Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Aide aux victimes

« Une épée de Damoclès pèse sur les intervenants sociaux en commissariat » (ANISCG)

Publié le 12/10/2017 • Par Julie Clair-Robelet • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

Pascale Dubois ANISCG
Dubois
Fragilisés par un financement précaire de leurs postes, les intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie se sont réunis à Paris pour s'interroger sur l'avenir de leur mission. La présidente de l'Association nationale des intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie, Pascale Dubois, détaille les enjeux de l'évolution de ce dispositif. Le CIPDR appelle pour sa part les collectivités à se mobiliser pour la pérennité de ces postes.

Une centaine d’intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie se sont réunis mercredi 11 octobre au ministère de l’Intérieur à Paris pour faire le bilan de ce dispositif mis en place dans les années 1990 et surtout imaginer l’avenir.

Manque de financement, statut précaire, isolement… Pour la présidente de l’ANISCG (Association nationale des intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie), Pascale Dubois, la pérennité des intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie constitue un « combat au quotidien ».

Pourquoi avoir organisé une journée nationale de réflexion sur l’avenir du dispositif des intervenants sociaux en commissariat ?

Le dispositif existe depuis les années 1990, mais l’association nationale des ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Une épée de Damoclès pèse sur les intervenants sociaux en commissariat » (ANISCG)

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X