Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Comment le gouvernement prévoit-il de résoudre la crise du logement ?

Publié le 23/10/2017 • Par Gabriel Zignani • dans : Réponses ministérielles

Réponse de Matignon : En faisant le choix de soutenir la demande, sans veiller à la maîtrise des prix, l’Etat a mené pendant des années des politiques du logement insuffisamment efficaces. Fort de ce constat, le gouvernement souhaite changer de logique et agir avec les acteurs de terrain et les collectivités territoriales pour faire baisser les prix de l’immobilier et des loyers, et rendre le logement abordable, notamment en faveur de nos concitoyens les plus fragiles.

Dans le cadre de la stratégie pour le logement présentée par le ministre de la Cohésion des Territoires, trois grandes priorités sont fixées et seront portées par un projet de loi en cours de préparation. La première d’entre elles est de construire plus de logements abordables dans les zones où la demande est forte : le Gouvernement souhaite engager une véritable politique de l’offre dans ces territoires. Dans cet objectif, plusieurs mesures sont en cours de préparation : la libération du foncier constructible pour accroître la construction, l’accompagnement des collectivités territoriales dans le cadre de projets partenariaux d’aménagement, la simplification des normes pour faire baisser le coût de la construction, ainsi que l’accélération des délais de traitement des recours contentieux contre les permis de construire. Les dispositifs « Pinel » et « PTZ », qui seront reconduits sur 4 ans tout en étant recentrés et mieux calibrés, soutiendront la production de logements locatifs intermédiaires et l’accession sociale à la propriété.

Le deuxième axe vise à garantir un logement pour les plus précaires et à renforcer la vocation sociale des logements sociaux. La politique du « logement d’abord » permettra de passer, pour les ménages en grande détresse, d’une logique d’hébergement à une logique d’accueil dans un logement adapté, avec un accompagnement social. Le gouvernement s’engage notamment à construire sur le quinquennat 10 000 places en pension de famille et 40 000 places en intermédiation locative. En parallèle, une forte production de logements sociaux et notamment de logements très sociaux sera maintenue, tout en modernisant les politiques d’attribution pour fluidifier la mobilité et les mutations.

Concernant les jeunes, un objectif de création de 20 000 logements pour jeunes actifs et 60 000 logements étudiants a été fixé pour la durée du quinquennat. L’extension de la caution locative gratuite VISALE à tous les étudiants, en sus des salariés précaires et des jeunes actifs, ainsi que la création d’un bail « mobilité professionnelle » de 1 à 10 mois, permettront de répondre aux exigences de mobilité de ce public.

Enfin, le gouvernement est pleinement engagé dans les transitions énergétique et territoriale. La rénovation énergétique de 150 000 passoires thermiques par an, soutenue dans le Grand Plan d’Investissement, ainsi que le doublement du programme de rénovation urbaine de 5 à 10 milliards d’euros sur 450 quartiers prioritaires de la Ville contribueront à transformer les quartiers et à réduire la facture énergétique des ménages les plus précaires. Les villes moyennes et les centre bourgs, qui souffrent d’une obsolescence de leur parc et d’une dévitalisation de leur activité, feront par ailleurs l’objet de mesures fortes en ce domaine. Ainsi, la stratégie du gouvernement est ambitieuse et source de transformations.

Cette stratégie est également cohérente avec la volonté du gouvernement de maîtriser les dépenses publiques. La France dépense en effet davantage dans la politique du logement que ses voisins européens. La dépense consacrée au financement des Aides Personnalisées au Logement (APL), qui représente à elle-seule 18 milliards d’euros par an, alimente, dans le parc social, un système paradoxal où l’Etat soutient financièrement la construction et la réhabilitation des logements sociaux, tout en finançant par ailleurs les APL pour solvabiliser les ménages présents dans ces mêmes logements.

Le gouvernement s’est donc engagé à baisser les loyers et la dépense de l’APL dans le parc social, tout en préservant le pouvoir d’achat des locataires. Un travail est engagé avec les bailleurs sociaux afin de mettre en place un dispositif permettant à la fois de faire baisser la dépense publique, de soutenir l’investissement, tout en aidant les bailleurs sociaux à se restructurer s’ils sont confrontés à des difficultés.

La réforme de la politique du logement est donc l’une des priorités du gouvernement et est portée par le ministre de la Cohésion des Territoires qui, aux termes de ses attributions définies dans le décret du 24 mai 2017 « prépare et met en œuvre la politique du gouvernement dans le domaine du logement et de la lutte contre la précarité et l’exclusion, de la construction, de l’urbanisme et de l’aménagement foncier et du cadre de vie ».

Domaines juridiques

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Comment le gouvernement prévoit-il de résoudre la crise du logement ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Bien

24/10/2017 09h35

Ces engagements vont dans le bon sens. Mais ils ne prennent pas en compte la diversité des territoires!

Au sein des territoires ruraux, les logements vacants représentent parfois 20 % du total des logements. Bien entendu il est facile d’affirmer que si ces logements ne trouvent pas de locataire c’est la faute des propriétaires qui mettent à la location des logements indécents.

C’est possible mais cela n’explique pas le problème. Par ailleurs la loi ALUR impose la construction de nouveaux logements sociaux???

Il me semble qu’il serait souhaitable de s’interroger sur la vacance de ces logements et de faire en sorte d’en remettre sur le marché dans des conditions financières permettant de répondre aux besoins des uns et des autres.

Pourquoi ne pas imaginer une collaboration public-privé sur ce dossier?

Mais auparavant il faudra que cesse les taux de taxe foncière prohibitifs qui font que l’immobilier est une vraie « vache à lait ».
Comment imaginer qu’un bailleur soit obligé de verser jusqu’à 30 % du montant de ses loyers pour payer la taxe foncière?… avec le nouveau taux de CSG-CRDS de 17,3 % et un taux marginal d’imposition de 30 % on atteint un prélèvement global qui peut aller à plus de 77 % des recettes!!!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X