Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Formation

Enseignement supérieur : un plan de bataille contre la fuite des jeunes cerveaux

Publié le 26/07/2017 • Par Alexandra Caccivio • dans : France, Innovations et Territoires

groupe d'étudiants
Monkey Business Images
Nevers, qui ne compte que 2 200 étudiants, va se doter d’un «schéma local de l’enseignement supérieur et de la recherche». Objectif: proposer des formations permettant de retenir les bacheliers sur le territoire.

Leurs efforts commencent à payer puisqu’une école privée d’ergothérapie ouvrira à la rentrée. Mais la bataille pour endiguer la fuite des jeunes cerveaux ne fait que commencer pour les élus de la Nièvre, qui ont décidé de se doter d’un « schéma local de l’enseignement supérieur et de la recherche » (SLESR) afin de retenir leurs bacheliers. Dans ce département à la démographie déclinante, ceux-ci ont en effet tendance à partir pour leurs études et à ne pas revenir. Alors, comment stopper ce flux?

Les élus locaux, au premier rang desquels Patrice Joly, président (PS) du conseil départemental et président de l’Association nationale nouvelles ruralités, défendent l’idée selon laquelle il faut développer l’offre locale de formation. De fait, si Nevers est le quatrième campus de Bourgogne Franche-Comté, le chef-lieu de la Nièvre ne compte que 2 200 étudiants, qui se répartissent dans 34 formations post-bac, auxquelles s’ajoutent les cursus des deux écoles consulaires ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Enseignement supérieur : un plan de bataille contre la fuite des jeunes cerveaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

27/07/2017 08h07

Est-ce que le vrai problème français ne serait pas plutôt la fuite des jeunes cerveaux vers l’étranger ? Qu’ils choisissent une région française plutôt qu’une autre n’a pas d’influence sur l’avenir du pays; par contre, qu’ils préfèrent aller faire leurs études et surtout, aller s’installer dans d’autres pays, représente un grave problème pour l’avenir de la France… Et pour pouvoir garder ces « jeunes cerveaux » sur le territoire, les solutions sont complexes et profondes.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X