Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Santé

Les centres de santé bientôt privatisés ?

Publié le 11/09/2017 • Par Catherine Maisonneuve • dans : France

maison de sante de Civray
©CC du Civraisien.
Les centres de santé ne peuvent actuellement être gérés que par des organismes à but non lucratif ou des collectivités territoriales. Mais leurs syndicats de médecins et de dentistes sonnent l'alerte : un projet d'ordonnance pourrait les ouvrir au secteur lucratif.

Actuellement, 1850 centres de santé médicaux ou polyvalents, dentaires et infirmiers, gérés par des associations, des mutuelles ou des collectivités locales proposent des soins de premiers recours sur l’ensemble du territoire. La loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé a modifié certaines dispositions du code de santé publique concernant leurs missions et activités (lire ci-dessous), mais a aussi habilité le gouvernement à légiférer par ordonnance, dans les deux ans, pour « clarifier et adapter  » leurs conditions de création, de gestion, d’organisation et de fonctionnement (art. 204). Objectif affiché : les « renforcer », selon les termes du Pacte Territoire santé 2 de lutte contre les déserts médicaux. Et les sécuriser aussi, car a éclaté entretemps le scandale des soins dentaires low cost Dentexia où des opérateurs peu scrupuleux se prévalaient de la dénomination de « centre de santé »…

Une première version de l’ordonnance retoquée

Jusque-là, la concertation s’était bien passée entre les gestionnaires de centres de santé, professionnels de santé, agences régionales de santé (ARS), assurance maladie et ministère, mais, patatras, plus d’un an après la loi, la première version de l’ordonnance (et de ses décrets) soumise aux partenaires sociaux a suscité une véritable levée de boucliers. Gestionnaires et professionnels ont crié à « l’assassinat » des centres de santé au point que la Conférence nationale de santé, organisme consultatif placé auprès du ministre chargé de la Santé, s’est auto-saisie du dossier.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les centres de santé bientôt privatisés ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

12/09/2017 08h56

Des centres de santé privatisés ? Des dispensaires privatisés ? Des hôpitaux privatisés ? La médecine publique privatisée ? La fonction publique privatisée ?
Oui, et alors ?
C’est écrit, c’est prévu, ça se met en place… C’est le choix politique des gens à qui nous avons donné les commandes de notre pays.
Nous n’étions pas au courant ? On ne nous dit pas tout ? Fallait écouter ceux qui l’annonçaient !
Maintenant, c’est un peu tard pour réagir.
Pour nous forcer la main, il y a cette politique d’austérité qui veut supprimer les crédits en rendre l’insupportable inévitable, contre laquelle toutes nos réactions de bon sens n’ont plus aucun poids : « y’a plus de sous » alors, soit il faut tout céder au privé, soit il faut mettre la clef sous la porte.
Nous n’y voyons que du feu ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X