Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

L'acheteur public 3.0, un agent hybride

Commande publique : une mutation culturelle et économique pour acheter plus efficace

Publié le 08/11/2017 • Par Christine Berkovicius • dans : Actu juridique, France

Magnifying glass and diagram
Adobe Stock / mashe
La réforme de la commande publique, entrée en vigueur en avril 2016, fait de l'acheteur public nouvelle génération le pivot d'un achat plus intelligent, dont le prisme n'est plus prioritairement juridique mais également économique. En complément de son bagage juridique, l'acheteur public doit maintenant maîtriser des techniques qui se rapprochent de celles de ses collègues du privé - sourcing, négociation, etc. Et donc monter en compétences.
EN PARTENARIAT AVEC sponsor du dossier Commande publique : une mutation culturelle et économique pour acheter plus efficace

Le 1er avril 2016, la nouvelle réglementation des marchés publics consacrait une ambition forte, celle de faire de la commande publique un acte économique au service de politiques de développement économique, social, environnemental…

Un achat davantage responsable et financièrement efficace, en un mot, plus intelligent, confié à un « superacheteur » aux compétences démultipliées – un surhomme, doté de trois cerveaux à la fois : juridique, économique, et technique. Le tout en respectant, bien évidemment, les grands principes toujours réaffirmés de la commande publique, qui sont le libre accès, l’égalité de traitement des candidats et la transparence des procédures. Une vraie gageure…

La meilleure réponse possible

Un an et demi après la réforme, cet être hybride a-t-il réussi à voir le jour ? L’acheteur est-il sorti du seul prisme juridique pour s’emparer de cette nouvelle dimension politique de sa mission, au sens noble du terme ? Et les collectivités ont-elles su lui donner la place qui doit lui revenir dans la nouvelle chaîne de l’achat ?

Dans les services, on entend désormais davantage parler « sourcing », circuits courts, négociation, coût global, autant d’outils, plus ou moins nouveaux, qui sont clairement affirmés par l’ordonnance du 23 juillet 2015 et le décret du 25 mars 2016. Passer un marché ne se résume plus à acheter au meilleur prix en toute sécurité, mais à assurer la meilleure réponse possible des fournisseurs au besoin exprimé dans les meilleures conditions, et le suivre tout au long de son exécution…

Des compétences élargies

Quand on a été formaté, des années durant, à raisonner avant tout en termes réglementaires et procéduraux, un tel changement de culture ne se fait pas du jour au lendemain. Pour monter en puissance, le nouvel acheteur va devoir se professionnaliser, et donc se former pour acquérir les compétences qui lui manquent, alors que s’annonce, au 1er octobre 2018, un nouveau défi, numérique cette fois, avec la généralisation de la dématérialisation complète des procédures de marché. Amorcé, le processus est loin d’être abouti. Résultat, les collectivités vont souvent prospecter dans le privé pour trouver la perle rare. Peu à peu, leurs services « achats » se développent, mais leurs acheteurs doivent encore batailler pour s’imposer au sein d’administrations accoutumées à travailler autrement. Les habitudes ont la vie dure…

Le mouvement pourrait toutefois s’accélérer, car les élus, eux aussi, poussent à la roue. Confrontées à la baisse continue des dotations budgétaires de l’Etat, les collectivités cherchent à optimiser leurs dépenses pour retrouver des marges de manœuvre, et commencent, en ordre dispersé, à s’emparer de l’achat comme levier d’économies. Elles en font aussi un instrument de soutien des politiques publiques, pour relancer l’investissement, soutenir les entreprises, doper le tissu local… Là de nouveau, la nouvelle mission des acheteurs peut relever de la quadrature du cercle ! Mais l’enjeu est considérable : l’économie pourrait atteindre 1,9 milliard d’euros à l’horizon 2020.

Quelques chiffres

72 milliards d’euros ont été engagés au titre de la commande publique l’an dernier, dont 51% pour l’ensemble des collectivités et 19,5 milliards pour les seules communes. Ce chiffre est en baisse de 25 % par rapport à 2012, et correspond à une moyenne de 1 064 euros par habitant.

Cet article fait partie du Dossier

Acheteurs publics : prendre en main la nouvelle réglementation

Sommaire du dossier

  1. Commande publique : une mutation culturelle et économique pour acheter plus efficace
  2. Achat public : des règles assouplies pour une créativité accrue
  3. Achat public : une professionnalisation à petits pas
  4. Marchés publics et concessions : de nouvelles obligations pour les plateformes de dématérialisation
  5. Témoignages : pour l’achat public, à chaque structure sa solution
  6. « Le nouvel enjeu de la commande publique : la dématérialisation »
  7. « Pour l’acheteur comme pour l’entreprise, la crainte du changement reste un frein »
  8. Achat public : les collectivités à la recherche de la bonne formule
  9. Les 5 mesures phares de la simplification des marchés publics
  10. Marchés publics et innovation : une équation impossible ?
  11. Portrait robot du nouvel acheteur public : regards croisés
  12. Modernisation de l’achat public : les intercos encore loin du compte !
  13. L’acheteur public, de bon gestionnaire à manager 2.0 ?
  14. Dématérialisation : une étape incontournable pour les acheteurs publics
  15. « Laissons Molière à la littérature et au théâtre ! »
  16. Plaidoyer pour un code des marchés publics idéal
  17. Marchés publics simplifiés (MPS) : Poitiers, la ville record !
  18. La commande publique sur tous les fronts…. pas si simple pour les acheteurs !
  19. Dématérialisation : la montée en compétence des acheteurs
  20. Simplification des marchés publics : de bonnes intentions à confirmer pour les associations
  21. CGPME, Capeb, FFB… : Oui au MPS, non au Dume

Domaines juridiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Commande publique : une mutation culturelle et économique pour acheter plus efficace

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X