Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Etude « La Gazette » - Plurélya

Les prestations d’action sociale, un service à soutenir en continu – Baromètre 2017

Publié le 16/06/2017 • Par Maud Parnaudeau • dans : A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, Dossiers Emploi, France, Toute l'actu RH

barometre-une
D.R.
Pour la seconde année consécutive, « La Gazette » s'est associée à Plurélya pour prendre le pouls de l'action sociale dans les collectivités. Dans un contexte global de baisse des demandes, les aides financières continuent d'être de plus en plus sollicitées par les agents.

C’est le premier enseignement de l’étude « La Gazette » – Plurélya (ex-Pluralys) menée au printemps 2017 auprès d’agents, d’élus et de responsables de l’action sociale dans les collectivités : 28 % des bénéficiaires de l’action sociale interrogés déclarent « moins profiter des prestations » qu’il y a cinq ans. Un résultat en hausse de sept points par rapport à l’an dernier.

L’explication de cette évolution est peut-être à chercher du côté d’une information qui a, semble-t-il, plus de mal à se diffuser. Près de trois décideurs sur quatre pensent pourtant que les agents connaissent les prestations auxquelles ils peuvent prétendre. Ce chiffre est d’ailleurs corroboré par les bénéficiaires eux-mêmes, qui estiment à 72 % connaître les offres qui leur sont proposées.

Mais, bien que cette proportion reste importante, elle est en baisse cette année par rapport à 2016. Pour 27 % des décideurs, il est nécessaire d’améliorer la communication.

Si certains agents utilisent moins les prestations qu’il y a cinq ans, c’est aussi parce qu’ils considèrent à 43 % (contre 40 % en 2016) que les offres ne sont pas adaptées à leurs besoins. Afin de remédier à cette situation, la Fédération CGT des services publics milite pour que « soient généralisés les comités d’activités sociales et culturelles, gérés par les organisations syndicales avec un budget consenti par la collectivité, et que puissent être déterminées les prestations dont les agents ont vraiment besoin », rapporte Damien Martinez, chargé des questions d’action sociale à la direction fédérale.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Demandes financières en hausse

Une autre raison est avancée par Pascal Kessler, chargé des affaires statutaires et membre du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale pour le syndicat FA-FPT. Pour lui, « le fait qu’un certain nombre de prestations nécessite une contribution des agents constitue un frein de plus en plus important à leur utilisation, du fait de leur situation financière difficile ».

Cette hypothèse fait écho à un autre résultat de l’étude selon lequel 40 % des collectivités interrogées déclarent observer une hausse des demandes d’aide financière depuis cinq ans. « Nous constatons une progression régulière des demandes de prêts à taux zéro, particulièrement des micro-prêts. Nos prêts soins et caution sont également fortement utilisés », illustre Philippe Métais, président du comité d’action sociale et de loisirs de l’agglomération rochelaise.

Face aux difficultés à boucler les fins de mois, il n’est pas étonnant que près d’un tiers des bénéficiaires déclarent ne pas être satisfaits des prestations « solidarité » (32 %). Le nombre de ces réponses est en hausse de neuf points par rapport à 2016.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En revanche, les autres services restent très bien évalués : 80 % de satisfaction pour la culture, 79 % pour la catégorie « enfants » et 73 % pour les aides aux vacances. Ces dernières représentent les prestations les plus fréquemment utilisées par les agents (39 % les citent en premier), devant la culture (29 %) et les prestations « enfants » (23 %). « Les demandes récurrentes des agents portent sur les vacances », confirme Damien Martinez. « C’est un droit qu’il faut encore améliorer », estime-t-il. Pourtant, les trois quarts des collectivités proposent déjà ces aides, si l’on en croit les réponses apportées par les bénéficiaires.

Disparités entre collectivités

Parmi les offres non accessibles dans leur collectivité, les agents aimeraient disposer de réductions dans les restaurants (47 %), de remises de type « chèque-santé » (44 %), d’aides dans les secteurs du bien-être et de la détente (35 %).

Force est de constater que tous les agents ne sont pas logés à la même enseigne selon qu’ils travaillent dans une petite ou une grosse collectivité. Revient alors la question du « panier minimum de prestations obligatoires » que la loi du 19 février 2007 relative à la FPT (qui a fait de l’action sociale une dépense obligatoire des collectivités, ndlr) n’a pas voulu instaurer en vertu du sacro-saint principe de libre administration.

Chaque collectivité peut donc décider de développer l’action sociale comme elle l’entend. L’étude montre à ce titre que les décideurs souhaiteraient, à 45 %, que soit élargi le panel des prestations et un quart d’entre eux pensent qu’une « ouverture des droits aux prestations à un plus grand nombre d’agents » serait une bonne chose. Encore faudrait-il que ces mesures puissent être financées.

Dans le contexte financier actuel, « on constate surtout une tendance à la baisse des budgets consacrés à l’action sociale », regrette Damien Martinez.

Philippe Métais, président du Casel de l’agglomération rochelaise (5 500 agents, Charente-Maritime)

« Notre communication était à revoir »

Les résultats de l’étude montrent que près des trois quarts des agents ont connaissance des prestations auxquelles ils peuvent prétendre. Au comité d’action sociale et de loisirs [Casel] de La Rochelle, nous avons fait le constat inverse… Notre communication était à revoir.
Pour y remédier nous avons commencé par améliorer notre site internet. Parallèlement, nous envoyons désormais notre lettre trimestrielle directement par courrier au domicile des agents. Auparavant, ils la recevaient dans leur service. Autre nouveauté : nous avons disposé des adhésifs « Ici, on accepte la carte Casel » dans les magasins de La Rochelle.
Enfin, dès que les commandes des bénéficiaires arrivent, nous leur envoyons un SMS pour les prévenir. En même temps, pour répondre au plus près de leurs demandes, nous avons élargi nos prestations en proposant l’allocation « rentrée scolaire » et un cadeau pour les enfants des personnels des 15 communes adhérentes.

Tous les résultats du baromètre à consulter

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les prestations d’action sociale, un service à soutenir en continu – Baromètre 2017

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X