Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education

Un collectif citoyen demande aux collectivités de s’impliquer pour la jeunesse

Publié le 19/06/2017 • Par Michèle Foin • dans : France

jeunes en difficulté Ant Rozetsky
Ant Rozetsky
Le 20 juin 2017, quinze mouvements citoyens pour la jeunesse lancent à Paris, Marseille et Arras une « mobilisation citoyenne pour la jeunesse ». Les collectivités territoriales sont appelées à y jouer un rôle majeur aux côtés de la société civile.

La jeunesse aura été la grande absente de la campagne présidentielle. Pourtant, les forces vives sont nombreuses dans la société civile, au sein du milieu associatif, sur le terrain, à se démener pour la jeunesse. Quinze mouvements citoyens d’ampleur nationale, impliqués dans l’insertion citoyenne et professionnelle des jeunes, ont décidé de le rappeler à nos dirigeants, le 20 juin 2017, à l’occasion du lancement de la « Grande équipe de France ».

Un manifeste lancé par le collectif citoyen Bleu, Blanc, Zèbre

Cette « mobilisation citoyenne pour la jeunesse », sera lancée simultanément à Paris, Marseille et Arras. Ces pionniers souhaitent entraîner dans leur sillon « toutes les énergies citoyennes : associations, entreprises, collectivités locales… », expliquent les organisateurs. Ces deniers sont issus du mouvement citoyen « Bleu, blanc, zèbre » et invitent tous les acteurs de la jeunesse à signer leur manifeste.

« La jeunesse est l’avenir du pays et des territoires, martèle Frédéric Leturque (UDI), maire d’Arras qui participe activement à cette mobilisation. En France, il y a une jeunesse qui s’interroge et ne va pas bien, mais aussi une jeunesse qui a des projets, a envie de s’engager et qu’il faut encourager ! »

 La jeunesse, un investissement d’avenir

Pour Marie Trellu-Kane, Présidente exécutive d’Unis-Cité, l’association qui a lancé l’idée du service civique, « on ne peut plus tolérer qu’un enfant sur 5 entre au collège sans savoir lire correctement et que près de 2 millions de jeunes sont ni en formation, ni en emploi. Il n’est pas raisonnable d’attendre que les solutions descendent des pouvoirs publics. Il faut faire avec les dispositifs qui marchent, comme le service civique ou les cordées de la réussite ! N’oublions pas les acteurs de terrain, qui pourraient faire dix fois plus si on s’appuyait sur eux ! »

Quatre objectifs prioritaires sont donc ciblés :

  • l’accès à la lecture et à la culture pour tous dès le plus jeune âge,
  • la lutte contre l’échec scolaire et pour l’égalité des chances dans l’accès aux études supérieures,
  • l’insertion sociale et professionnelle de tous les jeunes, notamment les plus fragiles,
  • l’engagement citoyen de tous.

Un collectif bienveillant pour les jeunes

L’un des objectifs de cette grande mobilisation est de donner confiance aux jeunes qui ont envie de s’engager, en partant du principe que chacun peut faire sa part : les collectivités locales, les entreprises, les citoyens, les associations, et bien sûr l’Etat.

« Nous voulons fédérer les acteurs pour qu’un collectif bienveillant se place au service de la jeunesse, pour l’encourager et la responsabiliser. C’est important d’envoyer des signes positifs à la jeunesse », témoigne Frédéric Leturque, qui envisage le rôle du maire à deux niveaux : financier, bien sûr, pour donner les moyens de fonctionner aux structures associatives.

« Mais ce n’est pas la seule attente, précise le maire. Il y a aussi un grand besoin de mise en cohérence des acteurs. Le maires peut contribuer à rapprocher les forces dispersées qui mises ensemble feront encore mieux. C’est une bonne occasion de jouer le rôle de chef d’orchestre sans diriger de manière autoritaire, afin qu’aucun acteur ne soit mis de côté » insiste-t-il.

Les collectivités doivent continuer à s’impliquer sur le service civique

Cette « Grande équipe de France » envisage d’ailleurs de partir des besoins des territoires, identifiés par les jeunes et les acteurs de terrain pour déployer les solutions qui existent ailleurs, en s’appuyant sur des moyens financiers, des jeunes en service civique et des bénévoles.

De fait, d’après un sondage Ipsos de décembre 2016 pour l’agence du service civique, 67% des jeunes se disent prêts à faire un service civique. Les organisateurs lancent donc un appel à l’Etat pour qu’il continue à déployer massivement ce dispositif public.

Les collectivités ont donc un rôle clé à jouer pour donner aux jeunes toute leur place dans la vie locale. Celles qui veulent « faire leur part » pour la jeunesse sont attendues pour identifier les besoins de la jeunesse, accompagner la création d’une antenne locale de la Grande équipe de France, valoriser ses actions et encourager leurs concitoyens à agir par le volontariat ou le bénévolat.

Quant au service civique, les collectivités qui feront partie de la Grande équipe de France doivent surtout s’engager à proposer des missions de service civiques aux jeunes et à faciliter leur mobilisation auprès des acteurs locaux via des « plateformes d’intermédiation », précisent les organisateurs.

« Le service civique c’est aussi des ressources humaines jeunes, pleines de créativité, très précieuses pour les collectivités territoriales et les associations », ajoute Marie Trelle-Kane, qui se réjouit de l’implication de l’Association des maires de France (AMF) pour encourager les élus à signer le manifeste. Pour l’instant, seules les villes de Paris, d’Arras, de Marseille et la région Provence Alpes Côtes d’Azur sont de la partie, mais les organisateurs en attendent beaucoup d’autres.

 

 

Note : pour les collectivités intéressées : collectivites.gef@bleublanczebre.fr

 

 

Michèle Foin

 

 

 

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Un collectif citoyen demande aux collectivités de s’impliquer pour la jeunesse

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X