Assainissement non collectif

Assainissement non collectif : rétrospective et constats sur les installations traditionnelles

| Mis à jour le 26/06/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

SATESE 14

Le Satese d'Indre-et-Loire a procédé à une évaluation des dispositifs traditionnels d'assainissement non collectif dont il vous livre ici les résultats.

Par Christelle Mindren Bourry, contrôleur ANC, Ludovic Martins, adjoint au responsable technique, Satese 37

Voilà près de 20 ans que le SATESE d’Indre et Loire a débuté l’activité relative au contrôle des dispositifs d’ANC neufs, soit environ 14 000 dossiers traités représentant près de 27 000 visites (vérification projet, puis travaux).

Depuis 2011, la mise en oeuvre du diagnostic lors de transactions immobilières a, quant à lui, généré plus de 3 000 visites. Sur la base de ces 3 000 visites, il est apparu intéressant d’évaluer la manière dont évoluaient dans le temps les dispositifs d’assainissement non collectif, qu’ils aient été réalisés avant ou après les contrôles du SATESE (1997).

Cette étude lancée en interne s’intéresse plus particulièrement aux filières dites traditionnelles, telles que tranchées d’épandage, filtres à sable drainés et non drainés, etc. Celles-ci ont été mises en oeuvre après 1982, soit une trentaine d’années d’existence pour les plus anciennes ; cette date marque « le remplacement » de la bien connue fosse septique par la fosse toutes eaux, collectant à la fois les eaux vannes et les autres eaux usées domestiques.

A l’heure où les filières agréées montent en puissance dans les nouvelles installations réalisées, il est intéressant d’observer le « vieillissement » des filières traditionnelles, qui ont des atouts forts à faire valoir en termes de pérennité, simplicité d’exploitation, fiabilité et coût d’entretien.

Présentation des résultats

En premier lieu, l’exploitation des données vient conforter le rôle du SPANC dans le choix du système de traitement en adéquation avec le sol en place et les caractéristiques de l’habitation (visite systématique en amont avant la mise en oeuvre).

Ainsi sur l’ensemble du parc étudié (2966 installations), une non-conformité sur deux est liée au fait que l’installation d’assainissement non collectif est incomplète (manquement d’une partie du prétraitement ou absence de traitement des eaux après la fosse).

L’autre moitié des non-conformités provient d’un défaut de conception et d’usure.
Par ailleurs, la visite de conformité effectuée par le SPANC (458 installations sur 2966) avant le remblaiement de l’installation, est une garantie pour l’usager du travail effectué par le professionnel de terrassement et un moment privilégié pour échanger avec le particulier sur l’entretien que nécessite ce type d’installation et prévenir ou anticiper sur d’éventuels défauts d’usure à venir.

Aussi malgré les conseils et recommandations formulées à l’issu du contrôle, on peut faire les constats suivants :      Capture 1

Quelques illustrations

Le cas d’une fosse fortement dégradée par la corrosion avec un défaut de structure de l’ouvrage (mauvaise ventilation) :

Concerne en moyenne 1 installation sur 4. Avis non conforme du SPANC en raison d’un couvercle non sécurisé et un risque de chute avéré.

Concerne en moyenne 1 installation sur 4. Avis non conforme du SPANC en raison d’un couvercle non sécurisé et un risque de chute avéré.

L’exemple d’une installation ayant subi une modification depuis la visite de contrôle de bonne exécution effectuée par le SPANC :

Concerne en moyenne une installation sur 5.

Concerne en moyenne une installation sur 5.

Une piscine réalisée en partie sur le dispositif de traitement (réaménagements en surface du filtre à sable avec mise en place de réhausses supplémentaires et inadaptées sur les regards). Conclusion : un recouvrement excessif et un affaissement des regards conduisant à un mauvais écoulement dans les tuyaux d’épandage, se traduisant en définitive par un dysfonctionnement majeur de l’ensemble. Le dysfonctionnement d’une pompe de relevage constaté lors de la visite :

Concerne en moyenne 1 installation sur 10.

Concerne en moyenne 1 installation sur 10.

Non-conformité suite à un défaut de sécurité sanitaire. La principale raison est liée à la panne d’une pompe, depuis un certain temps, entrainant la mise en charge du prétraitement et un débordement en surface. Une alarme aurait permis de palier à ce problème et d’intervenir dans les délais pour éviter les désagréments.

Enfin, dans un second temps, l’exploitation des données permet une analyse chiffrée du parc étudié liée aux particularités du département d’Indre-et-Loire :

  • absence totale d’installation dans 9 % des cas rencontrés,
  • composition des prétraitements avec, 53 % de fosses toutes eaux, 38 % de fosses septique, 9 % de fosses étanches,
  • absence de traitement pour 50 % des dispositifs,
  • à partir de 1982, baisse significative du taux de non-conformité de 97 % à 47 %,
  • ¾ du département est essentiellement composé de filtre à sable (drainés ou non),
  • proportion équitable entre filières drainées (50 %) et infiltration (50 %),
  • les non-conformités touchent toutes les filières (le tertre d’infiltration rencontre le moins de défauts)…

Mise en évidence de « la période de dégradation » des installations à partir de 11 et 12 ans

Taux de non-conformité en fonction de l’âge des installations sur un panel de 1361 installations dont l’âge est connu :

Taux de non-conformité en fonction de l'âge de l'installation au moment de la visite (1361 installations)

Taux de non-conformité en fonction de l’âge de l’installation au moment de la visite (1361 installations)

Taux de non-conformité en fonction de l’âge des installations sur les 458 installations contrôlées conformes par le SPANC lors des travaux :

Taux de non-conformité en fonction de l'âge du dispositif au moment de la visite.

Taux de non-conformité en fonction de l’âge du dispositif au moment de la visite.

Conclusion

Un taux de non-conformité global de 72 % (avec un âge du parc de 27 ans) qui passe à 10 % dans le cas d’un contrôle préalable du SPANC (avec un âge moyen du parc de 8 ans).

Comparatif du taux de non-conformité en fonction de l’âge du dispositif au moment de la visite avec ou sans contrôle du SPANC.

Comparatif du taux de non-conformité en fonction de l’âge du dispositif au moment de la visite avec ou sans contrôle du
SPANC.

Les contrôles et conseils du SPANC lors de la mise en oeuvre d’une installation retardent donc l’apparition d’une non-conformité (voir comparaison entre les 2 courbes de tendance ci-dessus).

Les difficultés rencontrées et les limites de l’étude :

  • Exploitation d’une base de données dont la représentativité du panel pour lequel les informations sont complètes reste limitée (15 % des installations sur les 2966 étudiées).
  • Evolution des critères définissants une non-conformité en prenant en compte les récentes évolutions réglementaires. Travail sur 2 grilles d’évaluation différentes avant et après le 1er juillet 2012.
  • Les conclusions ne prennent pas en compte les rendements épuratoires en raison de l’absence d’analyse chiffrée sur la qualité des rejets. Constats uniquement sur un fonctionnement à l’instant « t » selon les caractéristiques de l’habitation.

Ce qu’il faut retenir

Les filières dites « rustiques » nécessitent comme les autres un minimum d’entretien et de surveillance ; c’est une évidence. Le simple nettoyage deux fois par an d’un préfiltre intégré à la fosse semble déjà très compliqué pour le particulier ; on peut donc s’interroger sur les installations plus complexes (microstations ou filtres compacts) nécessitant une exploitation et une surveillance plus accrues.

La nouvelle grille d’appréciation nationale issue des récentes évolutions réglementaires vient en plus ajouter un critère de sécurité sanitaire avec la prise en compte de l’aspect « risque de chute » et « gène relative aux odeurs » avec travaux de remise en conformité dans un délai de 1 an pour le futur acquéreur (éléments anciennement considérés comme de simples améliorations à apporter à l’installation sans notion de délais).

Lorsque le SPANC a vérifié le projet et les travaux lors de la mise en oeuvre, 10 % seulement des installations sont non-conformes (47 sur 458 installations). De plus, aucun cas de colmatage n’est identifié lorsque l’entretien est correctement réalisé par le propriétaire.

  • A l’heure où les dispositifs agréés se développent et rendent également difficiles les choix par les usagers, il est intéressant de constater que les filières traditionnelles «vieillissent » bien et ont encore un avenir qu’il convient de pérenniser par
    une bonne adaptation de la filière au terrain (contrôle préalable du SPANC) ;
  • une bonne réalisation (contrôle des travaux par le SPANC) ;
  • un bon entretien, certes simple sur ces filières, mais que l’usager ne doit pas oublier (conseils du SPANC lors des visites périodiques de fonctionnement et d’entretien).
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Justine Cannesan, une agente des routes sur la Grande Boucle

    Première agente des routes à être présente sur le Tour de France pour préparer le passage des cyclistes, Justine Cannesan a su s’imposer dans la très convoitée équipe des Départements de France. ...

  • Quel impact en France après le refus de la Chine de recevoir les déchets occidentaux ?

    La Chine va devenir plus regardante sur les déchets qu'elle importe. C'est une bonne nouvelle pour ses habitants, mais une moins bonne pour les collectivités françaises, qui envoient une partie de leurs déchets vers l'empire du Milieu. Première estimation des ...

  • L’actu juridique de la semaine

    Notre sélection de jurisprudences et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiées par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 21 et le 27 juillet 2017. ...

  • 7 conseils pour sécuriser vos déchetteries

    Les déchetteries en France représentent plus de 4 500 sites et 1 750 maîtres d’ouvrage publics et privés. La sécurité des sites fait écho non seulement aux vols de matériaux, mais également au vandalisme et parfois même à l’agression des gardiens. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X