Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Déchets

Usines d’incinération : non, tout n’est pas à jeter !

Publié le 25/07/2017 • Par Olivier Descamps • dans : A la une, actus experts technique, France, Innovations et Territoires

inci2
D.R.
L’incinération des ordures sans tri préalable n’est pas populaire. Surtout, la préparation des déchets est un moyen d’en valoriser au mieux chaque fraction. Si les propriétaires d’incinérateurs ont appris à améliorer leurs performances énergétiques, les nouveaux projets tournent le dos aux déchets en mélange. Tris mécanobiologique ou à la source, combustibles solides de récupération… Les alternatives aux traitements traditionnels existent mais continuent à se chercher.

Dans la grande famille des « incinération-sceptiques », il y a les historiques. Ceux qui ont été marqués par les scandales engendrés par les émissions de dioxines et le silence assourdissant de ceux qui auraient dû agir au plus vite pour en limiter l’ampleur.

Il y a leurs fils spirituels, qui ont compris que les installations modernes disposent de filtres les rendant beaucoup plus performantes que la cheminée d’une maison, afin de respecter des normes devenues draconiennes. Pour autant, ils refusent de clore le débat sanitaire. Sait-on précisément ce qui se passe quand on brûle des déchets, générant des cocktails chimiques ou des nanoparticules qui se multiplient dans les produits de consommation courante, et dont la combustion commence à peine à être étudiée ?
Enfin, il y a ceux qui ont changé d’avis : les pragmatiques. Ils estiment que, malgré la prévention et le recyclage, le traitement des déchets ultimes est une nécessité et que l’incinération est un moindre mal. Mais ils se demandent s’il n’y a pas mieux que la valorisation énergétique des déchets en mélange. Exception faite du Syndicat départemental d’élimination des déchets de l’Aube (Sdeda), couvrant 431 communes, qui a récemment confié à Veolia le soin de construire une unité de valorisation énergétique (UVE) pour répondre aux besoins du département (308 000 hab.), il n’y a donc plus aucun projet d’incinérateur en France.

Saturation du parc et effet de cycle en cause

« C’est en partie lié à un travail de planification en cours dans chaque région, analyse Bertrand Bohain, délégué général du Cercle national du recyclage (CNR). On ne peut plus créer une installation sans regarder ce qui se passe autour. Quand une UVE est vide de four, mieux vaut s’entendre avec ses voisins et signer des partenariats qui permettent à chacun d’y trouver son compte en réduisant les coûts. »

L’absence de projets serait-elle liée à une saturation du parc ? Sans doute en partie, d’autant qu’il y a un effet de cycle évident. « Nous avons connu beaucoup de rénovations au début des années 2000 pour répondre aux nouvelles exigences réglementaires, en particulier pour le traitement des fumées », rappelle Pierre Hirtzberger, directeur général des services techniques (DGST) du Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers d’Ile-de-France qui regroupe 84 communes. Pas sûr pour autant que cette explication soit suffisante. « Il est indéniable que l’incinération n’est pas dans l’air du temps et n’est plébiscitée ni par la réglementation, ni par la population », poursuit le responsable.
Même peu nombreuses, quelques nouvelles unités de traitement fleurissent çà et là sur le territoire, et elles n’ont plus grand-chose à voir avec leurs aînées. A cheval sur le Nord et le Pas-de-Calais, le Symevad (82 communes, 312 000 hab.) a, par exemple, beaucoup hésité à remplacer une unité d’incinération vieille de 42 ans. « Notre première idée était naturellement d’en reconstruire une autre, lance Christophe Mézières, directeur du syndicat. Nous avons constaté qu’il existait de fortes oppositions locales et décidé d’entamer une réflexion sur les alternatives. Dans notre région, il y a eu un vrai traumatisme autour des dioxines. Nombre d’agriculteurs ont dû être indemnisés Nous ne voulions pas repartir au combat ».

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Usines d’incinération : non, tout n’est pas à jeter !

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X