Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Etude « La Gazette » - Caisse des dépôts

Traiter les données, un défi pour construire les territoires intelligents

Publié le 20/11/2017 • Par Martine Courgnaud - Del Ry • dans : Actualité Club Techni.Cités, Dossiers d'actualité, France, Innovations et Territoires

street art smart city
Flickr CC by Smart Cities
Près de six collectivités sur dix ont lancé des projets ou entamé une réflexion pour devenir un « territoire intelligent » et améliorer ainsi la qualité de vie des citoyens, selon une étude exclusive « La Gazette » - Caisse des dépôts. Elles devront traiter et sécuriser des millions de données, sans porter atteinte aux informations personnelles des citoyens.

Cet article fait partie du dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Recueillir, transporter, analyser, stocker, sécuriser les millions de données nécessaires à la ville intelligente représente un défi de taille pour les collectivités. Pas étonnant que la gestion des données apparaisse comme la première préoccupation dans l’enquête « Territoires intelligents » menée par « La Gazette » et la Caisse des dépôts (1). En effet, un tiers des collectivités interrogées qui sont engagées dans la démarche de territoire connecté ou qui l’envisagent prévoient d’investir dans la gestion des données (34 %). Le sujet devance la mobilité (31 %), le pilotage énergétique des bâtiments (30 %) mais aussi les réseaux électriques intelligents – les « smart grids » – (27 %). Il s’élève même à 52 % pour les communes de moins de 5 000 habitants.

Une préoccupation qui s’explique sans doute par l’entrée en vigueur, en mai 2018, du règlement général européen sur la protection des données (RGPD), selon les auteurs de l’étude. Ce texte remplacera la loi « informatique et libertés » de 1978 et imposera aux collectivités de protéger les données personnelles des citoyens.
« Dans le cadre de la smart city, l’application du RGPD va imposer de réfléchir à une collecte différente des données, précise Jacques Priol, fondateur et directeur de mission du cabinet de conseil Civiteo (lire l’encadré). Ce sera un levier pour aller vers la ville intelligente de manière raisonnée, raisonnable et efficace. » En outre, maîtriser les données locales est indispensable pour que les collectivités conservent la souveraineté sur leur territoire, expliquait Luc Belot (alors député PS du Maine-et-Loire), dans son rapport sur les smart cities d’avril 2017. Il suggérait notamment de doter les EPCI d’une compétence sur la donnée, « qui sera le socle de la smart city », et de créer des chartes locales d’utilisation de la donnée.

Pilotage

Le territoire intelligent est généralement initié par les élus (87 %). Dotée d’un pilotage transversal à l’ensemble des services dans les grandes communes et dans les intercommunalités, la démarche est plutôt désorganisée et sans pilote spécifique dans 30 % des communes. Plus d’une collectivité sur cinq a désigné un chargé de mission ou une équipe directement rattachés au directeur général des services (DGS). Cependant, près d’une collectivité sur dix préfère déléguer la gestion à une mission externalisée.

 

Le projet se construit autour des besoins des habitants, avec pour objectif premier d’améliorer la qualité de vie, pour plus des trois quarts des collectivités engagées dans la démarche. En offrant de meilleurs services publics, plus efficaces et mieux adaptés aux usages, six sur dix souhaitent aussi renforcer l’attractivité économique de leur territoire et réaliser des économies – près de la moitié de celles qui ont déjà développé une démarche de territoire intelligent affirment que c’est le cas.

Financements

Or, devenir un territoire connecté coûte cher. Il faut déployer des outils puissants : capteurs, réseaux, systèmes d’analyse des données… Six fois sur dix, les collectivités ne disposent pas des ressources financières suffisantes pour mener leur projet. Plus d’un quart des communes de plus de 5 000 habitants et un tiers des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) dégagent un budget spécifique, mais seulement 8 % des communes de moins de 5 000 habitants y parviennent. Près de la moitié des territoires s’appuient sur des subventions de l’Etat ou des autres collectivités, 30 % sollicitent des fonds européens, et un sur cinq se tourne vers la Caisse des dépôts. Mais le manque d’information (42 %) et la complexité (36 %) rendent difficile la recherche de financements complémentaires. La complexité des projets de ville intelligente rend d’ailleurs cruciale la nécessité d’un accompagnement, évoquée par la plupart des collectivités (44 %) – davantage par les grandes communes (52 %) et les intercommunalités (57 %). Un accompagnement utile aussi bien pour réfléchir à la stratégie globale (22 %) que pour la mise en œuvre opérationnelle (13 %). En revanche, plus de la moitié des collectivités ayant déjà adopté une stratégie considèrent inutile d’être accompagnées.

Comme les conseils régionaux ou départementaux, quatre intercommunalités sur dix s’appuient également sur les compétences des start-up pour développer leurs projets d’innovation. Ces partenariats diminuent avec la taille de la collectivité. Mais attention au fantasme de la start-up locale qui va tout régler, prévient Jacques Priol. Si lors des « hackathons » (concours visant à créer de nouveaux services à base de jeux de données dans un temps très court), elles proposent souvent des solutions très habiles, cela débouche rarement sur des modèles économiquement viables et reproductibles.
Quoi qu’il en soit, les territoires intelligents devraient rapidement augmenter. Plus de huit collectivités sur dix engagées dans la démarche ou en réflexion, quelle que soit leur taille, souhaitent aboutir dans les dix prochaines années. Nombre d’entre elles voudraient même se transformer d’ici six ans, en particulier les communes, qu’elles comptent moins de 5 000 habitants (48 %) ou plus (46 %).

 

NUMERIQUE. JACQUES PRIOL, PRESIDENT DE CIVITEO, CONSEIL ET STRATEGIE, SPECIALISEE DANS LA PLACE DES DATA DANS LA DECISION PUBLIQUE. Photo olivier lanrivainJacques Priol, fondateur du cabinet de stratégie Civiteo, auteur de « Le big data des territoires » (éditions Fyp, 2017)

Comment voyez-vous la ville intelligente aujourd’hui ?

Aujourd’hui, elle est surtout technique. De nombreuses solutions améliorent le service et sont source d’économies dans quatre secteurs : l’énergie, les transports, l’eau et les déchets. Mais il faut passer à une autre échelle. Les collectivités locales doivent construire une stratégie, qui nécessite de diffuser une culture de la donnée auprès des élus et dans les services, afin qu’ils comprennent les enjeux du territoire intelligent. Stratégie qui passe aussi par l’open data, puisque les communes de plus de 3 500 habitants doivent ouvrir leurs données.

Ce modèle présente-t-il des risques ?

Cette « hyper-technicisation » de la gestion urbaine laisse finalement peu de place au citoyen, au profit du recueil des données, créant un écart entre les intentions affichées de la ville intelligente – c’est-à-dire améliorer la qualité de vie – et sa réalité. D’où un risque de dépolitisation et même de privatisation de la ville, car ces dispositifs reposent sur l’intervention massive de grandes entreprises privées, et même des géants du web.

 

Cet article fait partie du Dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Sommaire du dossier

  1. Les intelligences de la smart city
  2. Traiter les données, un défi pour construire les territoires intelligents
  3. Data city : duel public-privé autour de la donnée locale
  4. Data city : A l’heure des data, « l’ubérisation » de l’intérêt général menace
  5. Data city : équipes, outils, budget…, à chaque collectivité son organisation
  6. Les grands moyens pour redynamiser une ville sur le déclin
  7. Data city : « Une nouvelle structure de confiance pour superviser le traitement des données »
  8. La smart city, à quel prix ?
  9. Smart city : « L’hyper-technicisation laisse peu de place au citoyen »
  10. Les promesses à double tranchant de la ville intelligente
  11. Avec son contrat multiservice, Dijon dessine la ville d’après-demain
  12. Les collectivités locales méconnaissent les métiers du numérique
  13. « Permettre aux collectivités d’avoir accès à des données collectées par des acteurs privés »
  14. Les collectivités désarmées face à Uber et Airbnb
  15. A la recherche du citoyen intelligent
  16. La ville intelligente, une big mother en puissance ?
  17. Une smart city de 10 000 habitants, c’est possible et rapidement rentable
  18. La ville numérique : progrès social ou empilement technologique ?
  19. La smart city, ce n’est pas que pour les grandes villes !
  20. « Il faut rendre la smart city humaine »
  21. « Il faut créer un statut pour les données d’intérêt territorial » – Luc Belot
  22. La Smart city à la recherche de modèles économiques
  23. « La smart city doit être construite avec le citoyen » – Gaël Musquet
  24. La smart city, un concept qui a du mal à éclore
  25. Retour sur investissement : la smart city est-elle une bonne affaire ?
  26. Google, fournisseur officiel de services publics
  27. « Smart water » : comment le partenariat entre Veolia et IBM préfigure l’évolution des services urbains
  28. Maîtriser la donnée, un enjeu central pour la ville intelligente
  29. L’innovation ouverte, un concept au cœur de la ville intelligente
  30. Living Labs : l’innovation par l’usage
  31. Éclairage public : vous avez dit smart ?
  32. Les objets connectés, mais de quoi parle-t-on ?
  33. Objets connectés : de l’optimisation de coûts aux services de demain (1/4)
  34. L’entrepôt de données publiques-privées, prochain graal ou nouvelle usine à gaz ?
  35. Objets connectés : « C’est à chaque collectivité de définir les solutions qui lui semblent pertinentes » (4/4)
  36. Smart city, smart passoire potentielle
  37. Pense-bête pour sécuriser sa ville intelligente
  38. Objets connectés : le regroupement des données aide à mieux œuvrer pour le bien commun (2/4)
  39. Smart city : un portage politique fort pour monter des projets transversaux
  40. Objets connectés : un développement tous azimuts exige des démarches cohérentes (3/4)
  41. Smart city : la formation des agents, un passage obligé pourtant négligé
  42. Smart city : « Réfléchir avec attention, de façon collective et sciemment » aux objectifs assignés à la technologie
  43. La communauté urbaine de Lyon met les données au coeur de sa stratégie smart city

Notes

Note 01 Méthodologie : représentées par des élus (54 %) ou par des agents (46 %), 204 collectivités ont répondu par mail entre le 18 septembre et le 19 octobre 2017 : 168 communes (dont 69 comptent moins de 5 000 habitants et 72 plus de 5 000 habitants), 33 intercommunalités, 24 conseils départementaux et régionaux. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Traiter les données, un défi pour construire les territoires intelligents

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X