Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Mobilité

L’embarras du choix pour développer une flotte d’autopartage

Publié le 26/10/2017 • Par Camille Selosse • dans : actus experts technique, France, Innovations et Territoires

Autopartage
C.Urbain / Citiz
L’autopartage permet de réduire l’usage de la voiture individuelle et accroît, en contrepartie, le recours à des modes de déplacement plus écologiques. Ce sont principalement les grandes agglomérations, pour l’heure, qui s’y intéressent, mais l’autopartage pourrait aussi, à l’avenir, se développer dans les zones rurales.Différents systèmes existent : la collectivité peut lancer son propre service public, le déléguer à un opérateur privé ou accompagner l’installation d’une flotte privée.

Autolib’ est le symbole de l’autopartage en France et il est dans une situation économique périlleuse. Cinq ans après l’avoir lancé, le groupe Bolloré table sur une perte avoisinant les 180 millions d’euros d’ici à 2023. Un gouffre financier, alors même que le service a su séduire les Parisiens.

Plus de 130 000 sont abonnés et 4 000 voitures sont disponibles. Or la facture va revenir aux collectivités. Autolib’ opère via un contrat de délégation de service public qui prévoit que le groupe Bolloré prenne en charge 60 millions d’euros de pertes. Le reste devant être payé par la centaine de collectivités franciliennes adhérentes au syndicat mixte Autolib’ Vélib’ métropole. Personne n’aurait jamais pensé que la situation se présenterait, tant Vincent Bolloré lui-même était initialement optimiste. La rentabilité devait en effet être atteinte dès le cap des 50 000 abonnés franchis.
L’échec sur le plan économique s’explique, selon le bureau d’études 6t, par l’existence d’un « plafond de ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’embarras du choix pour développer une flotte d’autopartage

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X