Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Bibliothèques

Bibliothèques : 4 millions d’usagers potentiels à séduire

Publié le 02/07/2017 • Mis à jour le 04/07/2017 • Par Hélène Girard • dans : France

bibliotheque-une
Flickr CC by Yuri Levchenko
L’enquête du ministère de la Culture intitulée « Publics et usages des bibliothèques en 2016 » et publiée en juin 2017 livre une mine d’informations sur les relations que les usagers entretiennent avec ces équipements. De quoi nourrir la réflexion du ministère de la Culture et des collectivités sur les évolutions à envisager.

Réalisée en 2016, par le Service du livre et de la lecture (SLL, ministère de la Culture) et l’institut de sondages TMO, l’étude « Publics et usages des bibliothèques en 2016 » s’est conclue à point nommé : au moment où Françoise Nyssen, tout juste arrivée Rue de Valois, ouvre le dossier de la lecture publique. Avec,

  • une première décision : la nomination de l’académicien Erik Orsenna comme « ambassadeur de bonne volonté sur la lecture », qui, avec un inspecteur général du ministère, effectuera un tour de France ;
  • un chantier en cours (1), mené conjointement avec l’Association des bibliothécaires de France : une enquête sur l’impact socio-économique de ces équipements, dont la préparation méthodologique est en cours et qui devrait être réalisée au premier semestre 2018 ;
  • et deux projets : une campagne de communication nationale pour promouvoir les bibliothèques et un débat national sur la problématique des horaires.

La batterie de chiffres issus de cette étude met indirectement en lumière les points sur lesquels le ministère et les collectivités doivent faire porter leurs efforts.

Améliorer les modalités d’ouverture et d’accès

Depuis plusieurs année, l’adaptation des modalités d’ouverture des équipements de lecture publique (jours et horaires) aux différents rythmes de vie des usages est pointée comme la grande évolution à engager d’urgence. L’étude du ministère confirme les carences sur ce point, puisque seuls 36% des usagers se disent « très satisfaits ». Un niveau de faible adhésion qui concerne aussi les conseils documentaires, la diversité des collections et la nature des animations, qui rencontrent un taux de satisfaction de 31  à 36%. (2)

Autre indice de ce problème : les horaires arrivent en tête des raisons  directement liées à l’équipement (3) qu’invoquent les personnes se rendant peu ou pas du tout en bibliothèque, juste devant l’éloignement de l’équipement et les difficultés pour y accéder, et le manque de choix.

Raisons liées aux bibliothèques expliquant une faible ou non fréquentation 

etude mcc 1 Capture

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

(Source : Publics et usages des bibliothèque en 2016)

Objectif : 45% d’usagers

Les auteurs de l’étude ont calculé le nombre de personnes fréquentant peu ou pas du tout les bibliothèques  qui seraient « certainement » ou « probablement sensibles » à une amélioration des modalités d’ouverture et d’accès : respectivement 2 et 6% des Français de 15 ans et plus, soit, 1,1 et 2,9 millions de personnes. Ce qui fait un public potentiel à conquérir de 4 millions de personnes.

Pour ce qui est des horaires, 60% d’entre elles souhaiteraient une ouverture le samedi, 47% le dimanche, 56% souhaiteraient pouvoir se rendre en semaine à la bibliothèque au-delà de 18h.

Et les auteurs de conclure : « répondre aux attentes de ces 4 millions de personnes permettrait d’augmenter de dix points le nombre d’usagers des bibliothèques municipales, en portant leur taux de fréquentation par la population de 15 ans et plus à plus de 45%, ce qui représenterait un gain d’au moins cinq points, soit une progression analogue à celle qui s’est produite au cours de la dernière décennie à population constante et hors effets démographiques. »

Développer l’accueil, l’animation, et les services

Dix ans après la grande enquête réalisée par le Credoc –  « La fréquentation des bibliothèques publiques a doublé depuis 1989 »  – l’étude de 2016  confirme les évolutions détectées dès 2005 :

  • l’augmentation de la fréquentation ;
  • la baisse des inscriptions, donc des prêts.

Ainsi, aujourd’hui 87% des Français de 15 ans et plus déclarent avoir fréquenté une bibliothèque municipale au moins une fois dans leur vie. Soit 15 points de plus qu’en 2005. De même, sur les 12 derniers mois, 40% de la population française a fréquenté une bibliothèque municipale au moins une fois. Soit 5 points de plus qu’en 2005 et 14 de plus qu’en 1997.

Parallèlement, le taux d’inscription (par rapport au nombre d’usagers) est passé en dix ans de 59 à 39%. En 1997, il était 69%.

Il n’en reste pas moins que plus de la moitié des personnes (55%) s’étant rendues dans une bibliothèque au cours des 12 derniers mois en sont ressorties avec des documents. Mais, « la progression du nombre d’usagers et la baisse du nombre d’inscrits synthétisent une tendance de fond au redéploiement des activités des bibliothèques municipales, notent les auteurs de l’étude. Si l’on continue à emprunter dans les bibliothèques, on vient aussi de plus en plus y faire tout autre chose. »

Activités pratiquées par les usagers lors de leurs visites des 12 derniers mois (hors numérique)

etude mcc 4 Capture

 

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

(Source : Publics et usages des bibliothèque en 2016)

Peaufiner l’offre numérique

Cet « autre chose » recouvre aussi des usages numériques, dont l’étude montre comment ils trouvent leur place dans les équipements de lecture publique. Avec un premier constat, 43% des usagers au cours des 12 derniers mois ont eu au moins une activité numérique. Le second constat bat en brèche quelques idées reçues : non seulement le développement des usages culturels du numérique n’a pas ringardisé les bibliothèques, mais, de surcroît, elles n’ont pas seulement vocation à proposer une offre de services à des personnes peu équipées ou un accompagnement à un public peu à l’aise avec ces technologies. Car, le public des bibliothèques s’avère globalement mieux équipé que le reste de la population. Avec, par exemple, 95% de titulaires d’une connexion internet, contre 88% chez les non-usagers des bibliothèques ; ou, autre exemple, 21% de consommateurs de films ou de vidéos en téléchargement (contre 16% chez les non-usagers des bibliothèques).

Les plus grands utilisateurs de services  numériques en bibliothèques se trouvent  parmi les visiteurs les plus fréquents.

Activités numériques pratiquées au travers des bibliothèques municipales par les usagers des 12 derniers mois

800 etude mcc 3 Capture

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

(Source : Publics et usages des bibliothèque en 2016)

Finalement, soulignent les auteurs de l’étude, ce constat « contredit à ce jour l’hypothèse – désormais ancienne – selon laquelle les bibliothèques seraient progressivement rendues obsolètes par les services en ligne disponibles sur Internet. »

Des lieux à forte légitimité, mais pas sacralisés

Selon l’étude du ministère de la Culture intitulée « Publics et usages des bibliothèques en 2016 », 5% seulement des Français de plus de 15 ans jugent les bibliothèques sans utilité. Un taux extrêmement faible, mais qui enregistre cependant une petite augmentation (+3 points) par rapport à l’enquête de 2005.

De même, 76% (et non plus 79%, comme en 2005) jugent les bibliothèques « utiles à tous ». Taux qui montent à 98% chez les utilisateurs actuels et 95% chez ceux qui les ont fréquentées par le passé.

« Bien que la bibliothèque municipale continue de bénéficier d’une forte légitimité, y compris chez les non usagers, la tendance selon laquelle elles ne constituent plus un lieu ‘sacralisé’, mais un équipement dont on peut interroger la fonction progresse chez ces derniers, notamment au regard des évolutions numériques de la société, analysent les auteurs. On notera également que les non usagers absolus qui jugent les bibliothèques municipales peu utiles n’ont pas de connaissance directe de l’offre proposée aujourd’hui par ces bibliothèques, offre qui a fortement évolué au cours de la dernière décennie. »

Notes

Note 01 ouvert par la ministre précédente Audrey Azoulay Retour au texte

Note 02 Les auteurs de l’étude préfèrent parler de « moindre satisfaction » (plutôt que d’ « insatisfaction »), par comparaison  avec les appréciations de la qualité de l’accueil, des conditions d’emprunt et d’inscription, qui se situent entre 45 et 49%. Retour au texte

Note 03 Par opposition aux raisons liées aux préférences personnelles, comme acheter les ouvrages plutôt que les emprunter. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Bibliothèques : 4 millions d’usagers potentiels à séduire

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X