Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Législatives

Combien gagne vraiment un député ?

Publié le 16/06/2017 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : A la une, France

Assemblée Nationale
Fotolia
308 députés La République En Marche vont faire leur entrée à l'hémicycle. Des visages certes nouveaux, mais avec le même porte-monnaie que leurs prédécesseurs dont bien peu de citoyens connaissent vraiment l'épaisseur.

« Trop cher », « opaque »… Les indemnités des députés sont l’objet de bien des fantasmes, alimentés il est vrai par le comportement contestable de certains élus de la République. Pourtant, l’Assemblée nationale communique clairement sur le sujet. Son site permet ainsi d’apprendre que le revenu des députés se composent de trois parties : l’indemnité de base, l’indemnité de logement et l’indemnité de fonction. La Gazette remet donc les choses à plat, pour éclairer le débat, et couper court aux polémiques inutiles.

Un revenu mensuel brut qui s’élève à 7 209 euros… au moins

L’indemnité de base correspond à l’équivalent du salaire brut du député. Elle se monte à 5 559 euros par mois. Première curiosité : alors que le parlementaire est un élu de la République, son indemnité correspond à la moyenne entre le plus bas et le plus haut des traitements des fonctionnaires A+ hors cadre.

A l’instar des agents publics, les députés disposent d’une indemnité de logement pour compenser les différences de coût de la vie entre les territoires français, dont ils viennent, et Paris, où ils siègent. Autrement dit, comme les députés travaillent à Paris, la ville de France la plus chère, ils ont le droit à l’indemnité de logement la plus élevée possible : 3% de leur indemnité de base, soit l’équivalent de 165 euros par mois.

Enfin, l’indemnité de fonction correspond à 25% de l’indemnité de base, soit 1 420 euros par mois.

Globalement, un député perçoit 7 209 euros bruts par mois soit 5 551 euros par mois nets.

A ce revenu que certains jugeront confortable, s’ajoute, là encore comme pour les fonctionnaires, le supplément familial de traitement, calculé suivant le nombre d’enfants qui peut varier de 110 euros à 688 euros.

Impossible de toucher plus de 9 857 euros quand on cumule

Les députés cumulards ont également droit à l’indemnité correspondante à leurs autres fonctions électives. La règle de l’écrêtement interdit toutefois de cumuler plus d’une fois et demie son indemnité de base.
En clair, un député peut toucher au maximum 2 757 euros bruts issus d’autres indemnités. En tout, un élu qui cumule présidence de région et de député, par exemple, peut gagner au plus 7 674 euros nets.

La situation va toutefois devenir de plus en plus rare. Et pour cause : la règle du non-cumul qui interdit désormais de cumuler fonction exécutive locale, comme la tête d’une mairie, et députation. Mais il sera toujours possible de concilier les indemnités de l’Assemblée nationale et celle d’un mandat local « moins engageant » comme celui de conseiller municipal ou régional.

La très contestée IRFM

A côté de ces revenus, les députés disposent de plusieurs enveloppes annexes. La première d’entre elle est celle qui fait le plus débat : l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) qui s’élève à 5 770 euros bruts par mois.
Elle est censée permettre aux élus de régler leurs frais professionnels sans que l’Assemblée nationale ne définisse précisément son utilisation.

Le site du Palais-Bourbon note simplement qu’elle permet de « faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice du mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l’assemblée ». A charge à chaque parlementaire donc, d’estimer ce qui relève de l’IRFM.

La plupart des députés l’utilisent pour régler le loyer de leur circonscription, s’acheter des costumes, assurer la maintenance de leur site Internet… Problème : il n’y a quasiment aucune règle à l’utilisation de ces fonds pourtant publics.

L’ancien député UMP de Seine-Saint-Denis, Patrice Calméjane, rapporte ainsi à nos confrères de FranceInfo sa surprise lorsqu’il a siégé pour la première fois dans l’hémicycle : « le service administratif m’a seulement dit qu’il me fallait un second compte bancaire pour recevoir mon IRFM. Et c’est la seule instruction qu’on m’a donnée. Il n’y pas même pas un b.a.-ba de son utilisation pour les nouveaux. »

« Il n’y pas de fiche de poste pour un député. Personne ne peut dire que telle chose relève ou non du mandat et pas telle autre, quand on est dans la zone grise », relève d’ailleurs l’ancien collaborateur parlementaire Samuel Le Goff sur le blog Cuisines de l’Assemblée en 2012.

« Tout le monde sait qu’une partie de l’IRFM est utilisée à des fins totalement privées par certains collègues », soutient le député UDI Charles de Courson, à Médiapart. Une réflexion qui s’explique par les dérapages du député socialiste de l’Ardèche Pascal Terrasse en 2012, épinglé pour avoir payé, avec son IRFM, des vacances sur le continent africain.

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique a d’ailleurs publié un rapport très critique sur son utilisation. Son ancêtre, la Commission pour la transparence de la vie publique soulignait en 2012 que « s’agissant des parlementaires en fin de mandat, le montant de l’IRFM contribue, pour la durée d’un mandat, à un enrichissement oscillant entre 1 400 euros et 200 000 euros. »

Vers une réforme a minima ?

Cette situation problématique ne devrait toutefois plus durer. La loi « pour la confiance dans notre vie démocratique » porté par le Garde des sceaux François Bayrou, devrait remplacer cette indemnité par un système à la carte. Les parlementaires devraient désormais présenter leurs factures avant tout remboursement.

Mais une zone d’ombre importante subsiste : au nom de la séparation des pouvoirs, le ministre de la Justice a annoncé vouloir laisser aux assemblées décider par elles-mêmes la façon dont elles contrôleront les dépenses. Une incertitude plane donc sur les modalités effectives du remboursement.

Le spécialiste des finances de l’Assemblée, l’ancien député René Dosière (PS), estime dans Marianne, début juin, que ce système n’est « pas tout à fait satisfaisant ». Et de citer l’exemple du Parlement anglais, victime d’un scandale des notes de frais il y a 8 ans.

L’administration de Westminster, qui rembourse les députés sur facture, avaient par exemple permis à des élus de se faire rembourser des prêts immobiliers contractés à titre privé. Un audit avait même révélé que la moitié  des députés britanniques avaient commis des irrégularités dans leurs notes de frais.

Le crédit collaborateurs pour payer les assistants parlementaires

Les députés disposent également de 9 504 euros par mois pour régler directement leurs collaborateurs. Chaque parlementaire fixe lui-même la rémunération de ses attachés, et leurs conditions de travail. Problème là encore, comme l’a souligné l’affaire Pénélope Fillon, l’Assemblée nationale ne vérifie en rien l’utilisation de cette enveloppe.

Il était même possible, jusqu’en 2012, pour les députés, de reverser directement les reliquats de crédit collaborateurs sur leur IRFM, comme le souligne Public Sénat. La même année, Jean-François Cassant, alors secrétaire général du syndicats des assistants parlementaires, jugeait que « c’était vraiment un détournement de fonds publics éhonté puisqu’en droit, toute somme d’argent public a une étiquette précise. Et on ne peut pas changer sa destination. »

Seule règle fixée : depuis 1997, les collaborateurs familiaux ne peuvent pas prétendre à plus de la moitié de l’enveloppe attribué aux députés.

Sur ce terrain, la loi portée par François Bayrou, sans toucher directement au montant de l’enveloppe crédit collaborateurs, devrait changer la donne. Les parlementaires, au même titre que les membres du gouvernement, ou encore les exécutifs locaux, ne devraient plus pouvoir employer un membre de leur famille.

Les avantages en nature des députés

Bien qu’élu d’une circonscription, le député est le représentant de la nation toute entière. A ce titre, il doit pouvoir circuler très facilement. Il dispose donc de nombreuses facilités de transports :

  • L’Assemblée nationale prend intégralement en charge les déplacements en train en première classe dans toute la France métropolitaine.
  • Le Palais-Bourbon met à disposition des parlementaires un pool d’une dizaine de voitures pour leurs déplacements dans Paris ou vers les aéroports.
  • Les trajets en taxi pour les déplacements dans Paris intra-muros sont remboursés en cas de présentation de la facture, sans plafond.
  • Les députés disposent d’un Pass RATP pour voyager gratuitement sur le réseau de transport francilien.
  • Les députés de métropole bénéficient également des facilités d’Air-France. Ils peuvent ainsi effectuer 8 voyages aller-retour entre Paris et leur circonscription par avion et 12 aller-retour pour toute destination en France. Pour les parlementaires ultra-marin d’outre-mer, ils disposent de 26 aller-retour en classe affaire entre Paris et leur circonscription.

Cet article est en relation avec les dossiers

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Combien gagne vraiment un député ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Pierre

17/06/2017 04h01

C’est honteux, je suis scandalisé

jojoduchato

19/06/2017 03h27

Combien gagne un député ? Ça dépend de quel parti il est !!!!Les députés communistes sont rémunérés depuis toujours sur la base d’un salaire d’ouvrier hautement qualifié au dernier échelon en fin de carrière. Autant dire que peu d’ouvrier touchent cette rémunération . Le salaire d’un député au 1er fevrier 2017 est 7185,60 euros brut . Les deputés communistes reverse la totalité de leur rémunération au PCF qui leur restitue seulement 30 % Le salaire d’un député communiste est donc de 1609 euros net.(en net le salaire d’un députe est 5 362,92 euros). Que l’on soit d’accord ou pas avec certaines idées de ce parti, une chose es sûre , c’est que ces gens montrent l’exemple et font preuve d’une grande probité . La plupart des partis auraient du suivre l’exemple . Ils ne l’on pas fait et le résultat est là : mise au banc de la classe politique !

pov citoyen

20/06/2017 07h26

Tout ceci est parfaitement honteux. Et on ne parle pas ici de tous les avantages en nature des assemblées (restaurants, coiffeurs, retraites dorées, cumuls avec les emplois publics et privés, cumuls avec des mandats locaux en collectivités ou autres organismes type syndicats intercommunaux, fiscalité, facilités d’emprunt, que sais-je encore, etc…). Tout ceci est hérité d’un autre âge et en total décalage avec la vraie vie.
Reverser au parti n’est guère mieux, les partis touchant déjà par ailleurs des sommes confortables.
Comment voulez-vous qu’ils ne soient pas en décalage.
Non, assurément, c’est une honte.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X