Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Métropoles

Métropoles et territoires périurbains et ruraux : une mécanique à repenser

Publié le 05/10/2017 • Par Pablo Aiquel • dans : A la une, France

metropole-campagne3
nullplus
Les dirigeants des métropoles assurent agir en complémentarité avec les territoires périurbains et ruraux. Ceux-ci réclament une redistribution de la fiscalité pour partager les richesses et renforcer le développement local.

Cet article fait partie du dossier

Les métropoles vont-elles vampiriser leurs voisins ?

La France en compte désormais dix-huit. Et dès janvier, elles seront vingt-deux. Pas de doute, la France des métropoles est en marche ! Quinze d’entre elles ont déjà signé un pacte Etat-métropole. Huit, dont Paris, sont considérées « d’envergure européenne » et certains s’interrogent sur l’intérêt de les fusionner avec le département où elles se situent, sur le modèle lyonnais.

Accélérer les dynamiques métropolitaines et partager avec le reste des territoires

Quelle différence avec les communautés urbaines du début du XXIème siècle ? Ces communautés avaient pour rôle de développer et structurer les grandes agglomérations. La tâche est accomplie. Désormais, il s’agit d’accélérer les dynamiques métropolitaines et de partager cet élan avec le reste des territoires : villes moyennes, zones périurbaines et rurales.

Une nouvelle mission que le président de France urbaine, Jean-Luc Moudenc, confirme. « Le rôle des métropoles est d’être des locomotives. Dans notre esprit, les métropoles ne peuvent pas se recroqueviller sur elles-mêmes, elles ont des devoirs vis-à-vis des territoires qui les entourent.

Et, déjà, elles endossent ce rôle, elles irriguent autour d’elles, procurent des emplois et des services, financent des équipements qui sont utilisés par une population qui vit bien au-delà de leur périmètre », assure le président de Toulouse métropole (37 communes, 746 900 hab.). Mais comment aller au-delà de ce « ruissellement » et en finir, ou pour le moins réduire, les inégalités entre les territoires ? Les avis divergent.

Une compétition instrumentalisée

Pour la nouvelle génération de dirigeants métropolitains, c’est l’heure de « l’alliance des territoires ». « En France, il y a une opposition permanente très forte entre territoires ruraux et urbains, parfois instrumentalisée. C’est pour cette raison que je prône, à Nantes et dans le grand Ouest, l’alliance des territoires », affirme la présidente (PS) de Nantes métropole (24 communes, 619 200 hab.), Johanna Rolland.

L’élue rappelle qu’il faut chercher à cultiver les complémentarités plutôt que les oppositions : « Les sujets d’avenir, comme les transitions écologique et alimentaire, vont nous inciter, de fait, à penser différemment les interactions entre les territoires urbains et ruraux, et à inventer de nouvelles réponses ».

A titre d’exemple, elle cite le projet de création d’un pôle agroalimentaire, « coconstruit avec les acteurs de l’ensemble des filières agricoles du département », à l’occasion du déménagement du marché d’intérêt national de Nantes – le deuxième après Rungis , vers Rezé, à quelques kilomètres. Ce projet est l’une des actions prévues dans les pactes Etat-métropole pour l’innovation et la coopération inter-territoriale.

Mais, sur les quinze pactes signés, qui représentent un investissement de 150 millions d’euros, les trois-quarts des projets concernent l’innovation et sont donc souvent entièrement internes aux métropoles  et juste un quart d’entre eux concernent des actions de coopération avec les territoires voisins (lire ci-après). Avec cette répartition, vue de l’extérieur, le compte n’y est pas.

« 1 % métropole », un outil à partager

« L’Etat incite les métropoles à coopérer avec le reste des territoires, mais, pour les petites villes, ce n’est pas suffisant. Il est établi que les métropoles captent l’essentiel des richesses et des créations d’emploi. Nous pensons que, pour renouer avec la solidarité territoriale, il doit y avoir également une coopération financière, affirme le délégué général de l’Association des petites villes de France (APVF), André Robert. C’est ce qui justifie que nous ayons proposé le dispositif de péréquation dit du 1 % métropole. »

Cette mesure consisterait à prélever 1 % de la recette de la contribution foncière des entreprises (CFE) et de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) des métropoles, qui composent la contribution économique territoriale (CET), pour les affecter à des projets structurants. « Nous l’avons chiffré à 20 millions d’euros par année, au plan national. Ce ne sont pas des sommes qui déshabilleraient les finances des métropoles », estime le délégué général de l’APVF.

Pour la mise en œuvre, le débat est ouvert. « Certes, les métropoles ont un rôle de catalyseur, mais il faut que les locomotives tirent les wagons ! », assure le délégué général de l’Assemblée des communautés de France (ADCF), Nicolas Portier.

L’ornière des mesures « marketing »

Pour les intercommunalités  renforcées par la loi « Notre  »-, les synergies potentielles sont multiples, à condition de ne pas tout concentrer à l’intérieur des métropoles. « Concernant les universités, il faut un maillage des pôles de formation ; dans le tourisme, il y a des sites saturés, urbains et ruraux. Doivent être aménagées des réciprocités dans un jeu gagnant-gagnant », affirme ainsi Nicolas Portier. Comme les contrats de réciprocité ?

« Il faut arrêter d’inventer des dispositifs, un peu marketing, un peu conceptuels. Nous n’avons pas besoin que l’Etat nous fasse nos contrats, assène-t-il. Il existe des outils, comme les syndicats mixtes, les Scot [schémas de cohérence territoriale, ndlr], les pôles métropolitains. Il faut travailler sur un modèle de développement métropolitain durable. » Enfin, il reste des territoires qui attendent peu des métropoles.

« Nous ne pouvons plus fonctionner dans une logique centre-périphérie, soutient le président de l’association nationale Nouvelles Ruralités, Patrice Joly. Nous sommes aussi des locomotives, en matière de lieux d’agrément, d’eau, de qualité de l’air. D’où l’intérêt que les territoires non métropolitains disposent d’une ingénierie pour concevoir leur développement et le mettre en œuvre. Il faut aussi laisser les territoires le penser par eux-mêmes. »

Le président (PS) du conseil départemental de la Nièvre considère que, dans les territoires éloignés des métropoles « réelles » (plutôt huit que vingt-deux), les intercommunalités sont de taille trop modeste. Et d’ajouter que, selon lui, « les métropoles n’ont pas l’habitude de regarder en dehors de leur périmètre ».

28,1millions d’habitants vivent en zone urbaine, soit 43 % de la population nationale. En dehors de l’Ile- de-France, les citadins sont 17,5 millions, en progression de 0,5 % par rapport à 2015. Source : France urbaine et La Banque postale, 2017.

Une rentrée de débats sur les chapeaux de roue

Assises, conventions, colloques… Les relations entre les métropoles et le reste des territoires sont, en cette rentrée, la question centrale que se posent élus, agents et spécialistes lors de leurs rencontres. « Petites villes, villes moyennes et métropoles : comment construire une nouvelle coopération territoriale ? » se sont-ils ainsi demandé à Hendaye lors des assises de l’APVF, les 21 et 22 septembre.

« Les défis des solidarités entre villes et campagnes » sont les thèmes principaux de la convention nationale de l’ADCF du 4 au 6 octobre à Nantes, qui réunit les intercommunalités et les métropoles. Le 20, l’institut d’études politiques de Rennes et le pôle métropolitain Loire-Bretagne proposent, à Nantes, le colloque national « vers une nouvelle alliance des territoires. Urbain, périurbain, rural : dialoguer, expérimenter et agir ensemble ».les chances à saisir

Les 26 et 27 octobre, lors de ses rencontres à Valence, l’association nationale Nouvelles Ruralités convoquera le colloque « la ruralité, une chance à saisir pour la France ! », sur l’interaction entre la ruralité et le reste de l’Hexagone.

Les 23 et 24 novembre, l’institut d’Auvergne de développement des territoires organise à Clermont-Ferrand le colloque « métropoles, villes intermédiaires et ruralités : quelles interactions au service du développement territorial ? ». Au menu : « quel statut pour le rural face à l’affirmation des métropoles ? », « l’affirmation des métropoles, un trompe l’œil ? » et « premiers bilans et perspectives de la loi  Notre : métropoles et solidarités territoriales ».

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Métropoles et territoires périurbains et ruraux : une mécanique à repenser

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X