Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Rémunération fonction publique

Tronqué, le Rifseep n’est pas encore en mesure de motiver les agents

Publié le 07/11/2017 • Par Solange Fréminville • dans : A la Une RH, compte rendu des dernières rencontres du club RH, France, Toute l'actu RH

Argent Skitter Photo
Skitter
Comme l’a montré le colloque organisé par le club RH de La Gazette des Communes, le 19 octobre, à l’Hôtel de ville de Montpellier, « Motivation des agents : et si le Rifseep ne suffisait pas ? », le nouveau régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (Rifseep) n’est pas encore en mesure de servir d’outil de motivation majeur. En effet, les collectivités font pour le moment barrage à l’une des deux composantes du dispositif, le complément indemnitaire annuel, chargé de récompenser l’engagement professionnel et la manière de servir.

« Aucune collectivité n’a encore pris de délibération concernant le complément indemnitaire annuel (CIA) », déplore Aurélie Aveline, avocate  du cabinet Goutal, Aliberts et associés, lors du Club RH organisé par La Gazette des Communes, le 19 octobre, à Montpellier. Or, le CIA est le deuxième élément du nouveau régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (Rifseep), destiné à remplacer la prime de fonctions et de résultats. Il s’agit aussi de sa composante la plus innovante car elle sera modulée selon l’engagement d’un agent et sa manière de servir, évalués lors de l’entretien professionnel, et pourra ainsi constituer une source de motivation. Mais « elle est accessoire et facultative », souligne Aurélie Aveline, tandis ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Tronqué, le Rifseep n’est pas encore en mesure de motiver les agents

Votre e-mail ne sera pas publié

marios80

08/11/2017 08h04

Si le RIFSEEP a pour vocation de motiver les agents de la fonction publique, l’effet attendu n’est pas au rendez-vous.
D’une part, il reste lié avant tout au grade et non à la fonction occupée par un agent, dans sa première composante qu’est l’IFSE, dont l’augmentation peut se négocier tous les 3 ou 4 ans, compte-tenu des accords internes à chaque administration. Il a donc peu de valeur.
Sa seconde composante, le CIA est lui bien plus pervers puisqu’il n’est pas obligatoire et bien souvent amputé des congés maladies.
D’autre part, ce n’est pas un levier qui invite à s’investir sur le poste, puisque de nombreux agents occupent des missions dévolues à un cadre supérieur. Et, que sans ce sacro saint concours, peu ou pas de possibilités d’évolution. Le pire étant la fonction publique d’état.
Ce qu’il fallait faire depuis bien longtemps, c’était d’inclure l’ensemble des primes dans l’assiette de la cotisation retraite. Et non pas faire miroiter les agents sur d’improbables avancées financières.
Tout comme la RAFP, le RIFSEEP n’est que de l’esbrouffe.

Comme toujours

08/11/2017 09h16

Sur le principe certains pourraient penser que le RIFSEEP est une bonne chose. Mais j’en doute!
Comment définir la qualité du service sans des critères aisés à le démontrer? L’administration n’a pas un objectif chiffré mais la mise en place d’actions politiques à porter sur le territoire.

Enfin, depuis trente ans j’entends les collectivités locales affirmer qu’elles sont à bout de souffle, qu’il faut faire des économies… Comment imaginer dans ce cadre que les primes vont augmenter?

Ma crainte est que l’objectif qui sera présenté par les directeurs généraux à leur exécutif n’ait pour seul but que de contenir l’évolution de la masse salariale, tout en favorisant les bas salaires!

L’avenir le dira.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X