Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Métropoles

« Les régions doivent s’occuper d’articuler métropoles, villes et ruralité»

Publié le 06/10/2017 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

jean-pierre balligand
patricia marais
Selon Jean-Pierre Balligand, coprésident de l'Institut de la gouvernance territoriale et de la décentralisation, l'Etat doit assurer la péréquation, et les régions la charnière entre territoires urbains et ruraux. Coprésident d'un think tank et président du comité d'orientation de La Banque postale, l'ex-député (PS) de l'Aisne Jean-Pierre Balligand livre son regard sur les rapports entre les métropoles et les territoires ruraux.

Cet article fait partie du dossier

Les métropoles vont-elles vampiriser leurs voisins ?

Quel constat tirez-vous de la mise en place des métropoles en France ?

D’abord, il faut faire le constat de l’existant. L’étude publié chaque année par la Banque postale et France urbaine, intitulée « Territoires urbains – portrait financier » le montre. Il y a aujourd’hui 28 millions d’habitants dans des « oasis urbaines », qui correspondent à 75 territoires. Le reste, une grosse moitié de la population, est ailleurs. La loi a permis de donner un statut aux métropoles, mais, concomitamment, il n’y a pas eu le pendant pour les régions. Il a manqué un texte pour réaffirmer le rôle des régions afin d’organiser l’infrarégional. La vraie question est de savoir comment on réfléchit à l’articulation entre les métropoles et leur Hinterland (zone d’influence, ndlr).

Comment les métropoles, tirant leur épingle du jeu, peuvent-elles irriguer les territoires environnants ?

Les grandes villes ont, pour la plupart, de moyens importants. Elles sont connectées avec d’autres villes d’Europe et du monde. Sans rien renier de leur mérite, elles irriguent, mais il n’en demeure pas moins qu’il faut organiser, ce qui ne se fait pas naturellement. Cette mutation doit être accompagnée par un aménageur, et ce sera forcément la région. Le problème : les régions ne sont plus des nains politiques, mais le restent fiscalement.

N’est-ce pas aux régions de répartir en partie la richesse des métropoles ?

Non, les régions doivent s’occuper de l’ingénierie contractuelle, pour permettre aux territoires de contractualiser. A elles de régler l’articulation entre les métropoles, les villes moyennes et les territoires ruraux, mais c’est à l’Etat d’assurer la péréquation ! Nous sommes, en France, incapables de bien repartir la richesse. Certes, toutes les aires urbaines ne sont pas riches, mais il y a des endroits où elle ne cesse de s’accumuler. Et l’Etat, qui sait être aménageur, n’est pas capable d’organiser une péréquation convenable.

Que vous inspirent les contrats de réciprocité ville-campagne ?

Ils constituent une réponse, mais qui ne peut être la panacée. Ce n’est pas une nouveauté. A Rennes, par exemple, Edmond Hervé (ancien maire PS de 1977 à 2008, sénateur de 2008 à 2014, et ministre sous le premier septennat de François Mitterrand, ndlr) avait instauré une forte coopération avec les collectivités voisines, comme des contrats de réciprocité avant l’heure. Mais cela ne peut suffire, on ne peut pas laisser les métropoles régler seules ces disparités. D’une part, parce que certaines ne le feront pas, d’autre part, parce que certains territoires en sont trop éloignés. Nous sommes à la fin du « jardin à la française », il va falloir se regrouper mais, pour y parvenir, il faudra que l’Etat remplisse sa fonction. Sans tuer la « poule aux œufs d’or » que sont les métropoles, donner du carburant aux groupements intercommunaux, afin de soutenir la France qui décroche.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Les régions doivent s’occuper d’articuler métropoles, villes et ruralité»

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X