Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grand Paris

Grand Paris : la fronde des départements contre la métropole « Macron »

Publié le 10/10/2017 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Grand_Paris_HP
Fotolia nullplus
La possible disparition des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne suscite, ce 10 octobre 2017, une levée de boucliers des présidents de départements d’Ile-de-France. Au-delà des frontières administratives et politiques, les élus PS, LR et PCF mettent en garde contre la « métropole riquiqui », « la métropole des riches », que préparerait Emmanuel Macron.

Patrick Devedjian, patron LR des Hauts-de-la-Seine en communion avec le président socialiste de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel  et son confrère communiste du Val-de-Marne, Christian Favier. Le propos, à l’Assemblée des départements de France ce 10 octobre 2017, valait le déplacement. Une improbable union sacrée contre les desseins supposés du nouveau pouvoir.

Selon Le Monde, Emmanuel Macron devrait annoncer, lors d’une conférence territoriale sur le Grand Paris qui pourrait avoir  lieu le 6 novembre, la fin des trois conseils départementaux de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne). Trois collectivités représentant plus de 5 milliards d’euros de  budget et 20 000 agents.

Maillons faibles de l’organisation territoriale francilienne aux yeux de la « Macronie », les conseils départementaux créés en 1968 par le général de Gaulle verraient leurs compétences redistribuées entre la métropole du Grand Paris (MGP) et les établissements publics territoriaux (EPT). Un scénario, dans le droit fil de l’architecture dessinée pour 2020 par Manuel Valls lorsqu’il résidait à Matignon. Un regroupement inspiré par celui mené par l’ancien président du Grand Lyon, l’actuel ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.

Emmanuel Macron étendrait, en sus, le périmètre de la métropole du Grand Paris, aujourd’hui essentiellement circonscrit à la capitale et à la petite couronne. Il l’élargirait à la zone de Roissy et au plateau Saclay, joyau de la recherche et des grandes écoles françaises.

Le spectre de la relégation de la grande couronne

Il n’empêche, pour Patrick Devedjian, cette aire d’intervention n’est toujours pas la bonne. Partisan, comme la majorité des présidents, de départements d’un Grand Paris aligné sur les frontières de la région, le patron des Hauts-de-Seine dénonce une « métropole riquiqui », à laquelle l’Etat refuse obstinément, selon lui, de confier des outils stratégiques (Aéroport, gares, autoroutes…).

La MGP et les établissements publics territoriaux vont, pointent les édiles, se retrouver lestés de coûteuses compétences sociales départementales (RSA, allocation personnalisée d’autonomie, aide sociale à l’enfance…), très loin de l’attractivité recherchée.

Et qu’on ne vienne pas leur parler de réduction des inégalités. La fin de la séparation entre les Hauts-de-Seine et le 9-3 est un rideau de fumée pour Stéphane Troussel. « Cela n’est pas en créant quatre sous-départements en Seine-Saint-Denis, appelés établissements publics territoriaux, que l’on renforce la solidarité », fulmine-t-il.

Le président LR de l’Essonne François Durovray va plus loin, adoptant, pour l’occasion, une posture mélenchonesque : « Le président des riches est en train de construire la métropole des riches. » « Les habitants de la grande couronne, poursuit-il, ne sont pas des habitants de seconde zone. La taxe pour financer le futur réseau de transport Grand Paris Express, tout le monde la paie. A partir du moment où on a les mêmes devoirs, on doit avoir les mêmes droits. »

Des élus métropolitains désignés au second degré

Pour Stéphane Troussel, Emmanuel Macron ne joue pas franc jeu avec les collectivités locales depuis le début. Le président de la Seine-Saint-Denis compare le discours, rassurant du président de la République lors de  la Conférence nationale des territoires le 17 juillet au « serpent Kaa qui dans le livre de la jungle, dit à Mowglie : « Aie confiance »  pour mieux étrangler sa  proie.

Vent debout,  Stéphane Troussel tempête contre la MGP et les EPT, « tous ces  machins désignés au deuxième et au troisième degré et ceux qui les dirigent sans rendre des comptes au citoyen ». Une pierre dans le jardin de Patrick Ollier (LR), le patron de la métropole, qui n’aurait rien contre la fusion-absorption des départements de la petite couronne au sein de son ensemble urbain. Une superstructure qui n ‘aurait pas forcément vocation à être désignée au suffrage universel…

Patrick Devedjian ne tient pas un autre discours. Le patron des Hauts-de-Seine a même fait ses comptes. « Entre les 209 conseillers de la M GP et les 1 064 conseillers métropolitains, on a 1 263 élus qui échappent au suffrage universel, contre 138 conseillers départementaux désignés par le peuple. »

Et Christian Favier, président PCF du Val-de-Marne de mettre en garde contre « une métropole qui concentrerait tous les pouvoirs, en exerçant une tutelle sur les autres collectivités ».

Le préfet de région à la manoeuvre

Mais Stéphane Troussel n’est guère inquiet. Des « big-bangs ébauchés sur un coin de table entre technocrates bien-pensants », il en a vu d’autres. « A chaque fois, les modernisateurs en chef ciblent le département et, à chaque fois, le département finit renforcé. »

En attendant, le préfet de la région Ile-de-France Michel Cadot recevra les présidents d’intercommunalité le jeudi 12 octobre. Le vendredi 13 octobre, ce sera le tour des patrons de départements de la grande couronne. Puis, viendront les présidents sur la sellette de la petite couronne. « On est convoqué par un administrateur colonial », sourit Patrick Devedjian. Et son complice des Yvelines, Pierre Bédier avec lequel il compte fusionner les Hauts-de-Seine, de renchérir : « Mais les déclarations d’indépendance, en ce moment, c’est très à la mode… »

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette
LeMoniteur
Grand Paris Express : le nouvel emprunt d’1 milliard d’euros à la BEI est signé

Grand Paris Express : le nouvel emprunt d’1 milliard d’euros à la BEI est signé

Taxe pour création de bureaux, commerces et entrepôts en Ile-de-France : le décret est (enfin) publié !

Taxe pour création de bureaux, commerces et entrepôts en Ile-de-France : le décret est (enfin) publié !

Grand Paris Express : Lafarge investit dans une nouvelle plateforme de valorisation des déblais en Seine-Maritime

Grand Paris Express : Lafarge investit dans une nouvelle plateforme de valorisation des déblais en Seine-Maritime

Commentaires

Grand Paris : la fronde des départements contre la métropole « Macron »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X