Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Qualité de l'eau

Les Français doivent-ils pouvoir boire l’eau du robinet en toute sécurité ?

Publié le 19/09/2017 • Par Gabriel Zignani • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles

Réponse du ministère des solidarités et de la santé à la question n° 00821 du sénateur Jean-Noël Guérini : En France, l’édiction des règles techniques et administratives dans le domaine des eaux de consommation afin de préserver la santé de la population relève du ministère de la santé. Il participe notamment aux travaux réglementaires européens, élabore les réglementations nationales et veille à l’application des mesures de contrôle sanitaire des eaux distribuées à la population. Pour évaluer les risques sanitaires, le ministère de la santé s’appuie sur l’expertise scientifique d’agences nationales de sécurité sanitaire ou d’autorité administrative indépendante. La sécurité sanitaire des eaux d’alimentation fait appel à une succession de dispositifs de vigilance qui permettent, par des procédures strictes et rigoureuses, de s’assurer du respect des exigences de qualité de l’eau et du bon fonctionnement des installations de production et de distribution de l’eau.

La maîtrise des risques repose en particulier sur la surveillance permanente que la personne responsable de la production ou de la distribution de l’eau (PRPDE) est tenue d’exercer et sur le contrôle sanitaire régulier assuré par les agences régionales de santé (ARS) : vérification du respect des procédures d’autorisation, inspections des installations et contrôle de la qualité de l’eau depuis la ressource jusqu’au robinet du consommateur. Les pouvoirs publics sont mobilisés en permanence afin de s’assurer de la préservation de la qualité de l’eau.

Les programmes de contrôle, mis en œuvre par les ARS et pris en application des dispositions de la directive européenne 98/83/CE relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine et du code de la santé publique, donnent lieu chaque année à la réalisation de plus de 300 000 prélèvements d’eau et 16 millions d’analyses portant sur des paramètres microbiologiques, physico-chimiques ou radiologiques afin de s’assurer que les eaux mises en distribution sont conformes aux exigences de qualité réglementaires et ne présentent pas de risque pour la santé des consommateurs.

Les données sur la qualité de l’eau du robinet sont publiques (www.eaupotable.sante.gouv.fr, www.social-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/article/eau-du-robinet), et pour l’année 2015, le ministère de la santé a publié les données suivantes :

  • 97,6 % de la population a été alimentée par de l’eau respectant en permanence les limites de qualité fixées par la réglementation pour les paramètres microbiologiques ;
  • 96 % de la population a été alimentée en permanence par de l’eau respectant les limites de qualité réglementaires pour les pesticides ;
  • 99,3 % de la population a été alimentée par une eau dont la qualité respectait en permanence la limite de qualité de 50 mg/L fixée par la réglementation pour les nitrates.

Comme en témoignent ces résultats, l’eau du robinet distribuée en France est globalement de bonne qualité microbiologique et physico-chimique. Les non-conformités observées restent pour la plupart ponctuelles et font l’objet de la mise en place d’un dispositif de gestion spécifique. Les restrictions d’usage concernent des situations très limitées. Pour certaines zones, la qualité de l’eau doit être améliorée sur le long terme et des plans d’actions sont alors mis en œuvre par les PRPDE concernées, à la demande des préfets et des ARS, afin de rétablir la qualité de l’eau.

En outre, la directive européenne 98/83/CE précitée promeut la mise en œuvre par les PRPDE de plans de gestion de la sécurité sanitaire des eaux, permettant ainsi une approche préventive et globale de la sécurité sanitaire des eaux. Cette incitation est intégrée au Plan national Santé-Environnement 3 (PNSE 3, 2015-2019) (action n°  55) et d’ores et déjà déclinée dans certaines régions. De plus, des démarches d’investigation sur la présence éventuelle de substances émergentes dans l’eau du robinet sont également menées, dans le cadre notamment du PNSE 3 (action n°  32) et visent à accroître la sécurité sanitaire des eaux distribuées.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les Français doivent-ils pouvoir boire l’eau du robinet en toute sécurité ?

Votre e-mail ne sera pas publié

gerifra

21/09/2017 03h25

Du pipeau cet article. Dans ma commune et toutes les communes voisines l’eau est bourrée de pesticides. Dépassements vous dit-on. De quoi, de combien ? Interrogé Véolia a noyé le poisson sous un charabia bien pratique et incompréhensible. L’Etat ferme les yeux, les taxes rentrent et tout le monde est content.
Bien sur qu’on peut la boire en toute sécurité. Ben tient. Il suffit de relever les seuils de tolérances aux multiples pesticides qu’elle contient et elles devient potable. Une construction de projet immobilier dans une zone inondable ? Pas de problème la zone devient zone humide : nuance. Vas y coco construit, et n’oublie pas mon enveloppe.
Ici comme pour les chiffres du chômage, on prend les français pour des gueugueux. Vous vous souvenez aussi du nuage de Tchernobyl qui s’était arrêté à la frontière. Aujourd’hui on serait mal, vu qu’il y a plus de frontières. Zut alors, faudra trouver une autre bobard.
A part ça tout va bien, rendormez vous et ayez confiance…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X