Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Médiation

Médiation sociale : du bas des tours aux entreprises privées

Publié le 02/11/2017 • Par Emilie Denètre • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Negotiations
AKS-Fotolia
Passée, en moins de quarante ans, du statut d’occupation pour personnes en mal d’insertion à celui de métier à part entière du champ social, la médiation sociale est en train d’achever sa mue. Reste à lui trouver un modèle économique viable.

C’est dans les années 80 que les premières expérimentations de médiation sociale apparaissent en France. Elles sont le fruit d’une société civile déboussolée, en proie à la crise économique, à la question du chômage de masse et aux premières violences urbaines. A l’époque, des femmes commencent à aider leurs familles, leurs amies, leurs voisines dans leurs démarches d’accès aux droits (médecin, CAF…). Presque dans le même temps, alors que certaines banlieues s’échauffent, des « grands » décident eux aussi de prendre en main leurs quartiers pour faire redescendre les tensions et calmer les plus jeunes. La médiation sociale vient de naître dans ses champs « historiques » que sont l’accès aux droits et la tranquillité publique.

Devant le succès de ces initiatives de terrain, l’Etat choisit d’institutionnaliser ces pratiques dans le cadre de la politique de la ville, en faisant d’une pierre deux coups : améliorer le vivre-ensemble dans des territoires en difficulté tout en y créant de l’emploi. C’est ainsi qu’apparaissent les programmes d’insertion « adultes relais » et « emploi-jeunes ». Nous sommes alors au début des années 2000. Un coup d’œil dans le rétroviseur qui permet de prendre toute la mesure du chemin parcouru.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Médiation sociale : du bas des tours aux entreprises privées

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X