Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Macron et les dotations : de belles promesses et des coupes sombres

Publié le 07/08/2017 • Par Pierre Cheminade • dans : A la une, A la Une finances, Actualité Club finances, France

emmanule macron - edouard philippe
Macron : Cédric Lecocq/La Gazette des communes - Philippe : Eric Houri/ville du Havre
L'été est orageux en matière de dotations. Après l'annulation par le gouvernement de 300 millions d'euros de crédits d'investissement pour 2017, les associations de collectivités ne cachent pas leur inquiétude et critiquent cette décision tant sur le fond que sur la forme. L'exécutif assume et promet qu'il dévoilera un plan d'investissement à la rentrée.

« Stupéfaction », « coupe sombre en catimini », « problème de méthode », « choix gravement préoccupant »… Les réactions des différentes associations d’élus locaux reflètent clairement leur désarroi et leur inquiétude après la décision unilatérale de l’exécutif de couper dans certaines dotations aux collectivités territoriales par le biais d’un décret d’avance daté du 20 juillet dernier. Ce document, qui a mis en lumière le décalage entre le discours et les actes de l’exécutif en matière de finances locales, annule en effet 216 millions d’euros de crédits de paiement au titre de 2017 de la mission « Relations avec les collectivités locales » et 84,5 millions d’euros de la mission « Politique des territoires » (lire ci-contre).

Des choix assumés par l’exécutif

Des choix assumés par le gouvernement dans un communiqué cosigné par pas moins de cinq ministres(1) ! Ces annulations de crédits sont justifiées par la volonté d’atteindre dès 2017 l’objectif d’un déficit public contenu à 3 % du PIB :

Toutes les lignes de dépenses ont été mises à contribution, y compris celles pour les collectivités territoriales. Les crédits annulés n’avaient pas encore été engagés au profit des collectivités et correspondaient pour l’essentiel à des crédits gelés par la précédente majorité. Aucun projet en cours n’est donc annulé.

Et les ministres de souligner que les crédits d’aide à l’investissement pour les collectivités ont fortement augmenté ces dernières années… tout en omettant de rappeler que les dotations, dans leur ensemble, ont suivi le chemin exactement inverse en raison de la contribution au redressement des comptes publics mise en place de 2014 à 2017.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Macron et les dotations : de belles promesses et des coupes sombres

Votre e-mail ne sera pas publié

Mrakami

10/08/2017 10h32

Je fais confiance aux collectivités pour tondre une fois de plus le contribuable; à consulter un article du « Canard enchaîné » du 09/08/2017 intitulé : » Mieux que la caisse d’épargne, les impôts locaux » avec une hausse moyenne de 4.6% de la fiscalité locale pour 2015, idem pour 2016, chiffres extraits d’une étude de la Direction générale des collectivités locales.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X