Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education

Retour à la semaine de 4 jours : vraiment une source d’économie pour les communes ?

Publié le 02/10/2017 • Par Michèle Foin • dans : Dossiers d'actualité, France

élèves à l'école
Phovoir
Si la réforme Peillon a coûté cher aux communes, revenir à la semaine de 4 jours ne garantit pas toujours des économies substantielles. Les parents se sont en effet habitués dans certaines communes à des activités périscolaires de qualité.

Cet article fait partie du dossier

Rythmes scolaires : les communes à l'heure des choix

C’était le principal reproche de l’Association des maires de France (AMF) : la réforme des rythmes scolaires a pesé bien trop lourd dans les finances des communes et des intercommunalités.  D’après la dernière enquête de l’AMF diffusée en juin 2016, le coût annuel brut moyen par enfant inscrit aux nouvelles activités périscolaires (NAP) est en effet de 231 euros pour les communes et 243 euros pour les intercommunalités.

En dépit du fonds de soutien de l’Etat et des aides éventuelles de la Caisse d’allocation familiale (CAF), le reste à charge s’élève à 70% pour les communes et 66% pour les intercommunalités. Revenir à la semaine de 4 jours devrait donc théoriquement permettre aux collectivités de faire de substantielles économies.

C’est d’ailleurs la raison invoquée par de nombreux élus hostiles à la réforme qui, en quelques semaines, ont massivement sauté sur l’occasion de revenir à la semaine de quatre jours. Mais ce retour à « l’avant-2014 » permet-il réellement des économies ?

Des taux d’encadrement resserrés

« On n’aura pas gagné un centime ! » affirme Hugues Portelli, maire (LR) d’Ermont (Val d’Oise – 28 925 hab.), alors que la réforme Peillon aura coûté 400 000 euros  à la ville. C’est qu’un retour à l’identique peut passer, aux yeux des parents, comme un recul de l’offre de service, même s’ils ont plébiscité le retour à la semaine de 4 jours dans les conseils d’école, comme c’est le cas à Ermont.

« Avant la réforme, la cantine était ouverte uniquement aux enfants qui allaient au centre de loisirs. A la rentrée 2017, nous avons maintenu la cantine pour tous les enfants, y compris ceux qui ne vont pas au centre de loisirs », explique ainsi le maire.

Un manque de places dans les centres de loisirs

Surtout, les services de la direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) du Val d’Oise ont immédiatement exigé de la ville un retour aux taux d’encadrement stipulés dans le code de l’action sociale et sont revenus à une interprétation stricte de la capacité d’accueil.

« Au moment de la réforme, ils avaient toléré un accueil en surnombre d’une dizaine de places. A la rentrée, tous les dépassements d’effectifs ont été annulés ! » témoigne Hugues Portelli. (NDLR : Le taux d’encadrement en vigueur dans le code de l’action sociale pour l’Accueil périscolaire (avant ou après la classe) est d’un adulte pour 10 enfants de moins de 6 ans et un adulte pour 14 enfants de six ans et plus. Quant à l’accueil extrascolaire (le mercredi ou pendant les vacances), il se chiffre à un adulte pour 8 enfants de moins de 6 ans et d’un adulte pour 12 enfants de 6 ans et plus.)

Conséquence : à la rentrée, la ville n’a pas pu

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article fait partie du Dossier

Rythmes scolaires : les communes à l'heure des choix

Sommaire du dossier

  1. Une rentrée scolaire sous le signe assumé du pragmatisme
  2. Rythmes scolaires: le retour en force de la semaine de quatre jours d’école
  3. Retour à la semaine de 4 jours : vraiment une source d’économie pour les communes ?
  4. Rythmes scolaires : le décret d’assouplissement publié, malgré les oppositions
  5. Rythmes scolaires : entre remise en cause et stabilité
  6. Assouplie, la réforme des rythmes scolaires reste obligatoire
  7. Rythmes scolaires : une réforme génératrice d’inégalités ?
  8. Rythmes scolaires : clichés et contre-vérités passés au crible
  9. Les animateurs, grands oubliés de la réforme des rythmes scolaires ?
  10. Financement des rythmes scolaires : les mauvaises manières du gouvernement
  11. Rythmes scolaires : élus et techniciens mécontents de voir le fonds de soutien lié au PEDT
  12. Rythmes scolaires : le virage à 180 degrés du ministère de l’Education nationale
  13. Rythmes scolaires : sur le terrain, ce que vivent les équipes municipales, à quelques jours des vacances
  14. Bal tragique des rythmes scolaires : un enterrement
  15. Réforme des rythmes scolaires : un maire peut-il refuser de l’appliquer ?
  16. [Exclusif] Rythmes scolaires : « Je mesure la difficulté de la mise en œuvre de cette réforme pour de nombreux élus » – Vincent Peillon, ministre de l’Education
  17. Un assouplissement de la réforme des rythmes scolaires : oui, mais lequel ?
  18. Rythmes scolaires : selon leur taille, les collectivités n’ont pas les mêmes urgences
  19. Réforme des rythmes scolaires : le CNFPT enrichit son offre de formation
  20. Réforme des rythmes : les enseignements du colloque de la Gazette du 14 novembre
  21. Rythmes scolaires : combien va coûter la réforme aux collectivités locales?
  22. Réforme des rythmes : les ressources documentaires du colloque de la Gazette du 14 novembre
  23. Surcoût de 10 à 30% pour les communes qui ont appliqué la réforme des rythmes scolaires
  24. Transports scolaires, « le maillon oublié » de la réforme des rythmes scolaires
  25. Rythmes scolaires : les désillusions des animateurs périscolaires
  26. Réforme des rythmes : entre enseignants et animateurs, le fossé se creuse – interview croisée
  27. [Exclusif] Rythmes scolaires : le projet de décret détaille les critères d’attribution du fonds d’amorçage
  28. Projet de loi sur la refondation de l’école : l’Andev sur la réserve, le RFVE moins
  29. Rythmes scolaires : les premières annonces appellent des précisions sur les moyens
  30. Ressources documentaires

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Retour à la semaine de 4 jours : vraiment une source d’économie pour les communes ?

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

03/10/2017 09h08

Et aucun grand énarque super conseiller de ce nouveau et « très prometteur » gouvernement ne l’a vu venir !
Laissez moi en rire, encore une preuve de la déconnexion totale des grands élus et fonctionnaires parisiens depuis leurs bureaux dorés avec la vraie vie, celle de la France d’en bas comme disait un autre politique. Et pourtant tous se targuent de leur proximité avec les territoires lorsqu’ils refusent les limites aux cumuls de mandat. Allez comprendre ! Peut être proximité avec les buffets et autres coupages de rubans devant les appareils photos et les caméras, mais pas avec la vie de tous les jours.

Pad

03/10/2017 10h55

Arrêtons d’écrire ou de dire n’importe quoi. La semaine des quatre jours ou tout autre formule n’a rien à voir avec des économies ou non. Il s’agit d’adapter les rythmes scolaires à la physiologie de l’enfant, au travers de la chronobiologie. Je me suis plongé dans ce domaine il y a vingt ans alors que j’étais Parent d’élèves, et j’ai travaillé en interface avec l’Education nationale. Le sujet est complexe, et il apparaît encore aujourd’hui que personne ne sait se déterminer sur la question. Arrêtons-donc de faire du mercantilisme sur tout. La question du bien-être des élèves est bien au-dessus de ces considérations gluantes.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X