Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

[Opinion] santé et sécurité au travail

Santé et sécurité au travail: trouver des axes fondateurs

Publié le 07/08/2017 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions, Toute l'actu RH

Max Masse
Capture Youtube
La santé et la sécurité au travail constituent en France une question d’ordre public social, que ce soit dans le secteur privé ou dans le secteur public.

Max Masse

Max Masse, directeur adjoint du travail à la mission "santé sécurité au travail" à l'Institut national du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle.

La santé et la sécurité au travail (SST) constituent en France une question d’ordre public social, que ce soit dans le secteur privé ou dans le secteur public.

A partir de 2005, et après plusieurs décennies d’approche majoritairement juridique, les gouvernements successifs, et plus particulièrement les ministères chargés du Travail, se sont attachés à élaborer des « Plans santé au travail » (PST) pour donner du sens aux actions menées en matière de prévention des risques au travail, mobiliser les parties prenantes, capitaliser les expériences, mutualiser les moyens et, enfin, assurer un suivi des préconisations formulées.

Pour respecter les obligations sociales en termes de SST, l’objectif global consiste in fine à poser, conjointement et pour un temps donné, un cadre légitime, efficient et approprié aux réalités et contraintes du terrain. Il est ainsi donné une visibilité politique aux objectifs publics en affichant des priorités claires, en renforçant les moyens d’intervention des parties prenantes et en développant la connaissance et l’évaluation des risques au travail.

Grâce au dialogue social (accords majoritaires de 2009 et 2013) et au rôle de pilotage et d’accompagnement juridique et méthodologique joué par la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP), la prise en compte des conditions de travail dans la fonction publique a connu une amélioration sans précédent.
Depuis, la SST est devenue une nouvelle catégorie sociale de l’action publique française. Un « système SST » et une gouvernance nationale ont été bâtis, et la dynamisation du dialogue social a été fondée sur l’architecture et la cartographie des comités techniques et des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

En 2015, l’absence de signature du projet d’accord-cadre a interrompu les négociations

De ce fait, la fonction publique semblait posséder un « quasi –PST » , le Conseil commun de la fonction publique se voyant attribuer un véritable rôle d’orientation des politiques publiques en matière de santé et de sécurité au travail. Mais l’absence de signature du projet d’accord-cadre sur la qualité de vie au travail dans la fonction publique, en 2015, a interrompu le processus des négociations nationales, entamé avec les accords de 2009 et 2013, et a empêché son déploiement singulier dans les trois versants de la fonction publique.

Pour autant, les travaux avec les représentants des organisations syndicales ont continué et, en mars, la DGAFP a présenté le nouveau Plan d’action pluriannuel pour une meilleure prise en compte de la santé et de la sécurité au travail dans la fonction publique.

Est-il possible aujourd’hui de participer à la relance du processus de négociation, et avec quel objet? La question a été clairement posée le 22 juin au salon Préventica de Paris, lors des débats qui ont suivi les deux tables rondes organisées par l’Institut national du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, et consacrées au bilan de la SST depuis l’accord de 2009 et aux perspectives d’action. Le public y a en effet entendu un responsable syndical de la fonction publique estimer que l’ex-projet d’accord-cadre de qualité de vie au travail pourrait être aujourd’hui signé s’il portait un autre nom.

Cette offre sans ambiguïté ouvre peut-être la voie à un nouveau processus de négociation au bénéfice de la santé et de la sécurité au travail pour les cinq millions d’agents des trois versants de la fonction publique. Il ne reste qu’à en trouver les axes fondateurs.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Santé et sécurité au travail: trouver des axes fondateurs

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X