Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Conférence de la vie nocturne : les villes ouvrent le débat avec les acteurs du monde de la nuit

Vie nocturne

Conférence de la vie nocturne : les villes ouvrent le débat avec les acteurs du monde de la nuit

Publié le 19/09/2017 • Par Caroline Garcia • dans : France

Nuit 3
Ville de Paris
La première conférence de la vie nocturne qui se tenait à Paris les 14 et 15 septembre 2017 a montré l'enjeu de la vie nocturne pour les collectivités. Au cœur de l'attention de certains territoires, elle nécessite dialogue entre les différents acteurs et écoute des riverains.

Certains la préfèrent calme et paisible, d’autres agitée et animée. La nuit dans les métropoles comme dans les villes moyennes compose avec ses usagers aux ambitions diamétralement opposées. La cohabitation de ces usages était au cœur de la première conférence nationale de la vie nocturne, organisée à Paris, les 14 et 15 septembre 2017. « On n’en est qu’au début, mais la prise en compte de la nuit dans les politiques publiques commence à s’imposer, tant au niveau européen que français, assure Denis Tallédec, le coordinateur général de la Plateforme nationale de la vie nocturne, qui organisait l’évènement. Au-delà de la gestion des conflits de voisinage, la nuit interroge les compétences des collectivités, de façon transversale ».

Un débat à ouvrir avec le monde de la nuit

Si les projets se multiplient à travers le pays, en fonction des opportunités ou des spécificités de chaque territoire, leur efficacité est encore difficile à évaluer. « Notre objectif était de réveiller les nuits de la ville, avance Jean-Philippe Lefevre (LR), adjoint au maire de Dole, en charge de l’action culturelle. Au lieu de créer des salles d’exposition ou de spectacle, nous avons considéré que les 25 bars de Dole étaient des lieux de rendez-vous ».

Trois ans après la mise en œuvre de sa politique d’animation, Jean-Philippe Lefevre voit des « amorces de réponses » aux problématiques de sa commune : « un débat quotidien s’est installé avec les gens de la nuit, qui ne sont pas toujours au fait des obligations et des règles à respecter, explique l’élu. Nous avons également mobilisé des associations de prévention, les taxis… Tout en associant les différents services de la ville. « A Dole, ce n’est pas le service sécurité, mais celui de la culture qui délivre les autorisations d’ouverture tardive aux bars, explique l’élu, illustrant ainsi les échanges mis en place au sein de la municipalité. Il ne faut pas avoir peur de la nuit !  » insiste-t-il.

Paris et Londres veulent relancer la vie nocturne

Chez les sceptiques, le pragmatisme anglais peut marquer des points. Elu en 2016, Sadiq Khan, le maire de Londres, veut relancer la vie nocturne de la capitale britannique. Un projet qui a commencé par l’ouverture des lignes de métro toute la nuit puis par la désignation d’Amy Lamé comme « tsarine » de la nuit chargée de faire de Londres « la ville qui ne dort pas ».

« Pour une place de concert à 11 euros, 19 euros sont dépensés autour », explique-t-elle. Son travail consiste à écouter les résidents et les travailleurs de la nuit, puis à trouver des solutions aux problèmes : insonorisation des établissements nocturnes, charte pour la sécurité de la femme, soutien aux établissements accueillant des minorités, etc.

Paris non plus n’est pas en reste, avec notamment des expérimentations sur l’autorisation d’ouverture de certains établissements 24h/24 dans le respect des riverains tout en s’adaptant aux différents rythmes des urbains.

La nuit est encore un champ d’innovation pour des politiques publiques balbutiantes. Un espace que la Plateforme nationale de la vie nocturne espère combler en proposant des outils de dialogue et de régulation comme en compilant les bonnes pratiques à travers le pays.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Conférence de la vie nocturne : les villes ouvrent le débat avec les acteurs du monde de la nuit

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X