Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Insertion

Gens du voyage : les clés d’une intégration réussie

Publié le 29/08/2017 • Par Nathalie Da Cruz • dans : France, Innovations et Territoires

_Aire_d_accueil_gens_du_voyage1
Wikimedia Commons
Malgré plusieurs lois successives, l’accueil des gens du voyage n’est pas satisfaisant. Le nombre d’aires dédiées n’est pas toujours atteint. C’est à la fois pour les gens du voyage et pour les riverains des collectivités concernées que l’assistance a tout intérêt à être développée et améliorée. Accompagnement social, aide à la scolarisation des enfants et habitats adaptés au mode de vie des gens du voyage sont les premières étapes d’une intégration réussie.

Le rapport de la Cour des comptes paru en février pointe des progrès dans l’accueil des gens du voyage, en comparaison avec le précédent document datant de 2012. Mais beaucoup reste à faire et des inégalités demeurent. Le nombre de places en aires d’accueil inscrit dans les schémas départementaux se rapproche des objectifs fixés – 70 % sont réalisées. Mais ces aires ne sont pas toujours bien placées et parfois sous-occupées. Par ailleurs, les mœurs évoluent : la Cour des comptes relève une tendance à l’occupation permanente de certaines aires d’accueil, due à un « ancrage territorial » de plus en plus marqué chez les gens du voyage. Le nomadisme érigé en modus vivendi est de moins en moins prégnant.

Pavillon avec jardin, de préférence

Certains professionnels se refusent à utiliser le terme de « sédentarisation », mais constatent en effet « un attachement des gens du voyage à un territoire » : ce sont les propos de Véronique Gueffier, directrice du syndicat mixte d’accueil des gens du voyage de la Charente (SMAGVC, 5 intercos, 291 500 hab.). « Pour loger ces personnes, il peut être fait appel aux organismes HLM. Mais mieux vaut que les bailleurs proposent une maison ; dans un ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gens du voyage : les clés d’une intégration réussie

Votre e-mail ne sera pas publié

adpdcmn1

30/08/2017 02h48

mercredi 30 aout 2017:
J’habite Athis-Mons et utilise la piste cyclable rue des pistes occupée par les caravanes des gens du voyage pour me rendre sur mon lieu de travail à ADP.
Que se passera t’il si j’ai un accident avec mon vélo en percutant une caravane ou voiture ou barnum occupant cette piste cyclable. Quels seront mes recours ?
en effet j’ai failli être renversé par cet automobiliste rejoignant sa caravane qui à brûlé le feu rouge pour ensuite rentrer sur la piste cyclable et me couper la route en souriant.

En ce moment même les déchets (sacs poubelles) s’entassent, les matières fécales et papier toilette infectent les terrains avoisinants. Des kilos de sacs de gravas ont été entreposés dans le même secteur par les occupants.

Même si je me plains de l’hygiène déplorable…
Puisqu’ils vont rester un bout de temps chez nous, il faudrait leur donner des bacs à poubelle et des toilettes comme sur les chantiers pour limiter les dégâts environnementaux.
De plus l’eau d’un des bâtiments de la cité de l’air attenant rue des pistes est piratée, rue de la corniche le compteur électrique aussi, les fils électriques traversent la rue pour alimenter les caravanes.
Rue de la corniche toujours, un gros bloc de pierre bien visible et dangereux pour la circulation est sur la route pour tenir ces câbles.
Je mettrai les photos demain concernant ces dégradations électriques.

Les gens du voyage méritent mieux que d’être entassé le long de cette route.

—-

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X