Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Funéraire

La crémation globalement plus « écologique » que l’inhumation

Publié le 20/10/2017 • Par Céline Groslambert • dans : actus experts technique, France

Pech bleu cimetiere Beziers
Pech bleu - Béziers
Initiée par la Fondation des Services Funéraires - Ville de Paris, une étude inédite sur l’empreinte environnementale des pratiques funéraires en Ile-de-France révèle des impacts écologiques très variables entre la crémation et les différents types d’inhumation. Mais aussi au niveau des divers matériaux utilisés pour les cercueils et les monuments funéraires. Par ailleurs, tous les crématoriums ne sont pas en conformité avec l'obligation de filtrer les fumées.

« En dix ans, le taux de crémation a augmenté de 56%, et on frôle les 40% de crémation en France cette année ». Le constat, dressé par le directeur général des services funéraires de la ville de Paris, est sans appel : la crémation est aujourd’hui en pleine expansion. « Chez les plus de 60 ans, 57% voudraient pour eux-mêmes une crémation, contre 43% pour l’inhumation. Et dans les contrats d’obsèques qui ont été souscrits, on arrive à 70% de taux de crémation ». Mais ce choix correspond-il aux exigences écologiques ?

C’est pour le savoir que la Fondation des Services Funéraires de la Ville de Paris a financé une étude comparée sur la crémation et l’inhumation, première à prendre en compte leur dimension environnementale. « Au moment du décès, les gens ont besoin de valeurs. Pour, notamment, les 40% de Français qui se définissent comme non-croyants, l’écologie peut en faire partie » explique François Michaud Nérard.

L’étude, dont les conclusions ont été présentées le 12 octobre, a été confiée à Verteego, une startup spécialisée dans le management de données orienté vers l’écologie, et membre de Durapole, réseau francilien de startups axées sur les écotechnologies. Intitulée « Analyse environnementale comparative du rite de la crémation et de l’inhumation en Ile-de-France », l’enquête a intégré un nombre impressionnant de paramètres : matériaux utilisés pour le cercueil et le cas échéant pour l’urne cinéraire, transport du défunt après la mise en bière, consommation ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La crémation globalement plus « écologique » que l’inhumation

Votre e-mail ne sera pas publié

Pascal DEFOSSE

03/11/2017 02h15

Une étude objective très intéressante qui apporte des réponses précises à de nombreuses questions concernant l’industrie funéraire et l’écologie.
Elle démontre notamment qu’en matière de choix de cercueil, le « Co2 équivalent » du cercueil en carton en augmentation par rapport à celui du cercueil en bois(donc indicateur défavorable) n’a rien de comparable avec d’autres écarts tels que l’écart entre inhumation et crémation ou encore entre 2 équipements de crémation comme ceux du crématorium du Père Lachaise et le crématorium de Champigny.
Je ne pense pas que demain la conséquence de cette étude va être de fermer le site de Champigny ou encore d’interdire l’inhumation au profit de la crémation…
Alors mettons un terme au bashing incessant et récurrent des professionnels funéraires qui fait obstacle en France et ce, depuis de nombreuses années, au développement national du cercueil en carton.
Redécouvrez au travers du lien ci-dessous le contenu de l’étude réalisée à l’initiative des Services Funéraires de la Ville de Paris et découvrez comment le bilan énergétique d’une crémation réalisée avec un cercueil en carton peut être améliorée par une meilleure connaissance du produit et un traitement optimisé.
De même, comprenez pourquoi le cercueil en carton recyclé peut être la meilleure réponse de l’industrie funéraire au besoin de notre société d’engager rapidement des actions de progrès dans le domaine de l’économie du recyclage et de l’économie circulaire dans le cadre de la mise en place de la transition écologique.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X