Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Ruralité

« Les campagnes françaises sont un laboratoire du futur »

Publié le 21/07/2017 • Par Augustin Musca • dans : France

campagne ruralité village
Flickr CC by nd Serge Vincent
Co-auteur, avec Jean-Benoît Bouron, de l'ouvrage Les territoires ruraux en France, une géographie des ruralités contemporaines (Ellipses, 2015), le géographe Pierre-Marie Georges éclaire une note remarquée sur la ruralité de l'économiste géographe, Laurent Davezies pour Terra Nova. Et dépeint une ruralité mieux intégrée dans les villes qu'on ne pourrait le croire.

« Le monde rural est moins en train de dépérir que de changer de fonction », dépeint Laurent Davezies, économiste, en introduction de sa note « Le monde rural : situation et mutations », parue le 7 juillet 2017 pour Terra Nova, le think tank marqué à gauche.

Une ruralité en mouvement, un phénomène qui n’a rien de nouveau

Interrogé par La Gazette des Communes, Pierre-Marie Georges, géographe au Laboratoire d’études rurales de Lyon, nuance un tel constat : « Oui, le monde rural change, mais il a toujours changé ! L’analyse dans le temps long montre que les espaces ruraux, ses acteurs, et ses populations sont depuis toujours mobiles et en interrelation avec les espaces environnants ».

En raison du « recul général » de l’emploi salarié et de la fracture numérique qui touchent ces 18 311 communes, soit 9,7 millions d’habitants et 55 % du territoire national, l’économiste Laurent Davezies estime que le monde rural peut néanmoins se sentir « orphelin de la solidarité entre les territoires ».

Non, les territoires ruraux ne sont pas abandonnés

Le géographe Pierre-Marie Georges se méfie, pour sa part, d’une telle description : « la généralisation de la thématique de l’abandon à l’ensemble des territoires ruraux peut procéder d’une rhétorique urbano-centrée, héritière d’une longue tradition d’images négatives associées à ce que certains auteurs ont appelé l’exode rural ».

Paradoxalement dans le même temps, Laurent Davezies assure que ce sentiment est « largement amorti par les fortes solidarités fonctionnelles et redistributives » du monde urbain.

Un constat que partage Pierre-Marie Georges : « la ville polarise un certain nombre d’activités, d’emplois et de services qui, s’ils ne sont pas présents dans les villages ruraux, irriguent et dynamisent un espace plus vaste que l’on appelle aujourd’hui un bassin de vie ».

D’ailleurs, selon Laurent Davezies, 47 % des actifs du monde rural travaillent dans le monde urbain de même que le nombre de retraités, souvent dotés d’épargne, ne fait que croître (220 000 venus de la ville entre 2006 et 2012). Un constat qui fait dire à l’économiste que la crise ressentie est « amortie » du fait de cette « solidarité fonctionnelle ».

« Le rural d’aujourd’hui éclaire la ville contemporaine »

Pierre-Marie Georges préfère s’amuser d’un tel constat en renversant la perspective : « Interrogeons-nous sur d’éventuelles fonctions redistributives du monde rural vers la ville ! Le jardinage, par exemple, qui était une pratique villageoise, a gagné les centres-villes avec l’émergence des principes de la nature en ville (jardins partagés…) comme une réponse aux tensions sociales ».

Ce géographe assure ainsi qu’« on peut même penser que le rural d’aujourd’hui éclaire la ville contemporaine » ajoutant : « il peut devenir un espace support d’expérimentations et d’innovations sociales, notamment à partir de l’initiative locale ».

En clair, selon Pierre-Marie Georges, il est temps de réconcilier les mondes urbain et rural : « les initiatives sont nombreuses, en campagne et en ville, pour associer nature et société, dans une optique démocratique, raisonnable, intelligente, réversible et ancrée localement. En ce sens, les campagnes françaises sont un laboratoire du futur ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« Les campagnes françaises sont un laboratoire du futur »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X