Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Handicap

Allocation d’éducation de l’enfant handicapé : l’Igas réclame un pilotage

Publié le 10/11/2017 • Par Catherine Maisonneuve • dans : France

handicap-enfants
WavebreakmediaMicro / AdobeStock
L'allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) versée par les caisses d'allocations familiales et la Mututalité sociale agricole fait l'objet d'un rapport d'évaluation de l'Igas qui lorgne, à l'occasion, du côté de la prestation de compensation du handicap versée en grande partie, elle, par les départements.

254 868 familles bénéficiaient de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) au 31 décembre 2016. Remplaçant l’allocation d’éducation spéciale (AES) depuis 2006, cette prestation familiale est versée sans condition de ressources par les caisses d’allocations familiales (Caf) ou les caisses de Mutualité sociale agricole (MSA) pour aider les familles à faire face aux frais supplémentaires qu’entraîne le handicap d’un enfant à charge de moins de 20 ans, présentant :

  • un taux d’incapacité permanente d’au moins 80 % ;
  • un taux entre 50 et 80% , si l’enfant fréquente un établissement d’enseignement adapté, ou si son état exige le recours à un dispositif adapté, ou si son état exige le recours à des soins.

Les demandes sont instruites par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDPAH) de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

130,51 € mensuel de base

Le montant de base de l’AEEH est de 130,51 euros par mois depuis le 1er avril 2017. Six catégories différentes de compléments peuvent s’y ajouter suivant l’importance des dépenses supplémentaires engagées ou la permanence de l’aide nécessaire (nécessité pour un parent de réduire ou cesser son activité professionnelle ou d’employer une tierce personne rémunérée). Leur montant va de 97,88  à 1107,49 euros mensuels.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Allocation d’éducation de l’enfant handicapé : l’Igas réclame un pilotage

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

10/11/2017 01h56

Que de belles recommandations que voilà ! Il a fallu tout ce beau monde pour les écrire, alors que depuis des années tout le milieu du handicap les réclame et que tant d’autres rapports et autres plans les ont déjà prescrites !
Mais croyez vous réellement que inciter/favoriser la PCH au détriment du complément à l’AEEH (dans le but semble t il de basculer cette dépense sur les départements et non plus sur la CNAF va rendre plus juste les décisions d’attribution ? Les départements déjà exsangues seront ils en mesure de verser cette PCH à tous les bénéficiaires notifiées, sans oublier que les Maison Départementales des Personnes Handicapées sont sous la coupe des mêmes départements ?
Première urgence à traiter : rédiger plus de guides des critères d’attribution par handicap afin d’homogénéiser les décisions sur le territoire. Une fois ceux ci suivis d’effet il sera temps de revoir quelle prestation y répond le mieux.
Quant aux « pôles de compétences et de prestations externalisées » si on les multipliait en nombre suffisant pour répondre à tous les besoins avec de vrais professionnels(les) formés(es) et compétents(tes) ? Pour le plus grands bénéfices des intéressés !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X