Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Déplacement

Une étude préconise la mise en place d’une écotaxe pour le transport de marchandises en ville

Publié le 30/06/2017 • Par Camille Selosse • dans : Documents utiles, France

ING02_Photo ingé 2
Cerema
Le think tank Terra Nova s’est intéressé au « parent pauvre » des débats sur la ville : la logistique. Dans son rapport de 110 pages, le cercle de réflexion marqué à gauche appelle les pouvoirs publics à se saisir des outils existants permettant d’inciter au verdissement du parc utilitaire et à une optimisation des livraisons. L’écotaxe est un des leviers préconisés.

L’écotaxe est-elle devenue le principal serpent de mer du secteur des transports ? Le think tank Terra Nova apporte une nouvelle pierre à l’édifice en faisant du sujet l’une de ses huit propositions phares dans son étude Des marchandises dans la ville écrite pour répondre aux défis de la logistique urbaine.

Le transport de marchandises, responsable de 25% des émissions de gaz à effet de serre

Si les auteurs du rapport remettent le sujet sur le tapis, c’est parce qu’ils ont fait le constat que l’organisation du transport de marchandises en ville doit être revue. Le basculement doit notamment se faire vers une logistique plus respectueuse de l’environnement. Actuellement, le transport de marchandise représente par exemple 10 à 20 % du trafic en Ile-de-France tout en étant responsable d’un quart des émissions de CO2, d’un tiers des émissions d’oxydes d’azote et de la moitié des particules liées à la circulation urbaine pointe le rapport.

La faute à des véhicules trop anciens, et donc très polluants, ainsi qu’à une sous-optimisation de la livraison en ville avec une forte utilisation de petites camionnettes, pas toujours bien remplies.

La solution d’une écotaxe pour les autoroutes urbaines

Pour inciter les entreprises à réorganiser et optimiser leurs tournées, le think tank propose donc « la mise en place de l’écotaxe pour les autoroutes urbaines, notamment en Île-de-France » pour l’ensemble des poids lourds (et non pas seulement ceux en transit). Les régions pourraient en récupérer la gestion. Afin de désamorcer la grogne des transporteurs, les auteurs suggèrent de réduire en échange les tarifs des péages autoroutiers poids lourds « dans les régions les moins tendues sur le plan de la circulation », en négociation avec les sociétés d’autoroutes.

Et ce ne « pas augmenter la pression fiscale globale sur le secteur ». Au passage, le rapport suggère plus généralement de passer à une tarification de la circulation modulée en fonction des impacts effectifs (congestion, pollution).

L’urgence du renouvellement des véhicules

L’écotaxe pourrait surtout épargner les véhicules norme Euro 6 ou électriques. Une façon d’inciter le secteur à renouveler son parc. Car c’est là que réside l’urgence selon Terra Nova. A Paris, en 2012, 20 % des camionnettes et 15 % des poids lourds en circulation avaient plus de 8 ans, un âge moyen beaucoup plus élevé que dans les villes de Scandinavie, du Royaume-Uni, d’Allemagne ou d’Italie note le rapport.

Suivant la même idée, Terra Nova suggère également d’accélérer la mise en place de zones à circulation restreinte (une possibilité donnée aux collectivités par la loi de transition énergétique de 2015) afin de limiter la circulation des véhicules les plus polluants. Dans le même temps, il faut donc faciliter l’acquisition de véhicules propres, notamment en déployant des réseaux de bornes de recharge électriques et de stations GNV.

« Dans l’état actuel du marché et des prix », un appui financier aux PME est également nécessaire si on veut un « accroissement substantiel du parc des véhicules propres » complète l’étude.

Des entrepôts de plus en plus loin des villes

Terra Nova ne se contente pas de pointer les évolutions nécessaires de véhicules. Pour le think tank, c’est l’organisation urbaine même qui est à revoir. Les entrepôts logistiques sont « impitoyablement » renvoyés vers des « périphéries de plus en plus lointaines, en contradiction avec les exigences de livraison plus fréquentes vers les cœurs d’agglomération, où sont concentrés les consommateurs » souligne le rapport.

A Paris, la distance moyenne entre la capitale et les entrepôts auprès desquels les livreurs s’approvisionnent, a ainsi presque triplé depuis 1970 (de 6 à 16 km). Terra Nova préconise donc d’encourager et de faciliter la construction d’entrepôts urbains. La logistique doit également faire partie intégrante de la planification urbaine, notamment à l’échelle régionale.

La très timide action des collectivités qui pourraient pourtant facilement agir

Selon Terra Nova, si une ville, une agglomération ou une région souhaite agir sur la mobilité des marchandises, elle dispose d’une grande palette d’outils pour le faire. Mais elles s’en servent « timidement ».

Du côté de la Ville de Paris, quelques recommandations sont cependant déjà appliquées. Un nouvel entrepôt logistique est construit dans la ville (Chapelle Internationale, dans le 18e arrondissement), une soixantaine de parcelles ont été ciblées dans le cadre du PLU de l’été 2016 pour développer de petits espaces logistiques (500 à 1000 m²)… Le cabinet chargé de  la question des déplacements dans la capitale nous explique que l’enjeu réside surtout dans la possibilité de faire émerger des constructions mixtes, alliant logistique, habitat et services. Mais la réglementation qui relève, elle de l’Etat reste très contraignante. Terra Nova prône d’ailleurs une simplification.

La réponse de la région Ile-de-France à ces enjeux logistique n’est en revanche pas “encore mûre” nous explique-t-on du côté du cabinet de Valérie Pécresse. Elle travaille actuellement sur son futur « plan fret » et pourra donc en dire plus sur sa stratégie dans les mois à venir. A la Ville comme à la Région, on rappelle cependant qu’Anne Hidalgo et Valérie Pécresse se sont toutes deux déjà exprimées en faveur d’une écotaxe poids lourds.

Terra Nova espère que les collectivités se saisiront davantage de ce sujet et tente de convaincre : « Nous sommes pourtant en présence d’un champ d’action « facile » politiquement puisque les transporteurs ne votent pas localement (ils habitent rarement les villes-centres) et que les demandes sociétales vont vers une réduction des polluants nocifs pour la santé des populations urbaines et dont les niveaux sont théoriquement surveillés à tous les échelons administratifs ».

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Une étude préconise la mise en place d’une écotaxe pour le transport de marchandises en ville

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X