Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Eau

Gestion de l’eau : le double discours inquiétant du gouvernement

Publié le 10/08/2017 • Par Arnaud Garrigues • dans : A la une, A la une, actus experts technique, France

robinet argent
viperagp - Fotolia.com
Alors que le gouvernement vient de lancer un plan pour lutter contre la sécheresse qui touche actuellement la majorité des départements, il s’apprête également à ponctionner 300 millions d’euros sur le budget des agences de l’eau, mettant à mal un modèle français de la gestion de l’eau tant vanté à travers le monde. Un coup de bambou qui témoigne d’une schizophrénie sinon d’un vrai décalage entre la parole et les actes, voire d’un manque de poids de Nicolas Hulot face aux hommes de Bercy.

En apparence, tout va bien. Le gouvernement vient d’annoncer, ce 9 août, un plan d’action pour répondre à la sécheresse qui frappe actuellement 82 départements métropolitains. Comme le montre le site Popluvia , pas moins de 210 arrêtés préfectoraux ont été pris pour imposer des restrictions sur les prélèvements  d’eau. Et dans 30 de ces départements, certains usages jugés non prioritaires ont même été interdits : lavage de voiture, arrosage de jardins, remplissage des piscines…

Pour cela, il mise sur deux types d’actions : encourager les économies d’eau et faire émerger « des solutions locales adaptées dans l’ensemble des territoires ». Concernant le premier volet, le gouvernement appelle notamment à « poursuivre les investissements avec les collectivités pour accentuer la maintenance des réseaux afin de réduire au maximum les fuites dans les canalisations et favoriser la réutilisation des eaux usées traitées, quand cela est pertinent ». Et c’est là que le bât blesse. Car dans le même temps, il prévoit  d’augmenter la pression sur les agences de l’eau, en faisant passer la ponction sur leur budget de 180 millions d’euros (en 2017) à 300 millions d’euros !

Elargissement du périmètre d’action

C’est ce qu’ont appris, avec inquiétude, les présidents des 7 comités de bassin ainsi que les 6 directeurs d’agences de l’eau, le 3 août dernier, lors d’une réunion avec le ministre de la Transition écologique et solidaire et ses deux secrétaires d’Etat. Les agences de l’eau qui devaient déjà élargir leur périmètre d’action à la biodiversité (en contribuant au budget de l’Agence française de la biodiversité), devraient  également financer l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) et l’association des parcs nationaux (APN). « Nous avons répondu que c’était inacceptable, et que si telle était l’obligation, nous nous contenterions de faire notre métier de base, c’est-à-dire d’appliquer le principe « l’eau paie l’eau », les tuyaux et l’assainissement, point final ! », s’alarme André Flajolet, en sa qualité de président du comité de bassin Artois-Picardie. D’autant qu’il reconnaît que les collectivités sont en retard pour améliorer les rendements des réseaux d’eau potable, comme le demande la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010.

dr2

Nicolas Hulot et ses deux secrétaires d’État ont reçu les 7 présidents des comités de bassin (ainsi que 6 directeurs des agences de l’eau, non présents sur la photo) le 3 août dernier.

L’activité des agences de l’eau réduite de 50%

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Gestion de l’eau : le double discours inquiétant du gouvernement

Votre e-mail ne sera pas publié

RVL42600

21/08/2017 11h09

Bonjour,
il faut effectivement diminuer de façon drastique la production de maïs gourmande en eau et qui sert essentiellement à nourrir le bétail alors que nous avons des prairies. Nous n’avons pas besoin de maïs produit à grand renfort de pesticides, herbicides, et engrais qui engraissent surtout les multinationales (Monsanto, Bayer,…). Nous n’avons pas besoin d’une agriculture chimique et polluante pour nourrir « le monde ».

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X