Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Editorial] Action publique

Elus locaux/Etat : la guerre des mondes

Publié le 29/09/2017 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

senat-facade-nord-2
Le Sénat
Surgis des entrailles du « vieux monde », les grands électeurs de la Chambre haute ont infligé sa première claque au nouveau pouvoir.

Surgis des entrailles du « vieux monde », les grands électeurs de la Chambre haute ont infligé sa première claque au nouveau pouvoir. Sans coup férir, ils ont rabaissé le (petit) nombre de sénateurs marcheurs de 29 à 24, sur les 348 élus du Palais du Luxembourg. Les conseillers municipaux issus de la vague bleue de 2014 ont, ainsi, cherché à mettre un coup d’arrêt à la quasi-suppression de leur taxe d’habitation et au contrôle de leurs dépenses. L’Etat, ont-ils aussi dit en substance, n’a pas à faire les poches des collectivités.

Fracture territoriale

A la Macronie, qui ne voue pas toujours un amour immodéré à l’action publique de proximité, les grands électeurs ont adressé un carton jaune. Dans une France en proie à une grave fracture territoriale, ce premier avertissement mérite d’être entendu. Il ne saurait cependant complètement masquer les postures de certains membres éminents de la majorité sénatoriale, un jour acquis à la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires, le lendemain prenant la défense des emplois aidés dans leurs collectivités.

Suicide politique

Plutôt que de porter le fer de ce côté-là, l’exécutif a multiplié les annonces incontrôlées, agitant même le chiffon rouge de la réduction du nombre d’élus. Il aurait voulu subir une sévère défaite qu’il ne s’y serait sans doute pas pris autrement. Présenté moins de 48 heures avant le scrutin, son pacte financier a naturellement éveillé les soupçons des grands électeurs…

Un sort quelque peu injuste. Car, si les grandes collectivités apposent leur signature à ce document, leurs dépenses de fonctionnement pourront augmenter dans la limite de 1,2 % par an, hors inflation. Les villes de moins de 50 000 habitants et les intercommunalités de moins de 150 000 habitants échapperont, elles, au couperet. Et, surtout, pour la première fois depuis des lustres, les dotations de l’Etat à l’ensemble des collectivités ne baisseront pas.

Loin de la purge redoutée, ce pacte se révèle plutôt équilibré. Les associations d’élus auraient donc intérêt à saisir cette main tendue. C’est ainsi que se nouera une relation apaisée entre le pouvoir central et les pôles de proximité. Et si c’était ça, le nouveau monde ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Elus locaux/Etat : la guerre des mondes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X