Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Conseil commun de la fonction publique

PPCR, CSG… Les syndicats actent une « rupture de confiance » avec le gouvernement

Publié le 09/11/2017 • Par Claire Boulland • dans : A la une, A la Une RH, France, Toute l'actu RH

AdobeStock_73068064
Guillaume DURIS Adobe Photo
La séance plénière du Conseil commun de la fonction publique (CCFP), mercredi 8 novembre, a entériné, pour l'intersyndicale, le sentiment de "lien de confiance rompu" avec le gouvernement.

Après leur boycott du CCFP de lundi dernier, les neuf organisations syndicales représentant la fonction publique (CGT, CFDT, FO, Unsa, FSU, Solidaires, CFTC, CGC, FA-FP), sont restées soudées lors de la séance plénière du mercredi 8 novembre.

Elles ont voté unanimement « contre » les deux projets de textes compensant la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) et celui reportant d’un an l’application du protocole « Parcours professionnels, carrières et rémunérations » (PPCR). Un front commun qui « a eu lieu seulement quatre fois depuis la création du CCFP en 2010, dont trois fois ce mercredi », remarque Didier Bourgoin (FSU).

Ajustements sur la compensation de la hausse de la CSG

Le gouvernement est toutefois passé outre cette levée de boucliers, soulignant avoir déjà consenti quelques ajustements concernant la compensation de la hausse de la CSG à l’issue du premier rendez-vous salarial de mi-octobre.
« Les nouveaux entrants seront concernés par la prime [différentielle octroyée par les employeurs territoriaux] au même titre que les agents en fonction » et « il a par ailleurs accepté des mesures d’ajustement du taux de la prime pour garantir l’exacte compensation et, pour les nouveaux entrants ou les cas de réintégration, le versement de la prime dès le premier jour de la prise d’activité », souligne le ministère de l’Action et des comptes publics.

Quid de la continuité des engagements pris

Un rappel qui ne convainc par les syndicats : avec ces mesures, additionnées au gel du point d’indice et le rétablissement du jour de carence, le « gouvernement a décidé de détériorer le pouvoir d’achat de plus de 5,4 millions d’agents, représentant 20% de l’emploi en France », selon la FSU.

L’Unsa pointe de son côté que « l’évolution de la rému­né­ra­tion des agents publics en 2018 sera néga­tive, compte tenu de la hausse des coti­sa­tions retrai­tes prévue le 1er jan­vier [le taux va passer de 10,29% à 10,56%] ».

Le passage en force du gouvernement « remet en cause le principe de continuité des engagements pris par l’État » jusqu’alors, alerte, quant à elle, la FA-FP. Et de rappeler à cet égard que « l’agenda social 2012-2017 ne s’est pas limité à l’accord PPCR »…

A noter qu’ont également été examinés le rapport annuel sur l’état de la fonction publique et adoptés :

  • Le décret mettant en œuvre le compte personnel de formation des agents ;
  • Le décret expérimentant la médiation préalable dans la fonction publique. « Il porte sur les décisions défavorables concernant la mobilité, les promotions, la formation professionnelle ou l’adaptation des postes de travail. L’objectif est de favoriser le dialogue entre les agents et leur administration et de limiter ainsi les contentieux », précise le ministère.

Salaire des fonctionnaires : comparez, simulez !

Cet article est en relation avec les dossiers

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

PPCR, CSG… Les syndicats actent une « rupture de confiance » avec le gouvernement

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

09/11/2017 06h40

On connaît le président Macron comme un adepte de la poignée de fer; on le voit s’amuser au bras de fer avec la Fonction publique…
Il n’a peur de rien ni de personne; n’oublions pas qu’il a une mission (c’est lui qui le dit).
Et rien ne l’arrêtera. Rien ?
La réforme du Code du travail est passée tranquillement… Tout glisse. Les syndicats avançaient en ordre dispersé. La différence, là, c’est que les syndicats semblent unis.

Costa concordia

10/11/2017 11h17

Les soi-disant gestes du gouvernement ne sont que de la poudre aux yeux. Le principe d’égalité de traitement des fonctionnaires leur imposait de toute façon d’étendre la prime de compensation à tous. C’est vraiment se moquer du monde. On fait des choses non constitutionnelles que l’on corrige ensuite et l’on prétend avoir fait un geste. Quelle blague.

Aurcads

10/11/2017 03h47

D’autant que de geste, il n’y a pas.

La promesse du candidat était d’augmenter le pouvoir d’achat de tous les actifs (Salariés + fonctionnaires + indépendants), via une hausse de la CSG au détriment des retraités.

Cette prime ridicule compensant seulement la hausse de la CSG, mais pas celle du taux de cotisation à la CNRACL, va aboutir à nouveau à des salaires nets qui diminuent en Janvier pour les fonctionnaires (selon l’application de PPCR qui majorait justement les IM en début d’année !), alors que les autres actifs vont bénéficier de plusieurs centaines d’euros de gain annuel (sur des revenus médians).

Il serait peut-être temps de créer une entente des territoriaux, voire de l’ensemble de la FP, qui se chargerait de combattre nos amis de Bercy sur le terrain de la communication ; même si l’union syndicale est déjà une bonne chose…

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X