Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Lien social

Le Cese recommande aux collectivités de lutter contre l’isolement social

Publié le 10/07/2017 • Par Isabelle Raynaud • dans : France

solitude
Marina Shatskih via Pexel CC0
5,5 millions de personnes souffrent en France d'isolement social. Malgré les clichés, le phénomène ne concerne pas que les personnes âgées, loin de là. Dans un avis, le Conseil économique, social et environnemental s'attaque à ce risque et fait ses préconisations.

5,5 millions de personnes souffrent d’isolement social en France, plus d’une personne sur 10. L’isolement social, selon la définition du Conseil économique, social et environnemental (Cese), est « la situation dans laquelle se trouve la personne qui, du fait de relations durablement insuffisantes dans leur nombre ou leur qualité, est en situation de souffrance et de danger ».

« Quand on parle isolement social, on pense souvent aux personnes âgées, notamment depuis 2003 et la canicule. Mais les personnes âgées ne représentent qu’1,2 millions des personnes isolées. Qui sont les 4,3 millions autres ? » demande Jean-François Serres, délégué général des petits frères des Pauvres, référent national Monalisa (Mobilisation nationale contre l’isolement des âgés). « L’isolement est un sujet nouveau qui n’a pas été pris de front », ajoute-t-il.

En tout cas jusqu’à l’avis qu’il a présenté en tant que membre du Cese. L’institution s’est basé sur l’expérience de Monalisa pour faire des préconisations pour « Combattre l’isolement social pour plus de cohésion et de fraternité », selon l’intitulé de l’avis adopté le 30 juin 2017.

Utiliser le Service civique

« La charte Monalisa permet aux citoyens de se faire connaître et dire ce qu’ils font déjà pour lutter contre l’isolement des personnes âgées ou ce qu’ils veulent faire. La signature de la charte leur donne une légitimité et un soutien », explique Jean-François Serres. Des “équipes citoyennes” sont ainsi constituées à l’initiative des habitants, des partenaires institutionnels comme les CCAS (Centre communal de l’action social) décident de promouvoir le dispositif. Ces derniers aident également à la création d’équipes de volontaires, d’associations ou d’alliances entre plusieurs acteurs.

« Le dispositif a fait ses preuves », souligne Jean-François Serres. Il a néanmoins besoin de s’inscrire dans la durée. Pour seconder les équipes citoyennes, le Cese recommande donc d’utiliser des jeunes en service civique. « En articulant les équipes et les jeunes en service civique, avec la force et l’enthousiasme de ces derniers, on peut mettre en place un engagement sur le long terme dans les territoires », assure le délégué général des petits frères des Pauvres qui a testé le système avec Monalisa pendant 18 mois.

Les départements pour la vision d’ensemble

Si les équipes citoyennes et les services civiques doivent être gérés au plus près du terrain, donc plutôt par les associations ou les CCAS, la lutte contre l’isolement social a également besoin d’être uniformément développé sur les territoires. Pour cela, le Cese encourage les départements à « inscrire l’action dans les territoires et faciliter les actions ». Ils pourraient notamment orienter les actions vers les zones là où il faut prioritairement porter l’effort.

Et le risque de disparités entre les départements ? Jean-François Serres pense qu’il est possible de les dépasser :

Il faut trouver un équilibre entre, d’un côté, la dynamique volontaire des partenaires, plus ou moins forte, un portage politique plus ou moins assumé, qui créent des disparités entre les territoires ; mais, de l’autre côté, il faut inscrire de façon plus volontaire cet objectif de lutte contre l’isolement au niveau central et que l’Etat porte cette politique pour inciter les territoires à entrer dans cette démarche.

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Cese recommande aux collectivités de lutter contre l’isolement social

Votre e-mail ne sera pas publié

philippej

11/07/2017 02h10

les personnes fragiles, l’isolement social : je suis content que le CESE soit impacté! Pas assez de postes d’éducateurs spécialisés, pas de remplaçants en cas de maladie professionnelle , de blessures, de démissions, pas de personnel éducateur spécialisé dans les classes, pas assez de postes dans les maisons de retraites, pas de budget pour les stagiaires futurs éducateurs spécialisés

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X