Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

L’essentiel – Faut-il développer la vidéosurveillance ?

Publié le 27/05/2009 • Par Hervé Jouanneau • dans : Dossiers d'actualité

La prolifération des caméras dans l'espace urbain n'émeut plus grand monde, à tel point que la vidéosurveillance semble être entrée dans les mœurs. Mais le débat sur son utilité n'a pas disparu, ni celui sur ses coûts.

Cet article fait partie du dossier

Faut-il développer la vidéosurveillance ?

La vidéosurveillance serait-elle entrée dans les mœurs ? Dans les rues, les gares, les magasins, les galeries commerciales et les parkings, les caméras prolifèrent. En 2007, plus de 1500 communes avaient fait le choix de s’équiper. Elles n’étaient que 800 en 2005. Hissé au rang de « priorité absolue » dans le plan national de prévention de la délinquance, présenté le 2 octobre dernier, le déploiement de la vidéosurveillance est largement porté par le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, qui veut tripler le nombre de caméras sur la voie publique.

Evolution significative, la vidéosurveillance semble désormais mieux acceptée par la société française. Selon un sondage Ipsos réalisé en 2008, 71% des Français se disaient « favorables » à la présence de caméras dans les lieux publics, contre 28% de « défavorables ». A la lecture de ces chiffres, les affrontements passionnels sur l’émergence d’un « big brother » liberticide semblent bien lointains.

Le débat, pourtant, n’a pas disparu, comme le rappelle la Grande-Bretagne, pays le plus vidéosurveillé au monde, où un rapport de la Chambre des Lords de février 2009 s’inquiète vivement de l’altération du « droit à la vie privée, pierre angulaire de la relation entre l’Etat et le citoyen ». Même préoccupation en France avec cette « alerte à la société de surveillance » lancée en 2007 par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil).
Le débat est d’autant plus vif que le volontarisme gouvernemental et le zèle de certaines municipalités contrastent singulièrement avec l’absence d’évaluation de la vidéosurveillance, dont l’efficacité est contestée.

Dans ce contexte, les élus locaux affichent un certain pragmatisme et veulent intégrer les caméras comme « un outil parmi d’autres » sans en y voir une panacée. D’autres, en revanche, revoient leurs ambitions à la baisse et misent sur une « vidéosurveillance raisonnée ». Tous cependant s’inquiètent du poids que le plan d’équipement ministériel risque de faire peser sur les budgets municipaux.

Thèmes abordés

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’essentiel – Faut-il développer la vidéosurveillance ?

Votre e-mail ne sera pas publié

adrienne

09/05/2010 03h09

Le coût de l investissement dans la video surveillance, cet argent pourrait permettre plus de présence humaine sur le terrain,
alors que les budgets de centres sociaux fondent à vue d’oeil.
vu la faiblesse de la présence humaine dans les écoles , les collèges.
l’absence de gardiens dans les immeubles.
les difficultés que rencontrent les structures chargées de l’accompagnement des personnes en suivi judiciaire.
les caméras ne rassurent que ceux qui le veulent bien ells ne remplaceront jamais la présence humaine , elles ne créeront jamais de lien social, cela va même à l’encontre.

Marleatech

19/12/2013 12h30

Il est vrai que c’est un sujet controversé et que la vidéosurveillance n’est en aucun cas une solution idéale si des moyens humains ne sont pas également mis en place, toutefois, les caméras de surveillance peuvent permettre de régler des litiges et contribuer à réduire la délinquance dans les centres-villes.

asb13

20/04/2015 05h14

Bj , quel serait le rapport bénéfice/coût POUR UNE COMMUNE DE 6000 habitants? SI on se réfère au chiffre de 1 caméra pour 800 hab cela ferait entre 7 et 8 caméras. Où les placer et qui les observe? notre police municipale , la gendarmerie nationale de la commune vosine ? PEUT-ON SE REUNIR A PLUSIEURS COMMUNES POUR REDUIRE LES COUTS ? quelles démarches auprès du Maire sont possibles pour imposer une vidéosurveillance qu’il ne souhaite pas ? MERCI. crdt

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X