Déchets

Recyclage : les déchetteries ont la cote auprès des Français

| Mis à jour le 07/11/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

Emmanuelle Picaud/ TechniCités

L’association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV) a rendue publique un sondage de satisfaction mené auprès de plusieurs usagers de déchetterie. Ce travail, première du genre en France, apporte de précieux enseignements.

« La déchetterie est à la fois un service public de proximité et un service environnemental qui est relativement peu étudié et peu discuté. Pourtant, son importance est manifeste ». Ce constat, réalisé par l’association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV), intervient dans le cadre de la première enquête de satisfaction des usagers des déchetteries réalisée en France. 849 personnes y ont répondu.

Un outil en plein essor

Dans un contexte où le recyclage est de plus en plus plébiscité, l’association de consommateur a souhaité en savoir davantage sur cet outil, qui « ne cesse de monter en puissance, puisque l’Ademe a recensé plus de 4 500 sites de déchetteries publiques en France, soit une multiplication de leur nombre par 12 en 25 ans ». En outre, en 2015, les déchetteries ont récolté 12, 5 millions de tonnes de déchets, soit environ le tiers des déchets collectés par les services municipaux.

De fait, celles-ci « représentent un enjeu de service pour les habitants qui s’y rendent de plus en plus fréquemment, soit parce qu’ils y sont contraints, soit parce que le réflexe du recyclage (et donc de l’apport volontaire) est de plus en plus présent », commente l’association.

Quelques points noirs encore au tableau

A en croire les résultats, les usages des déchetteries gagneraient à être mieux connus. Ainsi, concernant le type de déchet déposé, les déchets verts arrivent nettement en tête. Une réalité qui a plutôt surpris les auteurs du sondage : « on s’attendrait plus à voir en tête les déchets de travaux, de bricolage ou des articles issus des vide-greniers. Mais les résultats confirment aussi ce que l’on sait des politiques récentes des municipalités qui tendent à ne pas collecter en porte à porte les gros volumes de déchets verts (car ils encombrent les poubelles) et demandent à les amener en déchetteries (ce que font donc les habitants quand ils ont fait leur opération d’élagage/nettoyage du jardin) ».


En ce qui concerne les équipements ménagers électriques, la déchetterie reste le premier lieu de dépôt (57% des sondés), suivi par la collecte en magasin et les associations type Emmaüs, Envie, etc. (respectivement 16 et 15%). Point important, la moitié des sondés ont déclaré avoir déposé ce type de déchet dans un espace ouvert alors que les experts recommandent que l’espace de collecte en question soit couvert, car la collecte en espace ouvert abouti souvent à une dégradation du déchet (avec la pluie, etc.) ce qui nuit à son potentiel de recyclabilité.

Les centres urbains laissés pour compte

En ce qui concerne la fréquence des passages à la déchetterie, les résultats semblent très encourageants, 72% des sondés déclarant s’y rendre plus de 2 fois par an. Mais le sondage comporte des biais qu’il ne faut occulter. D’une part, ces bons résultats peuvent aussi s’expliquer à travers le fait que les répondants au questionnaire sont des usagers de déchetteries, et ne représentent pas la moyenne des français (plus on utilise la déchetterie, plus on en envie de répondre à un questionnaire sur le sujet).

D’autre part, la majorité des répondants au questionnaire se trouvent dans des zones rurales (les régions Île-de-France et les départements des Bouches-du-Rhône et du Rhône ne représentant que 12% des répondants). « L’assez faible participation à cette enquête des habitants de centres urbains montre en creux que cet outil peine à assurer une présence suffisamment effective sur ces territoires […] sachant que les volumes de collectes sélectives/recyclages sont bien plus bas que la moyenne dans les centres urbains, on voit qu’il faut inventer d’autres modes de collecte et un nouveau format de déchetterie pour ce type de territoire », analyse l’association de consommateurs.

Simple, mais efficace

Enfin, en termes de satisfaction, 88 % des sondés sont satisfaits ou très satisfaits des conditions et de l’accueil sur site, 87 % le sont des informations données sur place et 78 % sont satisfaits des informations données au préalable par les différents supports d’information municipaux. « Ces constats doivent nous rappeler que les bons chantiers environnementaux ne sont pas toujours très high-tech ou portés par une innovation notable. Dans le cas de la déchetterie, un instrument traditionnel avec un bon maillage peut produire de la satisfaction et de la performance environnementale », concluent les auteurs.

Les chiffres clés des déchetteries en France

  • 4 620 déchetteries en France
  • 198 kg/habitant/an de déchets collectés en déchetterie
  • 573 kg/habitant/an de DMA
  • 97 % de la population desservie
  • 127 231 136 visites par an
  • 99 kg/visite
  • 64 % des déchets sont envoyés dans des filières de valorisation (matière, organique et/ou énergétique)
  • 123 €/t/an pour la gestion des déchetteries (moyenne nationale du coût technique HT – le référentiel présente également les coûts en €/hab)

Source : Enquête nationale ADEME 2013 / Référentiel national 2015 des coûts du service public de gestion des déchets (données 2012)

Commentaires

2  |  réagir

10/10/2017 08h40 - VIDAL MARIE-PIERRE

Il serait intéressant que les déchetteries règlent une fois pour toutes le problème des pneus que les particuliers laissent dans la nature, faute de savoir où les mettre. Les déchetteries les refusent. Les communes sont envahies et aucune proposition. Merci de vous pencher sur ce problème de salubrité publique.

Signaler un abus
09/10/2017 02h21 - ssrw38

Autant le principe est génial autant certaines déchetteries sont dans un tel état que l’on hésite à venir y déposer ses déchets. Lieux sales, mal pratiques voire quasi inaccessibles (je pense en particulier à une benne à gravat posée sur le sol, on se gare à côté et on joue des muscles pour hisser ses gravats par dessus les ridelles environ 80/90 cm de haut il est alors préférable avoir pensé à concasser à l’avance ses gravats sinon tour de rein assuré ou pire !.)Allez mesdames, messieurs les ingénieurs territoriaux montrez nous ce que vous savez faire et imaginer et surtout mettez vous dans la situation du quidam et venant tester les lieux par vous mêmes !

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X