrivé aux manettes, lui avait fait un joli cadeau de bienvenue : un remembrement pour faire passer le TGV sur ses terres. « Les gens étaient furieux. L’une de mes filles, alors âgée de 12 ans, est revenue un jour affolée à la maison : Papa, on veut te tuer. » La fonction de maire n’est pas vraiment de tout repos… Claude Térouinard se souvient aussi volontiers de cet administré, passablement imbibé, qui voulait en venir aux mains avec lui.

L’imagination au pouvoir

Il faut décidément avoir la foi pour assumer ce mandat. Au bout d’une vallée des Vosges, Michel Fournier en sait quelque chose. Quand il a pris les clés de la mairie, Les Voivres étaient bien à la peine. Sa population plafonnait à 200 âmes. Le nombre d’élèves en primaire culminait à neuf. La fermeture de l’école du village paraissait gravée dans le marbre. Plus de deux décennies plus tard, il n’en est rien. La population a grimpé jusqu’à 360 habitants et l’école accueille quelque 90 enfants des environs.

Michel Fournier, d’entrée, a, au nom de la commune, racheté et réhabilité des logements à l’abandon dans lesquels il a proposé des locations-ventes à des familles en difficulté. Son chantier d’insertion a offert des emplois aux nouveaux venus. Michel Fournier ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Il a également monté un centre d’éducation à l’environnement. Une société civile immobilière dans laquelle les habitants ont été invités à prendre des parts. Histoire de montrer l’exemple, le maire avait pris les cinq premières parts… Résultat : il a été poursuivi pour délit d’initié ! Mais le centre d’éducation à l’environnement tourne à plein régime. 10 000 enfants y prennent leurs quartiers chaque année.

Michel Fournier a des idées plein la tête. Dernière trouvaille de monsieur le maire ? Une couveuse de start-up spécialisées dans la valorisation du bois. Un pôle d’excellence rurale qui attire déjà une escouade d’ingénieurs de la région. Premier vice-président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), il se veut aussi à la pointe du combat des petites municipalités qui n’entendent pas transférer leurs pouvoirs à de lointaines intercommunalités. Son credo : les petits qui n’ont pas peur des gros.

« A portée d’engueulade »

La République des maires n’est pas près de s’éteindre. Le président du Sénat, Gérard Larcher (LR), ne perd pas une occasion de faire la promotion des élus « à portée d’engueulade ». A l’heure des tensions avec le nouveau pouvoir, le maire courage se transforme même en argument politique. « Dire qu’il y a trop d’élus locaux en France et qu’ils ont un coût, c’est dénigrer ces centaines de milliers d’élus municipaux dévoués, investis, très majoritairement bénévoles, qui aident quotidiennement au fonctionnement des communes, jugeaient le président de l’Association des maires de France [AMF], François Baroin [LR], et son premier vice-président délégué, André Laignel [PS], dans un communiqué publié en septembre. Et que dire de leur apport irremplaçable en situation de crise ou de catastrophe naturelle, parfaitement illustrée en ce moment par la gestion de l’après-ouragan Irma ? »

 

Alexandre Jardin à la rescousse

L’écrivain citoyen Alexandre Jardin a été « conquis par l’atmosphère de jacquerie » de l’Association des maires ruraux de France dressée contre « les normes proliférantes et les conseils d’étateux fâchés avec le sens commun ». Il y consacrait d’ailleurs une partie de son livre « Laissez-nous faire ! » (Robert Laffont, 2016). Depuis, il s’est fait le porte-voix des maires ruraux, des plateaux-télé jusqu’à l’Académie française.

 

« Il faut avoir un grain pour faire ça ! »

Vanik Berberian, président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF)

vanik berberian

« Le maire est au charbon jour et nuit. Pourtant, il est l’une des personnes les plus mal payées de France. Pour ma part, mon indemnité [de maire de Gargilesse-Dampierre, Indre, 300 hab., ndlr] part chez le pompiste. Il faut avoir un petit grain pour être maire ! Quand on est normalement constitué, mieux vaut éviter… Il est le porte-voix de ceux que l’on n’entend pas. Il est parfois un écrivain public, que l’on vient voir pour répondre à telle ou telle administration. Il est souvent le premier que l’on appelle quand il y a un accident de voiture sur le territoire de sa commune. C’est lui qui barre la route pour éviter d’autres carambolages.

Les maires sont les véritables héros du quotidien. La population ne mesure pas toujours notre investissement. Il lui arrive de se montrer ingrate. Lorsque nos concitoyens venaient à la mairie lors de mon tout premier mandat, à partir de 1989, ils manifestaient encore beaucoup de déférence, de politesse… Maintenant, c’est tout juste si certains ne donnent pas un coup de pied dans la porte. »

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Portrait-robot : le maire courage

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X