Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports ferroviaires

Elus et experts s’opposent sur la nécessité des lignes du Grand-Paris Express

Publié le 13/10/2017 • Par Nathalie Da Cruz • dans : Régions

gpe2
D.R.
Une centaine d'élus du Nord francilien (Val-d'Oise, Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne) ont manifesté devant l'hôtel Matignon, à Paris, le 12 octobre. La raison ? Le gouvernement envisagerait de revoir à la baisse le projet de super-métro « Grand Paris Express » censé améliorer les déplacements en Ile-de-France. Les lignes 16, 17 et 18 pourraient en faire les frais. Pour certains experts et l'association des usagers d'Ile-de-France, ces lignes, dont les prévisions de fréquentation sont faibles, n'ont pas leur raison d'être.

Environ deux cents personnes étaient présentes le jeudi 12 octobre à proximité de l’hôtel Matignon  dont elles ont été tenues à une bonne distance par un cordon de policiers. Une floppée d’écharpes tricolores, mais aussi des citoyens, des acteurs économiques, des élus parlementaires… « Le Grand Roissy mérite la ligne 17 », lisait-on sur une grande une banderole. La ligne 17, qui ira du Bourget (Seine-Saint-Denis) au Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne, après l’aéroport de Roissy, est en effet considérée par les élus comme vitale pour le territoire.

ligne 17c

Problème : « deux scenarii se profilent pour la ligne 17 : le report de sa mise en œuvre en 2030-2035, soit aux calendes grecques ; ou son abandon pur et simple », s’alarme Mathieu Montès, premier adjoint au maire de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis). Et ce pour des raisons financières : les travaux du Grand Paris Express coûtent plus cher que prévu ».

Selon Les Echos, les études techniques parallèles aux premiers chantiers « se précisent et débouchent sur des surcoûts courants dans ce type de projet ». A quoi s’ajoutent des demandes supplémentaires d’élus et de la région pour modifier le plan du réseau. « De 26 milliards d’euros au départ, la facture pourrait atteindre 28 à 35 milliards ».

« L’Est francilien va encore trinquer ! »

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette
LeMoniteur
EDF expose son nouveau visage au Simi

EDF expose son nouveau visage au Simi

Le Grand Paris compte toujours plus de bureaux

Le Grand Paris compte toujours plus de bureaux

Grand Paris Express : pourquoi les élus votent contre le budget provisoire 2018 de la Société du Grand Paris

Grand Paris Express : pourquoi les élus votent contre le budget provisoire 2018 de la Société du Grand Paris

Commentaires

Elus et experts s’opposent sur la nécessité des lignes du Grand-Paris Express

Votre e-mail ne sera pas publié

herb75

16/10/2017 11h15

Quoiqu’on en pense sur le fond, si elle se confirme, cette remise en cause du schéma global du GPE ne fera que mettre en lumière une nouvelle fois la lamentable incapacité de l’Etat à impulser et gérer une stratégie de long terme sur les grands projets, conduisant encore et toujours à des revirements qui produiront infiniment plus de casse (démocratique, notamment) que la constance et la rapidité d’exécution d’un projet même imparfait. Pourtant, on y a presque cru, cette fois-ci : une traversée sans encombre des alternances politiques, une remarquable concertation, des DUP obtenues sans obstacle… aujourd’hui, sous couvert d’un réajustement à d’assez obscures réalités financières ou économiques, on permet de remettre en débat le fondement même du projet. Que l’Etat ne vienne pas se plaindre par la suite, entre autres, des actions extrêmes type « ZADistes », il est entièrement responsable de leur prospérité en établissant lui-même une compétition avec l’intérêt général (ici largement démontré) dont il est pourtant garant du respect.

herb75

16/10/2017 11h45

De fait, ce revirement annoncé de l’Etat libère la parole de responsables politiques et d’experts. Leur compétence dans les domaines concernés n’est pas douteuse dans l’absolu, mais il est tout de même permis de s’interroger : le schéma du GPE comporterait des aberrations notamment en matière de calibrage ou de tracé, comme s’il était sorti hier et ne reflétait pas le résultat d’études et d’une concertation poussées depuis 5 ans ; on voit refleurir l’idée de radiales, alors que ce schéma cause l’embolie actuelle des transports parisiens ; on remet en cause la ligne 17 sans voir qu’au-delà de la desserte de l’hypothétique mégaprojet du Triangle de Gonesse, elle assure le désenclavement de tout l’est du Val-d’Oise défavorisé ; on se demande ce qu’un Clichois irait faire à Chelles mais on ne voit pas l’intérêt de rapprocher ces grands ensembles du cluster Descartes ou de Roissy ; on prédit une fréquentation limitée d’un réseau « dans les champs » en perdant opportunément de vue la volonté initiale des pouvoirs publics de favoriser l’inclusion dans la métropole de territoires « de marges » et de penser de fait le développement futur de la métropole… à ce stade du projet, il n’y aurait objectivement aucune raison que ces avis dispersés et opportunistes pèsent dans les arbitrages qui s’annoncent…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X