Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elus/DGS

« Avec les DGS, les nouveaux élus ne font pas dans le sentiment »

Publié le 04/10/2017 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Pierrick Lozé
ADCGF
Figure du bureau du Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales, Pierrick Lozé est l'auteur d'un essai savoureux sur « le couple infernal » maire-DGS.

En quoi les rapports entre les patrons d’exécutif et les directeurs généraux des services ont-ils évolué depuis la parution, en 2010, de votre ouvrage « Maire/DGS, le couple infernal » ?

Les élus issus de l’alternance des élections locales de 2014 et 2015 sont plus jeunes, plus engagés et moins au fait du fonctionnement des collectivités territoriales que leurs prédécesseurs. Ils sont souvent recrutés comme directeurs de cabinet des collaborateurs très politiques. Parmi ces derniers, on repère le poids grandissant des anciens attachés parlementaires, habitués à faire des coups à l’Assemblée nationale et au Sénat. Ces collaborateurs sont moins techniciens que leurs devanciers. L’avantage de cette redistribution des cartes dans les collectivités, c’est que les directeurs de cabinet marchent moins sur les plates-bandes des directeurs généraux des services.

Qu’en est-il dans les intercos ?

De nouveaux élus ont mis en place des cabinets là où il n’y en avait pas. Eux qui consacrent l’essentiel de leur mandat à leur ville-centre ont éprouvé le besoin d’avoir des hommes de confiance. Des collaborateurs qui assurent le relais auprès de l’administration et des maires de leur établissement public de coopération intercommunale. C’est particulièrement le cas dans les groupements où, dans le cadre des schémas départementaux de coopération intercommunale, les fusions se sont déroulées dans la douleur.

Les nouveaux élus se sont-ils facilement séparés des DGS en place ?

La plupart d’entre eux ont voulu de nouvelles têtes. Et, quand ils ont conservé leur directeur général des services en arrivant, il n’est pas rare qu’un an ou un an et demi après ils s’en soient séparés. Le turnover est de plus en plus fort. C’est le syndrome du nouveau souffle. Quand cela patine un peu, le directeur général des services sert de fusible idéal.

Est-ce que cela signifie que ces élus recherchent surtout des exécutants ?

Ils sont, avant tout, en quête d’un savoir-faire. Ils ne font pas dans le sentiment. Ils ne cherchent pas à construire, sur la durée, une véritable complicité. Ils attendent de leur DGS qu’il soit tout de suite opérationnel, qu’il s’inscrive dans la feuille de route qu’ils ont eux-mêmes fixée. Ces nouveaux élus ont aussi une exigence partisane plus forte. Ils veulent des DGS qui ont travaillé avec des collègues de leur obédience politique.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« Avec les DGS, les nouveaux élus ne font pas dans le sentiment »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X