Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Le chantre de la République décentralisée quitte la scène

Publié le 27/06/2017 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Raffarin
D.R.
Jean-Pierre Raffarin a annoncé le 27 juin 2017 qu’il abandonnait la politique active pour se consacrer à une ONG. Retour sur une carrière marquée par une foi girondine inébranlable.

Avec Jean-Pierre Raffarin (LR), qui lâche son mandat de sénateur pour fonder une ONG luttant contre « les risques de guerre », les collectivités perdent l’un de leurs avocats les plus fervents. Toute sa vie politique durant, l’ancien Premier ministre a en effet milité pour l’émancipation des territoires.

Dans le sillage de son mentor, le président du conseil général de la Vienne René Monory (UDF), le pionnier du marketing politique a d’abord promu l’une des grandes réalisations de la décentralisation : le Futuroscope.

Patron de Poitou-Charentes (1988-2002) et de l’association des régions de France (1998-2002), il a fait de « la République décentralisée » son oriflamme. C’est lui qui, avant la présidentielle de 2002, a « vendu » ce projet à Jacques Chirac, afin de rallier les notables issus de l’UDF et de les fondre au sein de l’UMP. Pour Jean-Pierre Raffarin, qui rêvait sans doute davantage de devenir président du Sénat que président de la République, c’était là une cause sacrée.

Un acte II de la décentralisation inachevé

Devenu Premier ministre en 2002, il a inscrit la République décentralisée dans la Constitution, offrant aux collectivités des garanties face à l’Etat central. La suite a été moins concluante. Loin du blitzkrieg de l’acte I de la décentralisation (la fameuse loi « Defferre » du 2 mars 1982), Jean-Pierre Raffarin a multiplié les grands-messes appelées Assises des libertés locales. Une tribune ouverte pour les groupes d’intérêts locaux.

Contrairement à son dessein régionaliste, Jean-Pierre Raffarin a plié devant nombre de revendications de l’Assemblée des départements de France. Son acte II de la décentralisation, qualifié de vide-grenier de l’Etat par ses contempteurs, a perdu beaucoup de sa cohérence.

A son retour au Palais du Luxembourg, il a repris son bâton de pèlerin plaidant pour dix régions et le maintien des départements. Un schéma in fine en partie suivi par Manuel Valls à l’occasion de la réforme territoriale. Jean-Pierre Raffarin n’est, en revanche, jamais parvenu à se hisser au « Plateau », échouant par deux fois à l’élection à la présidence du Sénat face à l’insubmersible Gérard Larcher (LR).

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le chantre de la République décentralisée quitte la scène

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X