Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Le street art et le les arts circassiens casses-têtes juridiques pour les maires ?

Publié le 04/09/2017 • Par Hélène Girard • dans :

masque
Elnur - Fotolia.com
Ces derniers mois, deux sujets ont mis les maires dans l’embarras : le cirque et les interrogations sur la souffrance animale, d’une part ; le street art et la question de la légalité et de la protection de ces œuvres d’art urbaines, d’autre part.

Même si le « nouveau » cirque fait plus appel à la création chorégraphique qu’au domptage des animaux, l’animal reste une composante importante de nombreux spectacles circassiens. Un secteur qui n’échappe pas à la levée de boucliers contre la souffrance des animaux. Les maires dont les communes accueillent des cirques se retrouvent pris en étau entre les impératifs de l’éthique et l’état du droit sur le sujet. Certains se demandent si les cirques avec animaux ont encore droit de cité.

Autre sujet épineux : le street art, qui gagne du terrain dans les villes, mais dont le statut reste imprécis. Le débat pour savoir si les artistes investissent le domaine public de façon légale ou pas fait encore rage. Avec une question qui découle de cette première interrogation : qu’en est-il de la protection des œuvres graphiques apposées sur des surfaces ou des espaces improbables : rues et carrefours, mûrs et bancs, voire véhicules de services publics… Pour l’heure, le street art reste un objet juridique non identifié.

 

 

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le street art et le les arts circassiens casses-têtes juridiques pour les maires ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X