Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Terrorisme

Prévention de la radicalisation : le gouvernement esquisse ses intentions

Publié le 01/08/2017 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Alzheimer manipulation secte mental cerveau -UNE
Sangoiri / Fotolia
A l’occasion de l’annonce de la fermeture du centre de déradicalisation de Pontourny, le gouvernement a posé les jalons de la nouvelle politique qu’il entend mettre en œuvre en matière de prévention de la radicalisation. Interrogée par le Club prévention sécurité, Muriel Domenach, secrétaire générale du CIPDR, s’exprime sur ces bases de travail qui devront nourrir une nouvelle stratégie à l'automne.

A quoi ressemblera la future politique de prévention de la radicalisation ? Si le candidat Macron s’était peu exprimé pendant la campagne présidentielle sur ce sujet hautement inflammable, le mystère a continué de planer depuis son élection.

Seul le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, s’était avancé au début du mois de juillet lors des travaux préparatoires à la reconduction de l’état d’urgence, évoquant la nécessité d’un changement de méthode. Et ce, quelques jours avant la présentation très médiatisée du rapport des sénatrices Esther Benbassa et Catherine Troendlé qui fustigeaient « le bricolage » des pouvoirs publics et le « marché très juteux » de la prise en charge associative des jeunes radicalisés.

Dans ce contexte, la fermeture du centre de Pontourny (Indre-et-Loire), première structure de « déradicalisation » expérimentée en France, n’a surpris personne tant cette expérimentation, vidée de ses pensionnaires depuis le début de l’année, a été synonyme d’échec depuis son lancement en 2016.

« Malgré la compétence, la détermination et l’investissement des personnels du centre, qui ont démontré leur savoir-faire pour assurer une prise en charge pluridisciplinaire des bénéficiaires, souligne un communiqué du ministère de l’Intérieur daté du 28 juillet, l’expérience ne s’est pas révélée concluante. L’expérimentation d’un centre d’accueil ouvert, fonctionnant sur la base du volontariat, a montré ses limites. »

Des priorités et des pistes de travail

Mais quelle suite donner à cette expérimentation ? Et quelle inflexion le gouvernement entend-il donner à la politique de prévention de la radicalisation ?

Le communiqué de l’Intérieur apporte plusieurs réponses éclairantes sur les intentions gouvernementales et annonce une réunion à l’automne du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) sous la houlette du Premier ministre. Une réunion stratégique rare au cours de laquelle le gouvernement examinera les propositions du secrétariat général du CIPDR.

Parmi les pistes avancées dans le communiqué : « la possibilité d’ouvrir des structures de petite taille pour y accueillir des individus sous main de justice et y développer des solutions alternatives à l’incarcération ».

Une base de travail qui, pour certains observateurs, renvoie à des dispositifs déjà sur les rails, notamment celui mis en œuvre depuis la fin 2015 par le tribunal de grande instance de Mulhouse.

A Mulhouse, la justice agit contre les dérives radicales

Le gouvernement mise également sur le projet « RIVE » (recherche intervention contre la ...

Article réservé aux abonnés Gazette & Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Prévention de la radicalisation : le gouvernement esquisse ses intentions

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X