Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • CDG Ariège: une journée de sensibilisation sur le handicap pour convaincre les collectivités rurales

Handicap

CDG Ariège: une journée de sensibilisation sur le handicap pour convaincre les collectivités rurales

Publié le 20/09/2017 • Par Solange Fréminville • dans : Régions, Toute l'actu RH

handicapé moteur-blindman_med-Schindler
D.R.
Le 21 septembre, le centre de gestion de la fonction publique territoriale de l’Ariège réunit 80 personnes, élus et personnels municipaux, lors d’une journée sur le handicap pas tout à fait comme les autres. Les échanges avec les experts suivis de témoignages sur le vif visent à lever tous les freins à l’embauche et au maintien dans l’emploi : le coût de l’aménagement d’un poste, les difficultés des reclassements, les réticences des recruteurs, l’invisibilité des handicaps…

Sur 400 collectivités affiliées au centre de gestion de la fonction publique territoriale de l’Ariège, seules 34 sont soumises à l’obligation d’emploi, car leur effectif dépasse 20 équivalents temps plein. Mais toutes peuvent bénéficier des aides du fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), avec lequel l’établissement public ariégeois a signé une convention en janvier 2016, pour trois ans, avec, à la clé, un budget de 361 114 euros. Un argument financier d’autant plus convaincant que l’un des principaux obstacles à l’emploi de personnes en situation de handicap est le coût de l’aménagement du poste, auquel peuvent s’ajouter d’autres dépenses, lors du recrutement d’un apprenti par exemple, ou pour améliorer l’accessibilité de la commune.

Cellule handicap

Le centre de gestion a encore d’autres atouts à faire valoir auprès des collectivités rurales lors de la journée du handicap, le 21 septembre : il prend en charge toutes les démarches administratives, l’étude du poste, le reclassement, la demande de subvention, etc. C’est le rôle de sa cellule handicap, composée du directeur de la structure, du médecin de prévention, du préventeur et du référent emploi, avec l’aide de trois partenaires ariégeois, la maison départementale des personnes en situation de handicap, Cap emploi et le service d’appui pour le maintien dans l’emploi (Sameth), tous présents le 21 septembre pour répondre aux questions des employeurs.

Des arguments qui ont déjà décidé plus de 150 communes à faire les premiers pas.  Depuis la signature de la convention, le centre de gestion a réalisé 104 études de poste, la majorité suivie d’un aménagement, et 59 diagnostics accessibilité, accompagnés de préconisations. Il a également obtenu la signature de 5 contrats d’apprentissage. Sans compter ses propres engagements comme employeur : 10 personnes handicapées ont été recrutées dans le pool de remplaçants mis à la disposition des communes affiliées, sur des postes administratifs et techniques. « La première année, nous avons atteint 99 % de nos objectifs », se réjouit Frédérick Dedieu, directeur adjoint de l’établissement.

Dépasser les malentendus et les incompréhensions

Mais il doit encore surmonter des réticences pour convaincre d’autres collectivités. Sources majeures de difficultés, les souffrances des personnes en situation de handicap, les malentendus et les incompréhensions que leur présence suscite parfois, doivent être pris en compte et expliqués. « 80 % des handicaps sont invisibles, explique le docteur Damidot, médecin de prévention du centre de gestion de l’Ariège. Les maladies chroniques telles que le diabète, les troubles psychiques, les restrictions de ports de charges dues à des lombalgies…, tout cela ne se perçoit pas de prime abord. Il faut sensibiliser la direction et les collègues aux différentes situations de handicap. » Sinon, l’intégration ou le retour de l’agent peut mal se passer, quand ce n’est pas l’employeur qui fait barrage.

Reclassement

Autre problème : les reclassements. La majorité des communes de l’Ariège emploie un ou deux agents. Quand ils ne peuvent rester sur leur poste, le centre de gestion s’efforce de rechercher un emploi adapté dans une collectivité plus importante. Mais il arrive que la commission prononce l’inaptitude de l’agent ou qu’aucun poste ne soit disponible.

Régions

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

CDG Ariège: une journée de sensibilisation sur le handicap pour convaincre les collectivités rurales

Votre e-mail ne sera pas publié

Handi

20/09/2017 01h46

Bien. Mais souvent, les handi, on les assure de « toute notre compassion » et surtout, on n’en veut pas ! Donc, belle action, mais la loi existe, et aucun employeur public n’est condamné.
On en parle, des commissions médicales qui refusent un placement en longue maladie, alors qu’elles n’ont jamais vu l’agent et qu’elles ont 3 attestations de 3 médecins différents (centre douleur, rhumatologue et médecin du travail) qui attestent du bien fondé du placement pour ce congé ? On en parle, du fait que leur avis n’est qu’un avis (que les collectivités s’empressent de suivre), et qu’elles n’ont pas à le justifier ?
Et des conséquences désastreuses sur la vie et la carrière de l’agent ? (plus de retraite, plus d’avancement…), de ces mêmes agents qui ont fait toutes les démarches (y compris Sameth) pour se retrouver à la porte.
On le dit qu’en dispo d’office pour raison de santé, plus rien ne peut se faire ? (Intervention Sameth, …). On explique que même le CDG a fait une faute (dossier demandé) mais que l’agent, reconnu handicapé (invisible), n’en peut plus et qu’il est sur le point de démissionner ?

Désolée, hein. Mais depuis que je suis handi, j’ai trop vu de cas similaires au mien. Les collectivités ne veulent surtout pas nous intégrer.
Et ça, en plus du handicap, ça fait mal.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X