Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grands événements

JO de Paris 2024 : les régions dans les starting-blocks

Publié le 07/11/2017 • Par David Picot • dans : France

Ligne de départ
Fotolia
De multiples collectivités souhaitent accueillir des stages pré-olympiques. Les régions tentent d’organiser le mouvement.

Même si l’heure n’est qu’aux déclarations d’intention, les candidatures fusent de toutes parts ! Dans la foulée de Paris, de nombreuses collectivités de province envisagent elles aussi d’afficher les anneaux olympiques. Non pas pour accueillir des épreuves, puisque, à l’exception du surf (lire l’encadré) et des disciplines telles l’escalade ou le BMX, les sites sont connus, que ce soit en Ile-de-France bien sûr ou à Marseille pour la voile.

L’enjeu porte sur l’accueil de délégations qui organiseront des stages de préparation pré-olympique, en France, à partir des deux ou trois années précédant les Jeux.

Une méthode à définir

Lors des JO de Londres en 2012, environ 600 équipements sportifs avaient été retenus comme potentiels camps de base. Dont quelques-uns dans l’ex-région Nord-Pas-de-Calais qui avait profité de sa proximité pour accueillir des compétiteurs. Avec le recul, Florence Bariseau, vice-présidente des Hauts-de-France chargée de la jeunesse et des sports, évoque « 6 millions d’euros de retombées économiques et du rayonnement médiatique ». Tout juste regrette-t-elle que le territoire « n’ait pas suffisamment joué la carte touristique ». Ce qui sera fait dans l’optique de Paris 2024.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

JO de Paris 2024 : les régions dans les starting-blocks

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X