Aménagement numérique

« Le débat sur l’open data a été profitable à l’application de la directive INSPIRE »

| Mis à jour le 27/09/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

Marc Léobet

Où en sont les collectivités en matière d'ouverture et de mutualisation des données géographiques ? Apparemment, celles-ci ne s'en sortent pas si mal, explique Marc Leobet. En la matière, la France serait même plutôt bonne élève par rapport à ses homologues européennes.

Marc Leobet est chargé de mission INSPIRE au ministère de la Transition écologique et solidaire. Géomaticien, il est également l’auteur du blog « Inspire by clouds », qui fait régulièrement le point sur l’actualité du secteur de la géomatique. Pour le Club Techni.Cités, il fait le bilan de l’avancée des collectivités territoriales dans la mise en oeuvre de la directive INSPIRE de 2009, qui promeut l’ouverture et la mutualisation des données géographiques entre les autorités publiques.

1/ En août 2016, un article scientifique paru dans la revue Cybergéo expliquait que les collectivités territoriales françaises étaient « en retard » par rapport à leurs homologues européennes dans la mise en œuvre de la directive INSPIRE, qui vise à encourager la publication et le partage des données géographiques. Vous dénoncez cet article. Pourquoi ?

Cet article se fonde sur trois incompréhensions. D’une part, l’article parle « d’open data », mais la directive INSPIRE est née en 2007. A cette date, l’open data n’était pas un sujet en tant que tel, on publiait sans licence, et cela ne s’appelait pas « open data ».

Bien entendu, au ministère, nous défendions une information libre et gratuite à travers la directive PSI de réutilisation des informations du secteur public. Mais avec la directive INSPIRE, ce n’était pas le point de vue. D’autant plus qu’aujourd’hui, il n’existe pas, sur le plan européen, de politique « d’open data » [alors qu’il existe une politique européenne en matière d’infrastructure de la donnée géographique depuis la directive INSPIRE, NDLR]. Il y a donc un contresens à dire qu’INSPIRE, c’est de l’open data, alors que ce n’est pas le cas.

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
cet article est en relation avec
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X