Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sport

Les agents des routes, ces héros méconnus du Tour de France

Publié le 06/07/2017 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : Actualité Club Techni.Cités, France, Toute l'actu RH

Vélo 1
Twitter @ADepartementsF
Le Tour de France, sa caravane publicitaire, ses coureurs, son podium. Si les images télévisées sont souvent impressionnantes, rares sont celles qui montrent la préparation en amont du troisième évènement sportif mondial. Et pourtant, ce sont des agents départementaux qui permettent aux cyclistes de rouler en toute sécurité. Reportage embarqué.

Les traits sont tirés, la nuit a été courte. Mais les sourires, larges sur les visages, montrent le plaisir à participer au Tour de France. Chaque année, quatorze agents départementaux des routes sont envoyés par l’Association des départementaux de France (ADF). Leur mission ? Assurer la signalisation sur chaque étape et sécuriser le parcours qui traverse plus de trente départements.

Levée à cinq heures du matin pour afficher la signalétique qui s’adresse aux cyclistes, la patrouille qui part en éclaireuse embarque une dizaine de personnes pour préparer chaque jour le passage de la Grande boucle. Au programme, la pose de 3 600 panneaux qui signalent les ronds-points, les rétrécissements, les passages à niveau…

Sécuriser l’itinéraire avant le passage des coureurs

« Dans la vie de tous les jours, la signalisation routière permet d’assurer la sécurité des conducteurs et des piétons. Mais pour les cyclistes, ce sont surtout des obstacles dangereux. Nous adaptons les panneaux aux spécificités d’un peloton lancé à vive allure » explique l’agent des routes Sam Tavernier, venu de la Haute-Saône pour sa quatrième édition. « C’est aussi à ce moment-là que nous faisons remonter le plus d’information sur le parcours à nos collègues qui vont continuer le travail », précise Yann Giffrain, son collègue breton.

En effet, un peu plus tard dans la matinée, c’est au tour de « Gros Léon » de se mettre à l’action, environ une heure et demi avant le passage des cyclistes. Ce camion équipé d’un balai hydraulique à l’avant et d’une cuve de 2 000 litres d’eau à l’arrière, prêté par le département des Vosges, est désormais l’une des mascottes du tour.

« Quand nous arrivons pour enlever des gravillons, nettoyer des traces d’essence ou rafraîchir la route en cas de forte chaleur, la foule qui attend les coureurs sur le bord de la route nous fait coucou. Notre passage est le signe que les coureurs ne vont plus tarder », détaille avec plaisir Grégory Villaume, le conducteur de cette machine.

Vélo 2

Une belle reconnaissance pour ces spécialistes de la route

Tout un symbole que d’être reconnus par le public du Tour de France pour ces agents qui exercent le reste de l’année dans l’anonymat et qui ont été sélectionnés de façon stricte. « Quand j’ai reçu par mail une annonce de l’ADF qui proposait aux agents des routes de participer à cette compétition, je n’ai pas hésité une seconde. J’ai envoyé mon CV, passé plusieurs entretiens et été choisi pour partir trois semaines sur les routes du Tour », explique Frédéric Bonnaire, au volant de la voiture qui suit le « Gros Léon ».

La patrouille technique s’occupe notamment de marquer, à l’aide d’une bombe de peinture, les dangers sur la chaussée qui n’ont pas pu être solutionnés, afin qu’ils soient bien repérés par les coureurs. « C’est très valorisant », enchaîne Karine Lassus, responsable de la communication à l’ADF. « Lors de la première étape, à Düsseldorf, en Allemagne, nous avons discuté avec des cyclistes qui remarquent notre travail et l’apprécient », sourit-elle.

Une implication fort appréciée également du directeur du Tour de France, Christian Prudhomme qui n’a pas manqué de souligner cette année que le Tour n’est que « locataires de la route, terrain d’expression des coureurs. Par l’entretien et la préparation qu’ils assurent, les départements nous garantissent un tracé de qualité qui participe au bon déroulement de la course ».

Plus de 3 000 agents des routes préparent le Tour depuis le mois d’octobre

Le travail des départements ne se déroule en effet pas seulement pendant les trois semaines de compétition, mais pendant les neuf mois précédents, dès l’annonce du tracé de la course. Plus de 3 000 agents se mobilisent alors jusqu’au test grandeur nature en juin pendant lequel les agents des routes de chaque département enfourchent leur vélo pour effectuer une reconnaissance d’étape.

Et cette belle publicité pour les départements ne s’arrête pas là. Présent chaque jour sur les espaces d’animation, le stand ADF met à l’honneur l’un des départements traversés en organisant des animations sur les sites remarquables.

Dominique Bussereau (LR), le patron de l’ADF, le reconnaît d’ailleurs : « le Tour de France offre une exceptionnelle mise en valeur des départements, véritable décor de la compétition ». Le président du conseil départemental de Charente-Maritime souligne d’ailleurs que « bien au-delà de l’aspect sportif, le spectacle sur le bord des routes exprime la fierté du public de voir l’épreuve passer au plus près des territoires. ».

Un investissement qui s’incarne également de façon financière : c’est en effet l’ADF qui prend en charge l’indemnité des agents pendant les trois semaines du Tour, tandis que l’institution se fait rémunérer par Amaury sport organisation (ASO), l’organisateur de la course. Le montant a beau être gardé confidentiel, c’est un partenariat qui « roule », pour reprendre le slogan de l’ADF, les départements étant équipiers de la compétition depuis onze ans.

Et cela se voit ! C’est Justine, 27 ans, venue de la Haute-Normandie et seule femme de l’équipe qui le précise. « Il y a des raisons différentes d’être là, des passionnés de vélo, d’autres qui aiment ce sentiment d’appartenir à une famille pendant trois semaines et certains qui sont heureux de montrer leur savoir-faire dans tous les départements de France. Ce qui est certain, c’est que nous ne laisserions notre place pour rien au monde. »

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les agents des routes, ces héros méconnus du Tour de France

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

07/07/2017 08h21

Très bien pour le tour de France. Mais au quotidien que vous soyez automobiliste, motard ou cycliste vous êtes loin de bénéficier de ces routes propres et nettes. Pour être un peu méchant je dirais encore un privilège réservé à quelques sportifs élites… et sur nos impôts probablement doutant que le tour de France paie ces frais/travaux chaque année !

Stef687

07/07/2017 08h25

En effet les agents des routes font un travail formidable avant l’épreuve, mais aussi après quand il s’agit de rendre la routes à la circulation, nettoyer leurs abords bien souvent transformés en poubelle de pleine air par des spectateurs inciviques….
Parmi les héros il ne faut pas oublier les services techniques qui élaborent les nombreux documents de voirie nécessaires (arrêtes, cartes, etc…) pour les agents d’exploitation, mais aussi forces de l’ordre, les préfectures, les organisateur du TDF….

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X